1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 11:07

 

   Dans la pénombre, les visiteurs marchent lentement et parlent à voix basse se penchant pour observer le millier de fourmis Atta courant le long des tubes de plexiglas et dans l'arène centrale. Il règne une atmosphère feutrée, presque religieuse, avec en fond sonore le bruit des insectes, amplifié par les haut-parleurs.

 

 

Robin Meier Ali Momeni tragedy fourmis feuilles 2Les fourmis Atta coupeuses de feuilles transportent des pétales et des feuilles de rosier

The tragedy of the Commons, installation de Robin Meier & Ali Momeni

 

 

 

   Ici les fourmis, libres et prisonnières à la fois dans le dispositif imaginé par Robin Meier & Ali Momeni, cherchent leur nourriture, attirées par des végétaux et des parfums. Elles dédaignent le livre et la morceau de tulle peu comestibles, préférant les feuilles vertes et rouges. Les fourmis coupeuses de feuilles semblent aller en tous sens, grignotant les végétaux et les transportant d'un point à un autre dans un ballet mécanique sans fin. Les fourmis sont en video-surveillance, six caméras les observent et retransmettent leur déplacement sur une table ronde derrière l'arène centrale.

 

 

Robin Meier Ali Momeni tragedy fourmis installationThe tragedy of the Commons, installation de Robin Meier & Ali Momeni

Palais de Tokyo, Paris

 

 

 

    Robin Meier & Ali Momeni mettent en scène "la tragédie des biens communs" une théorie controversée de Garrett Hardin selon laquelle: "l'accès libre à une ressource limitée pour laquelle la demande est forte mène inévitablement à la surexploitation de cette ressource et finalement à sa disparition. Chaque individu ayant un intérêt personnel à utiliser la ressource commune de façon à maximiser son usage individuel, tout en distribuant entre chaque utilisateur les coûts d'exploitation, est la cause du problème." 1


 

 

Robin Meier Ali Momeni tragedy fourmis installation 2Arène centrale avec six plateaux et six caméras

The tragedy of the Commons, installation de Robin Meier & Ali Momeni

 

 

 

  Les fourmis s'approprient le maximum de feuilles mais c'est pour le bien commun, elles n'ont pas d'intérêt personnel égoïste. Dans un nid, les fourmis ne travaillent-elles pas ensemble, comme un tout mais ce tout sait-il gérer des ressources limitées? La réserve de nourriture va-t-elle être surexploitée, s'amenuiser puis disparaître. Les fourmis vont-elles mourir comme le titre du dispositif "The tragedy of the Commons" le laisse entendre?



 

Robin Meier Ali Momeni tragedy of the Commons fourmis 5The tragedy of the Commons, installation de Robin Meier & Ali Momeni

 

 

 

 

     L'installation artistico-scientifique de Robin Meier & Ali Momeni fascine les visiteurs et laisse bien des questions en suspend, nous renvoyant à la problématique de l'économie durable et de l'art contemporain. A la différence d'un projet scientifique, les plasticiens ne cherchent pas à prouver une théorie et ils ne publieront pas de résultats savants sur le comportement des fourmis.



 

Robin Meier Ali Momeni tragedy of the Commons fourmis 2The tragedy of the Commons, installation de Robin Meier & Ali Momeni


Vidéo de The tragedy of the Commons ici

 

 

 

Dossier de presse:

   Tous deux de formation musicale, Robin Meier & Ali Momeni développent une pratique complexe où la science se mêle à une forme d’art hybride. En véritables éthologues, et en étroite collaboration avec scientifiques et laboratoires spécialisés, ils observent et manipulent le comportement de certaines espèces animales pour établir ensuite des dispositifs mécaniques et informatiques mettant en scène une interaction entre la machine et l’animal par le son.

The Tragedy of the Commons [La tragédie des biens communs] consiste en une installation où des milliers de fourmis Atta – surnommées fourmis coupe-feuilles - produisent une chorégraphie en réagissant à des couleurs et à des odeurs judicieusement choisies. Amplifié, le son des fourmis génère des textures sonores à l’image de leurs mouvements au sein d'une structure architecturale, acoustique et automatisée.

À travers une forme de conditionnement, les deux artistes créent un marché de valeurs et de coûts fictifs pour la nourriture des fourmis. En introduisant cette notion de valeur, une couleur ou une odeur est transformée en marchandise capable d’influencer le comportement collectif. Mêlant biologie et économie comportementale, Meier & Momeni rendent audibles les mécanismes cachés d’une manipulation sociale.

The Tragedy of the Commons a été conçue avec l'aide du Laboratoire d'Ethologie Expérimentale et Comparée de l'Université Paris 13 (LEEC).

L'apport quotidien en feuilles de rosiers non traités est rendu possible grâce à l'aimable participation de :
Direction des espaces verts et de l'environnement. Division du XVIe arrondissement de Paris (atelier des jardins du Trocadéro)
Musée Rodin, Paris


Robin Meier
[1980] Vit et travaille à Paris.

Ali Momeni
[1975] Vit et travaille à Minneapolis.

 


 

Robin Meier Ali Momeni tragedy fourmis tulleMorceau de tulle peu apprécié par les insectes

The tragedy of the Commons, installation de Robin Meier & Ali Momeni


 

 

 

Liens sur ce blog:

Olaf Breuning, the art freaks, la parade des monstres de l'art revisite la peinture moderne au Palais de Tokyo

Robin Meier & Ali Momeni: surexploitation? The tragedy of the Commons

 

 

 

 

Palagret

art contemporain

août 2011

Photos et vidéo de Palagret en Creative Commons 


 

 

 

 

Sources:

Garrett Hardin, The tragedy of the Commons, 1968, texte en français ici

1- in Wikipedia

Dossier de presse

 

 

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires