23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 17:19

       

      Comme un énorme bibelot, un souvenir de vacances à placer sur la commode du salon d'un géant, un beau voilier aux voiles bigarrées trône sur le quatrième piédestal de Trafalgar square. Le nom de Trafalgar résonne différemment des deux côtés de la Manche. C'est une amère défaite pour Napoléon (1805) et un triomphe pour la marine anglaise. Aujourd'hui, loin des préoccupations nationalistes, le "Nelson’s ship in a bottle" de Yinka Shonibare rejoint l'Amiral Horatio Nelson perché sur sa colonne.



 

Londres Trafalgar bottle Shonibare 50Colonne de Nelson et "Nelson’s ship in a bottle" de Yinka Shonibare MBE

sur le quatrième piédestal à Trafalgar square

Longueur 4.7m,diamètre 2.8m

 

 

 

   A Trafalgar square, lHMS Victory de Nelson est une réplique au 1/30 enfermée dans une bouteille en acrylique fermée par un bouchon de liège. De la cire rouge scelle le tout et Shonibare y a imprimé son nom suivi de MBE (Member of the British Empire), un titre auquel il tient beaucoup. La sculpture repose sur un socle de bois cachant un système de ventilation qui doit éviter à la bouteille de s'embuer. Le modèle réduit est exact avec ses trois mâts, ses cordages, ses 80 minuscules canons et ses bateaux de sauvetage. 


 

 

Londres Trafalgar bottle Shonibare 4"Nelson’s ship in a bottle" de Yinka Shonibare

sur le quatrième piédestal à Trafalgar square


 

   Une réplique exacte du HMS Victory exceptées les 37 voiles qui sont faites de tissu africain. Ces tissus symbolisent l'identité africaine. Ironiquement, ils ont toujours été fabriqués en Hollande et à Manchester, inspirés par les batiks indonésiens mais destinés au marché africain. Yonibare a redessiné les motifs sur le tissu acheté au marché de Brixton en y ajoutant de petites ancres. Il voulait éviter les problèmes de copyright. Des jumelles sont nécessaires pour voir tous les détails du HMS Victory, perché bien haut.

 

 


Londres Trafalgar bottle Shonibare 2"Nelson’s ship in a bottle" de Yinka Shonibare

sur le quatrième piédestal à Trafalgar square

 

 

 

 

   "Pour moi, c'est une célébration de l'immense richesse ethnique londonienne donnant la parole et honorant les nombreuses cultures et ethnies qui soufflent dans les voiles du Royaume-Uni. Un bateau dans une bouteille est un objet d'émerveillement. Les adultes et les enfants sont intrigués par son mystère.  Comment les mâts et les voiles peuvent tenir dans un objet aussi ordinaire. Avec "Nelson’s ship in a bottle" je veux prendre cet émerveillement enfantin, l'amplifier pour qu'il s'accorde à l'échelle monumentale de  Trafalgar square." déclare Yinka Shonibare.



      Londres Trafalgar bottle Shonibare 7"Nelson’s ship in a bottle" de Yinka Shonibare

sur le quatrième piédestal à Trafalgar square

 

 

 

   Yinka Shonibare se garde bien d'expliquer comment le navire amiral est entré dans une bouteille, même géante. 

    Anglo-nigérien, né après l'indépendance du Nigéria, le plasticien utilise souvent des tissus africains dans ses oeuvres qui traitent des problèmes de races, de classes sociales, de colonialisme et de néo-colonialisme. Etant handicapé, Shonibare ne peut réaliser ses oeuvres lui-même. Il est aidé d'une équipe d'assistants.

 

    A moins de mettre la bouteille à la mer, un bateau dans une bouteille ne vogue pas, il est ancré à jamais. Le modèle réduit de Shonibare est-il un message nous rappellant la perte d'influence de l'Empire Britannique et des pays occidentaux dans un monde multi-polaire? 


 

 

Londres Trafalgar bottle Shonibare 5"Nelson’s ship in a bottle" de Yinka Shonibare

sur le quatrième piédestal à Trafalgar square


 


   "Nelson’s ship in a bottle" de Yinka Shonibare est la première oeuvre du quatrième pilier à faire une référence directe à l'Amiral Nelson, un héros de l'Empire Britannique qui jadis contrôlait une grande partie du monde.


   La victoire de l'Amiral Nelson sur Napoléon libéra la circulation maritime. Peu après, la marine royale abolit le trafic des esclaves. L'extension de l'Empire Britannique mit en relation de nombreux peuples de cultures différentes. Aujourd'hui Londres est une capitale multi-culturelle. 



 

 

 

 

 

   Lquatrième pilier de Trafalgar square, vide de statue héroïque, accueille régulièrement des oeuvres contemporaines. Après la performance d'Antony Gormley et le Navire dans la bouteille, on y verra en 2012 "Powerless Structures" une sculpture en bronze de deux danois Elmgreen & Dragset. Elle représente un garçonnet sur un cheval à bascule, commentaire ironique sur la statuaire civique qui honore de célèbres généraux à cheval.

 

  En 2013, Katharina Fritsch exposera un coq géant de 4,3 mètres, peint en bleu. Un commentaire sur le machisme? Un coq français à Trafalgar square? Soyons rassuré, Nelson lui tournera le dos.

 

 

 

 

 

 

Lien sur ce blog:

Le quatrième piédestal d'Antony Gormley, zoo humain à Trafalgar square

 


 

 

Sources:

The Guardian,

ITW de Yinka Shonibare sur Timeout

Itw de Yinka Shonibare sur Artslant

The fourth plinth

Le cheval à bascule d'Elmgreen & Dragset

Le coq bleu de Katharina Fritsch

 

 


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires