4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 00:45

 

  La stylisation d'une petite statue funéraire Akan en tête cuite renvoie aux idoles géantes qu'Ugo Rondinone exposait en septembre 2009 aux Tuileries. Comme de nombreux peintres et sculpteurs de la période moderne, Picasso ou Derain, Rondinone s'inspire de l'art dit premier. 

 

Christie-s-Ghana-tete-Akan--.jpgTête Akan du Ghana, terre cuite, 20 centimètres de haut


   Bouche ouverte d'étonnement ou de peur, forme simplifiée, traits du visage à peine ébauchés,  les deux statues se ressemblent. Elles ont cependant deux fonctions différentes.

 

 

RONDINONE-Sunrise-East-Tuileries-2.jpgSunrise East, bronze patiné d'argent

Ugo Rondinone aux Tuileries, Paris

  La statue Akan n'est pas une oeuvre d'art mais un objet funéraire. Le portrait idéalisé du défunt est le vecteur du culte des ancêtres. L'orifice de la bouche servait peut-être à verser des libations pour honorer le mort. Coupée à la base du cou, elle faisait sans doute partie d'un reliquaire, comme les reliquaires Kota. La beauté plastique de la statue, sa forme harmonieuse, ne sont pas l'essentiel.

 

L'étonné à la bouche en cul de poule
Sunrise East, bronze patiné d'argent
Ugo Rondinone aux Tuileries, Paris

   Au contraire les géants d'Ugo Rondinone sont simplement des oeuvres d'art contemporain jouant avec la simplification des formes. Cependant, les idoles des Tuileries reçoivent elles aussi des offrandes, mais des offrandes bien profanes. Les passants s'amusent à y jeter des détritus, des mégots, du sable. A la fin de l'exposition, on a dû trouver des choses surprenantes à l'intérieur des sculptures!


Christie-s-Ghana-tete-Akan-2-.jpg
Tête Akan du Ghana, terre cuite, 20 centimètres de haut
vente aux enchères chez Christie's


Liens sur ce blog:


Autre lien:

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires