Art urbain: tag, pochoirs etc

 

   Pour le 1er avril, voici quelques poissons créés par les artistes urbains:

 

 

poissons dynamite street-artPoissons dynamite prêts à exploser, street-art, Paris

 

 

 

poisson arête street-art BonomArête de poisson, street-art, Bonom, Paris


 

 

 

poisson street-art 9Poissons vert et bulles, street-art, pochoir, Paris


 

 

 

poisson street-art arêteArête de poisson sur un compteur EDF, street-art, Arles

 

 

 

poisson street-art Montmartrepoisson vole, street-art, Paris

 

 

 

Poisson street-art cadreArête de poisson sur un compteur EDF, street-art, Arles

 

 

 

   Et pour compléter ce bestiaire aquatique, voici, attiré par tous ces beaux poissons, un chat menaçant de Mezzoforte. Mezzoforte qui semble avoir quitté les rues parisiennes.

 

 


 

chat-street-art-MezzoForte.jpgAttiré par tous ces beaux poissons pariétaux, le chat de Mezzoforte guette ses proies

devant Beaubourg 2009

 


 

Autres poissons collés:

Street-art, quelques poissons d'Avril

 

 

 

Palagret

poisson d'avril 

1er avril 2014

 

 

 


 

   Une balle en pleine tête, abandonné près d'un immeuble désaffecté, ainsi est mort Zoo Project, un jeune homme de 23 ans. De son vrai nom Bilal Berreni, Zoo Project a commencé le street-art à quinze ans dans son quartier du vingtième arrondissement.

 

 

Zoo Project street-art rue CharonneZoo Project, homme oiseau recroquevillé, mur pignon rue de Charonne, Paris

 

 

 

   Bien connu des parisiens, Zoo Project couvrait les murs des immeubles voués à la démolition de grands dessins en noir et blanc. Il n'utilisait que des brosses et des pinceaux, pas de bombe aérosol. Zoo Project représentait des êtres étranges, des chimères mi-homme mi-bêtes souvent mêlés à des ordinateurs. Pour la plupart, ces monstres hybrides avaient l'air mal à l'aise, perdus dans un monde hostile.

 

 

 

Zoo Project street-art Belleville NemoZoo Project, homme au turban pleurant, Homme au parrapluie de Nemo

passage couvert, rue des Envierges, Paris

 

 

 

 

 

   Son père Mourad Berreni a déclaré au Detroit Free Press: "Il était intéressé par ce qui peut naître du chaos". " Pour lui ça représentait la faillite du capitalisme."


 

 

 

Zoo Project street-art Ménilmontant 3 yeuxZoo Project, homme cerf aux trois yeux, rue de Ménilmontant, Paris

 

 

 

 

   Il était parti en Tunisie en 2011 pour "sentir le vent de la Révolution". Là, Zoo Project a peint dans la rue ceux qui sont morts en combattant les troupes gouvernementales. Puis il est parti dans un camp de réfugiés à la frontière lybienne. Il faisait le portrait des réfugiés et leur apprenait aussi à dessiner.


 

 

Zoo Project street-art Belleville masquesZoo Project, homme noir et masques, Belleville, Paris

 

 

 

 

    En 2012, Zoo Project était à New-York, vendant des pizzas et dormant dans les parcs. puis il a traversé les Etats-Unis dans des trains de marchandises avant d'arriver à Detroit puis de repartir pour la France où il venait d'obtenir une bourse pour faire un film "C'est assez bien d'être fou". Avec le vidéaste Antoine Page qui le filmait pendant qu'il dessinait, ils ont voyagé à travers l'Europe jusqu'à Vladivostok. En mars 2013, ZOO Project retournait à Detroit pour y mourir le 29 juillet.

 

 

 

Zoo Project street-art Belleville chienZoo Project, chien, Place Fréhel, Paris

 

 

 

 

   "Bilal n'avait pas peur du danger. Il faisait partie de ces chevaliers sans peur" déclarait son père au Detroit Free Press du 28 mars.


 

 

Zoo Project street-art Belleville 5Zoo Project, hommes à la tête carré, Belleville

 

 

 

 

  On ne sait comment Zoo Project vivait à Detroit. Avec ses dessins monumentaux, couvrait-il les nombreux immeubles abandonnés de Detroit? Dormait-il dans des squats, vivant de petits boulots?

 

 

 

Zoo Project street-art Impasse SatanZoo Project, chimère non identifiée, impasse Satan, Paris

 

 

 

    Le corps de Zoo Project est resté non identifié à la morgue pendant plusieurs mois. Il n'avait pas de papier sur lui et personne à Detroit ne s'est inquiété de son absence. En passant ses empreintes dans une base fédéral, son nom est apparu ce mois ci. Le meurtre reste non résolu mais la police continue ses investigations.


 

 

 

Zoo Project street-art démolition selZoo Project, Passe moi le sel, avenue Jean Jaurès, Paris

immeuble en démolition

 

 

 

 

   Bilal Berreni alias Zoo Project a eu une vie bien remplie, sans concession, et il mort tragiquement loin de sa famille. Que reste-t-il de ses nombreuses peintures sur les murs des villes qu'il a traversées? Probablement pas grand chose. Les bâtiments condamnés font place à des immeubles neufs, les palissades sont démontés et d'autres street-artists recouvrent ce qui reste sans état d'âme. Le street-art est éphémère, c'est ce qui fait sa valeur.

 


 

zoo project street-art 6Zoo Project, main -oiseau, Belleville, Paris

 

 

 

   Il faut attendre "C'est assez bien d'être fou", le film que tournait Bilal Berreni pour retrouver ZOO Project et ses fresques étranges. On peut déjà voir un extrait sur le site du film.

 


 

 

Zoo Project Street-art Kommune BellevilleZoo Project, homme-pigeon, La Kommune, Belleville, Paris

 

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Zoo Project, l'exploitation de l'homme par l'homme, street-art

Zoo Project, l'homme réparé, l'homme désactivé, street-art

Zoo Project: street-art, démolition et rénovation à Paris

Street-art: les esclaves de Zoo Project au cinéma Louxor

Street-art: Bonom, Zoo Project, labyrinthe et minotaure

 

 

Detroit Free Press

Le site de Zoo Project

Le site du film cestassezbiendetrefou

 

 

 

Palagret

street-art et chimères

photos collectées à Paris de 2009 à 2012.

mars 2014


cc.gif

 

 

 

 

   Maître gribouilleur par la blague alléché ne put résister au plaisir de coller ses dessins du corbeau et du renard sous la plaque de la rue du Renard.


 

 

corbeau renard street-art 3Le corbeau et le renard, papier collé

 

 

    Pour continuer l'illustration du bestiaire de Jean de La Fontaine, signalons au poète urbain qu'il existe, entre autres, une rue du Lièvre à Orléans, de la Tortue à Roubaix, du Loup à Bordeaux etc ...


 

corbeau-renard-street-art-5.jpgLe corbeau et le renard, papier collé

 

 

 

   Peut-être est-ce le même street-artist qui avait collé l'image d'un chevreuil sous la plaque "rue du Renard" en 2009.

 


 

corbeau renard street-art 4Le corbeau et le renard, papier collé

 

 

 

Lien sur ce blog:

Ceci n'est pas un renard, ni un chevreuil, c'est du street-art

 

 

 

Corbeau-renard-G.-Dore-.jpg

Le corbeau et le renard, illustration de Gustave Doré


 

 

Palagret

street-art fabulateur

mars 2014

 

 


Le Corbeau et le Renard, Jean de La Fontaine

 

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

 


 

  Il faisait beau et le vent soulevait les posters qui tombaient du camion photographique de JR. Deux heures de queue devant la basilique de Saint-Denis pour se faire tirer le portrait et se voir peut-être apposer sur le dôme du Panthéon !

 

 

 

JR photomaton Saint-Denis 8Camion photographique de JR et posters collés au sol à Saint-Denis

 

 

 



JR à Saint-Denis, portraits pour le Panthéon par Palagret

 

 

 

Posters de JR collés au sol à Saint-DenisJR photomaton Saint-Denis 5

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

JR à Saint-Denis, collecte de portraits pour le Panthéon

JR s'affiche à la BNF: un photomaton géant en trompe-l'oeil

JR, un photomaton géant à Beaubourg: faites vous tirer le portrait

JR tire votre portrait avec un photomaton géant à Beaubourg, vidéo

JR, Women are heroes, regards de femmes sur les quais de l'île Saint-Louis

Inside / Out à la galerie Perrotin: Portraits

 

 

 

 

Palagret

mars 2014

street-art et photographie



 

    Les portraits de JR ne sont guère flatteurs mais, pour avoir leur poster, les volontaires ont fait la queue près de deux heures à Saint-Denis. De minute en minute, le photomaton géant de JR imprimait les images en noir et blanc, style photomaton. Des photomatons fantaisistes sur fond de pois noirs où les grimaces n'étaient pas interdites.

 

 

 

JR photomaton Saint-Denis groupePortraits de JR à Saint-Denis

Nous sommes tous dignes du Panthéon


 

 

   Il y avait foule sur le parvis de la basilique Saint-Denis, des parisiens et des étrangers venus exprès pour JR et des voisins venus faire photographier leurs enfants gratuitement. Les Dyonisiens repartaient le plus souvent avec leurs affiches roulées. Savaient-ils qu'ils allaient se retrouver sur la bâche de travaux du Panthéon à partir du 22 avril? Pas sûr. Les amateurs de street-art acceptaient de coller leur portrait sur le parvis. Du street-art collaboratif pour une gloire joyeusement éphémère. Deux assistants ont courageusement manié la colle et le balai jusqu'à la nuit, apposant une centaine de posters sur le sol.

 

 

 

JR photomaton Saint-Denis 4Camion photographique de JR et posters collés au sol à Saint-Denis

 

 

 

 

   Installation d'art contemporain ou street-art, la démarche de JR est internationale. En photographiant des anonymes des favelas de Rio, des banlieues africaines, de Jérusalem ou de Paris, JR nous dit que nous sommes tous importants. Non loin des tombeaux des Rois de France, les gens de peu existent aussi. Jeunes, vieux, beaux ou laids, nous irons tous au Panthéon et pas seulement les Grands Hommes ou les "Peoples" d'aujourd'hui.


 

 

 

JR photomaton Saint-Denis 7Portraits de JR à Saint-Denis

 

 

Video ici    

 

 

Dossier de presse:

"La restauration du Panthéon est l’un des plus grands chantiers d’Europe et son échafaudage autoporté monumental, une véritable prouesse technique.

 

 

 

JR photomaton Saint-Denis TRIOPortraits de JR à Saint-Denis

 

 

 

 

Le Centre des monuments nationaux a choisi de confier à l’artiste contemporain JR la création d’une œuvre participative inspirée du projet INSIDE OUT, porteur des valeurs universelles et humanistes incarnées par le Panthéon.

Pour réaliser cette œuvre qui investira la bâche de chantier recouvrant le tambour du monument, des portraits sont collectés dès aujourd’hui : en ligne via la rubrique PARTICIPEZ et dans huit monuments nationaux du mercredi 5 mars au samedi 29 mars grâce à l’itinérance du camion photographique de JR.

 

 

 

JR photomaton Saint-Denis rouleauPortraits de JR à Saint-Denis

 

 

 

 

   Les portraits qui représenteront le mieux la diversité du monde contemporain composeront une mosaïque visible de l’extérieur sur le tambour du dôme, et à l’intérieur sur certaines parties du monument. L’ambition est de pouvoir tous les intégrer à l’œuvre finale ! L’ensemble sera inauguré le 22 avril 2014."


