4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 12:07

 

   Les murs sont bien bavards à l'approche du printemps. Un pochoir près de Beaubourg nous dit: "Quelques après-midi le crépuscule n'incendie plus tes cheveux". 

 

 

street-art THTF crépuscule cheveux 8486"Quelques après-midi le crépuscule n'incendie plus tes cheveux"

street-art au centre de Paris

 

 

    Après les hirondelles et les chevaux qui pleurent, voici le crépuscule et l'incendie. L'auteur de ce pochoir semble beaucoup s'intéresser aux cheveux.

    La phrase  se veut poétique et elle contraste avec le compteur arraché et les objets abandonnés dans le recoin du mur: tiroir cassé, rebuts d'un vide-grenier encore étiquetés etc... Une touche de délicatesse dans un monde d'ordures.

 

 

street-art-crepuscule-cheveux-2.jpgmots poétiques, pochoir

 

 

   D'autres pochoiristes n'affichent pas des phrases de leur cru mais citent les grands auteurs comme Pitr avec Brecht.

 

 

 

Liens sur ce blog:

"Si utile dans la préparation de l'agonie", message de la rue

Donne moi ta main pour entrer dans la neige, street-art à Beaubourg

Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer, street-art ?

Street-art?: hirondelles mystérieuses qui font leur nid dans tes cheveux

 

Street-art: les bonshommes de papier du parvis de Beaubourg 

 

 

Palagret

poésie de la rue

mars 2011

 


 

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article

commentaires