17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 20:00
  A Termessos, un petit village d'Anatolie centrale, des sarcophages vides à demi brisés sont éparpillés au milieu des champs. Ils proviennent des ruines d'une cité romaine qu'un tremblement de terre détruisit en partie au IVè ou Vè siècle. L'aqueduc écroulé signa la mort de la cité; les survivants s'en allèrent.



Termessos-2.jpgNécropole de Termessos en Pamphilie. Sarcophages ouverts

 
 
  Les sarcophages de la nécropole romaine de Termessos glissèrent du haut de la colline et s'ouvrirent sous le choc, exposant les morts à l'air libre. Il ne reste bien sûr plus aucun squelette aujourd'hui. Au cours des siècles, les paysans ont réemployés les pierres pour construire leur maison ou borner leur champ. D'autres sarcophages sont restés empilés en tas naturels.



Termessos sarcophage Turquie 3Nécropole de Termessos en Pamphilie. Sarcophage avec couvercle. On y distingue une nymphe sur un triton et une tête de lion


   Le Professeur Pierre-Epaminondas Boncam avait fait des fouilles à Termessos au printemps 1983: "Je m'étais interrogé sur ces cercueils de pierre éparpillés dans les bois et les champs. Les couvercles manquants avaient été réemployés tout au long des siècles par les habitants des villages environnants. On retrouvait des linteaux, des pièces sculptées de chrème, des chapiteaux dans les murets qui clôturaient les parcelles agricoles.

Termessos sarcophage Turquie 1Nécropole de Termessos en Pamphilie. Chaos de sarcophages ouverts

    A Termessos j'éprouvai une paisible nostalgie devant cette cité disparue. Elle avait été riche et puissante, comptant alors des dizaines de milliers d'habitants avec des temples dont le principal dédié à Zeus Solymeos, un gymnase, un bouleutérion et un amphithéâtre. Tout ce qu'une cité romaine digne de ce nom devait construire pour tenir son rang dans l'empire romain. Vingt-quatre siècles plus tard, Termessos n'était plus qu'un minuscule village. 


Termessos amphithéâtre TurquieAmphithéâtre de Termessos, au fond le mont Solymos
  Ce jour-là, sous le léger soleil de printemps, un paysan creusait des sillons en contournant les luxueux vestiges de la nécropole romaine. La vie côtoyait paisiblement la mort. Les arbres fruitiers étaient en fleurs et les gosses du village nous observaient en riant, assis sur des linteaux ornés de vigne. Les oliviers poussaient dans l'amphithéâtre soulevant les lourds gradins de pierre. Ces ruines paisibles contrastaient avec les sombres ruines de Pallas 21, une exoplanète que je venais d'explorer."

Les aventures du Professeur Boncam:

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans VOYAGES
commenter cet article

commentaires