 

 

 

JR photomaton Saint-Denis VENTPortraits de JR à Saint-Denis

 

 

 

 "INSIDE OUT est un projet d’art participatif international qui permet aux personnes du monde entier de recevoir leur portrait puis de le coller pour soutenir une idée, un projet, une action et de partager cette expérience. Depuis mars 2011, plus de 195 000 portraits ont été envoyés à travers le monde, dans plus de 100 pays."


 

 

 

JR photomaton Saint-Denis portraitPortrait d'une jeune américaine à Saint-Denis devant le camion photographique de JR

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

 

JR s'affiche à la BNF: un photomaton géant en trompe-l'oeil

JR, un photomaton géant à Beaubourg: faites vous tirer le portrait

JR tire votre portrait avec un photomaton géant à Beaubourg, vidéo

JR, Women are heroes, regards de femmes sur les quais de l'île Saint-Louis

Inside / Out à la galerie Perrotin: Portraits

 

 

 

 

Palagret

mars 2014

street-art et photographie

 



 

    En face de Beaubourg, une photo collée découpée illustre l'expression "décrocher la lune. Comme toujours le mur blanc derrière la fontaine de Tinguely et Niki de Saint-Phalle est barbouillée de tags et de collages. 


 

 

décrocher la lune street-art Beaubourg"décrocher la lune", photo collée sur une des cheminées d'aération de l'Ircam

 

 

 

   Les jets d'eau de la fontaine ne fonctionnent et les sculptures ne tournent pas. Ils ont pourtant été réparés. Les passants jettent des détritus dans l'eau dormante. Un vandalisme ordinaire encouragé par la prolifération des tags.

 


 

coeurs street-art Beaubourg 3"décrocher la lune", photo collée, coeur rouge, fantômes-Mickey de Yosh

au premier plan, coeur rouge de Niki de Saint-Phalle

 

 

 

Lien sur ce blog:

Street-art et vandalisme devant la fontaine Stravinski à Beaubourg

 

 

Palagret

mars 2014

street-art et vandalisme

 


 

   Des chaussures accrochées à des fils électriques ou téléphoniques dans la rue, est-ce du street-art, une installation artistique ou juste une blague ? Repérées rue Rambuteau près de Beaubourg, ces chaussures, baskets ou tennis le plus souvent, vont par paire, attachées par les lacets.

 

 

chaussures accrochées Street-art Beaubourg 6Shoefiti, chaussures suspendues rue Rambuteau, Paris

 

 

 

   Ce nouveau rite urbain est mondial. Commencé aux Etats-Unis on le nomme "shoe tossing" ou "shoefiti". Il y a plusieurs explications à ce phénomène. Les dealers signaleraient ainsi leur présence aux clients. Peu probable car les policiers ne sont pas aussi crétins pour ne pas s'en apercevoir. Les chaussures accrochées seraient un hommage aux membres de gang morts dans la rue. Nous sommes ici près de Beaubourg, un quartier plutôt bobo et les gangs n'ont pas l'air de s'entretuer autour du Musée d'art moderne.


 

 

chaussures accrochées Street-art Beaubourg 4Shoefiti, chaussures suspendues rue Rambuteau, Paris

 

 

 

   Les étudiants ayant réussi leur examens jetteraient des chaussures en l'air pour qu'elles s'accrochent, comme ils jettent leur coiffe à la fin de l'année universitaire. Possible mais nous sommes en février. Ce serait alors une célébration d'un évènement joyeux, un geste spontané un soir de fête.

 

 

 

chaussures accrochées affiche Street-art BeaubourgShoefiti, chaussures suspendues affiche place Stravinski

 

 

      Ici, il s'agit plus vraisemblablement d'une forme d'art urbain, le "shoefiti" (contraction de shoes et graffiti) ou shoe flinging, une manière de marquer le territoire, aérien celui-là. Des papiers collés, chaussures blanches sur fond rouge, accompagnent ces lancers et montrent bien qu'il s'agit d'une action organisée.


