19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 19:03

 

   Chevaux, hirondelles, neige, crépuscule, l'anonyme poète de rue continue à apposer ses messages sybillins sur les murs de la ville.

 

 

street-art Oberkampf texte agonie 9592"Si utile dans la préparation de l'agonie", message poétique, street-art

 

 

   "Si utile dans la préparation de l'agonie", la phrase est plus obscure que les prédédentes, c'est le début ou la fin d'une assertion ou d'une prophétie. Au passant de deviner ce qui est utile à l'agonie. Le street-art peut-être.

 

   Le mot agonie comme crépuscule, incendie ou mystère fait partie du vocabulaire de base du poète amateur.

 

   Faut-il mettre les phrases bout à bout pour reconstituer un poème? Mais dans quel ordre? Et il manque sûrement des phrases puisqu'elles sont collectées au hasard des déambulations à Paris. 


 

street-art Oberkampf texte agonie 9616Si utile dans la préparation de l'agonie

message poétique, street-art rue Saint-Maur à Paris

 

 

   Cette fois-ci le texte n'est pas en lettres d'imprimerie mais le style, le cadre et les taches de couleurs signent l'inscription. C'est bien l'auteur des chevaux qui pleurent.

 

 

 

 

Liens sur cette page:

Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer, street-art ?

Donne moi ta main pour entrer dans la neige, street-art à Beaubourg

Street-art: hirondelles mystérieuses qui font leur nid dans tes cheveux

Street-art: Quelques après-midi le crépuscule n'incendie plus tes cheveux


Le béton fait naître des larmes, graffiti poétique sur un mur condamné

Des murs bien bavards: souffrance, tristesse, mort, murmurent les stickers 

Philosophie de la rue: "nous avons fini par échouer"

Pitoyable humanité, graffiti, philosophie de la rue


 

 

 

Palagret

poésie de la rue

avril 2011

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article

commentaires