 

chaussures accrochées Street-art Beaubourg 1Shoefiti, chaussures suspendues devant Beaubourg rue Rambuteau, Paris

 

 

 

  Dans la catégorie agrégation d'objets, une variante consiste à jeter des chaussures sur un arbre, à les accrocher à une barrière. Les sacs plastiques dans les arbres inspirent aussi certains artistes de rue. L'accrochage de cadenas d'amour sur les parapets des ponts peut être classé avec les accumulations, en plus romantique. Rien à voir cependant avec le côté sportif du lancer de chaussures.

 


 

chaussures accrochées affiche Street-art Beaubourg 0Shoefiti, chaussures suspendues, affiche, Paris

 

 

 

      Ce n'est sans doute pas si facile de jeter une paire de chaussure pour qu'elle s'accroche à un fil à plusieurs mètres de hauteur. Il existe en Australie des concours de lancer de botte. Bientôt une discipline olympique?

 


 

chaussures accrochées Street-art Beaubourg 5Shoefiti, chaussures suspendues rue Rambuteau, Paris

 

 

 

  Et si vous n'aimez pas cette invasion de l'espace public, si vous n'aimez pas voir des chaussures se balancer au-dessus de votre tête, n'essayez pas de les décrocher vous même, les fils électriques sont dangereux.

 


 

chaussures accrochées affiche Street-art Beaubourg 4Shoefiti, chaussures suspendues rue Rambuteau, Paris 

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Le pont des arts va-t-il s'écrouler sous le poids des cadenas d'amour?

Une vitrine couverte de stickers, du stickart ou du vandalisme?


 

 

Palagret

archéologie du quotidien

février 2014

 



 

   Une des quatre tours de la Bibliothèque Nationale de France s'orne d'une oeuvre de street-art de JR. Dans son projet Inside Out, JR photographie des anonymes volontaires grâce à un photomaton géant. Ici il réalise à 110 mètres de hauteur un trompe-l'oeil en noir et blanc représentant la fente d'un photomaton d'où sort une photo. La tour elle-même représente la cabine photographique.

 

 

 

JR BNF trompe-l'oeil street-art 7Photomaton géant sur une tour de la BNF

Trompe-l'oeil de JR

 

 

 

   Toujours sur un fond de pois noirs (des bindis), la jeune femme portraiturée a, petit clin d'oeil, la tête en bas, accentuant ainsi l'effet de la chute du cliché. Ses cheveux tombent vers le sol rendant comique le portrait qui en devient peu compatible pour orner un passeport ou une carte d'identité. JR détourne toujours l'usage normal, officiel, des photos de photomaton.

 

 

 

JR BNF trompe-l'oeil street-art 2Photomaton géant sur une tour de la BNF

Trompe-l'oeil de JR, vu de la passerelle Simone de Beauvoir

 

 

 

   Du 10 au 12 novembre, de 13h à 19h, JR installait un camion décoré en appareil photo pour tirer le portrait des centaines de volontaires qui faisait la queue. Plus tard avec son équipe il apposait son trompe-l'oeil sur la tour: une centaine de bandes de papier sur 950m2 pour former l'image. 

 

 


 

JR BNF trompe-l'oeil street-art 8Photomaton géant sur une tour de la BNF

Trompe-l'oeil de JR

 

 

 

JR BNF trompe-l'oeil street-art 9Photomaton géant sur une tour de la BNF

Trompe-l'oeil de JR vu de la passerelle Beauvoir

 

 

 

   De rares cadenas d'amour sont accrochés à la rambarde de la passerelle Simone de Beauvoir. Avis aux amateurs. Il y a encore de la place alors que le pont des arts est saturé. Par précaution, la Mairie de Paris y enlève des pans entiers de cadenas devenus trop lourds.

 

 

 

 

JR BNF trompe-l'oeil street-art 1Photomaton géant sur une tour de la BNF

Trompe-l'oeil de JR

 

 

 

JR inside out Beaubourg portrait 4Dispositif de JR à Beaubourg en 2011

 

 

 

 

 

Bibliothèque Nationale de France

Quai François Mauriac, Paris 13è

Depuis novembre 2013

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

JR à Saint-Denis, des anonymes pour le Panthéon, vidéo

JR, un photomaton géant à Beaubourg: faites vous tirer le portrait

JR tire votre portrait avec un photomaton géant à Beaubourg, vidéo

JR, Women are heroes, regards de femmes sur les quais de l'île Saint-Louis

Inside / Out à la galerie Perrotin: Portraits

 

 

 

 

Palagret

février 2014

street-art et photographie

 

 


 

   Au coin d'une rue, des petits papiers collés ressemblant à des oreilles à pattes illustrent l'expression: "les murs ont des oreilles". Faites attention à ce que vous dites, on vous écoute, semblent dire ces petits dessins colorés.

 

 

 

street-art-oreilles.jpgOreilles à pattes, street-art

 

 

 

    Aujourd'hui avec la surveillance électronique d'internet et la video-surveillance, les yeux et les oreilles sont de plus en plus perfectionnés.

 

 

 

Google-is-watching-you-street-art.jpg"Google is watching you", "Google vous surveille", pochoir

 

 

 

   Mobstr, un street-artist anglais pose la question essentielle: Who's watching, qui surveille? La phrase blanche et la flèche faites au pochoir désignent une caméra de surveillance de la CCTV, la très efficace video-surveillance municipale de Londres.

 

 

Mobstr-watching-copie-1.jpgWho's watching? Qui surveille?

pochoir de Mobstr à Londres

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Mobstr, critique et détournement de panneaux publicitaires, un street-art contestataire

Détournement d'affiches en hommage à Invasion Los Angeles: l'illusion et le réel

Street-art, citations du film "Invasion Los Angeles": Obey, watch Tv  

Brandalism: vandalisme contre la publicité, des affiches détournées

Les ironiques affiches sauvages de Rero

 

 

Palagret

paranoïa

 

novembre 2013

 


 

   Amour, gloire et botox

   Miss.Tic, street-artist historique revisite avec dérision les couvertures de magazines féminins et masculins. Reprenant ses personnages de jeune femme brune élancée et d'homme décontracté appliqués au pochoir dans la rue, elle parodie les unes des mensuels et hebdomadaires avec ses slogans jeu de mot, cette fois-ci dans une galerie.

 

 

 

Miss.Tic Unes expo 9Publicité duplicité. Couverture parodiée de Votre Beauté

 

 

Miss.Tic Unes expo 5Men's Health, Devenez charmeur de serments à sonnettes, Numéro, Biba


 

Miss.Tic Unes expo 7Amour gloire et botox, couverture parodiée de Elle 

 

 

 

Miss.Tic Unes expo 3Couvertures de madame et l'officiel détournées par Miss.Tic

 

 

 

 

Miss.Tic Unes expo 2Gagnez un échantillon d'éternité, Une de Votre Beauté vue par Miss.Tic

 

 

 

Miss.Tic Unes expo 1Numéro, publicité, duplicité, chair à canon de la beauté

Biba, Madame rêve, Monsieur ronfle, slogans de Miss.Tic

 

 

 

Miss.Tic Unes expo 6Pochoir de Miss.Tic sur la devanture de la galerie W

 

 

 

Miss.Tic-Unes-expo-14.jpgGrazia, changez de régime amoureux. Glamour, qu'on nous jette la première paire de Louboutin. Go, Mâles fêteurs quand il faut payer l'addition. Votre beauté, le corps au régime ment.

 

 

 

 

Miss.Tic  « Les Uns et les Unes »

du 26 septembre au 20 octobre 2013

Galerie W, 44 rue Lepic Paris 18è

 

 

 

 

Lien sur ce blog:

Street-art: Miss.Tic et Mass.Toc, dérision et dégradation 

 

 

 

 

Palagret

street-art

octobre 2013

 

 


 

 

 


Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés