6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 00:36

 
Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 18:16


DES CANARDS MAUDITS ?


    En vain, Aristide Sauveterre a attendu qu’un de ces fabuleux petits canards jaunes veuillent bien s’échouer à ses pieds, sur le littoral de l’Angleterre. Sur la foi du "Daily mail" du 24 juillet 2006, il espérait trouver quelques rescapés blanchis par les eaux. Hélas, pas le moindre palmipède ou castor en vue, pas la moindre tortue. Aristide est revenu bredouille et la presse anglaise ne parle plus de l’odyssée des canards jaunes. Alors, existent-ils vraiment ces jouets naufragés? Où trouver des documents authentifiés, des photos incontestables ? Il faudrait découvrir le nom de la compagnie d’assurance, le manifeste de bord, la déclaration d’accident, si elle existe. On ne sait même pas le nom du bateau qui a perdu sa cargaison dans l’océan. Ni le nom de l’affréteur, ni le nom du Capitaine. Quant à son âge ! Ces canards sont-ils réels ou ne s’agit-il que d’une nouvelle légende urbaine ou plutôt d’une nouvelle légende océano-urbaine.

 

 


  Canard de bain jaune (floatee)

 

 

    Comme jadis le Capitaine Van der Decken à bord du "Hollandais Volant" pris dans une terrifiante tempête, les canards en plastique, sont à la merci de la mer déchaînée. Et comme ce capitaine du dix-septième siècle, les canards ont-ils eux aussi maudit Dieu de leur funeste destin ? Au lieu de jouer avec des tout-petits dans une paisible baignoire, les voilà perdus au milieu des vagues en furie.

    Un dieu courroucé par leur blasphème, a-t-il condamné les petits canards jaunes à une errance éternelle sur les trois océans, telle une dérisoire armada de vaisseaux fantômes? Nos ratisseurs de plage d’aujourd’hui espèrent-ils voir passer dans la brume ces nouveaux "Hollandais Volants" ?

 


 

Canards jaunes à la dérive

 

 

    Aristide Sauveterre ne sait trop que penser. Déçu mais non découragé, il s’est consolé en dénichant chez un brocanteur de Falmouth une boîte de thé en fer à l’effigie du Capitaine Van der Decken. Assez semblable à celle de son ami le Collectionneur, cette merveille trônera bientôt dans une des vitrines de son cabinet de curiosités. Il a aussi trouvé un petit canard de bois qui aurait appartenu au Capitaine James Cook. Le brocanteur lui a affirmé que Cook était célèbre pour sa passion des jouets en bois. Pourquoi pas? Afin de ne pas revenir bredouille, Aristide a emporté ce canard daté du XVIII siècle. Après un dernier coup d'oeil à la mer, ne voyant ni "Hollandais Volant" maudit, ni innocent canard jaune surgir de la brume, Aristide est reparti dans son mas du Languedoc pour s'occuper de sa collection.

 


 

boîte de thé en fer à l’effigie du Capitaine Van der Decken

 

 

Suite de l'aventure des canards perdus

Un canard jaune échoué sur le quatrième piédestal, performance d'Antony Gormley

Un canard géant sur la Tamise à Londres, street-marketing nautique  


Catherine-Alice Palagret
archéologie du quotidien
novembre 2006

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article
15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 00:03

 

DES CANARDS A LA DERIVE


    Une flotte de petits canards jaunes, entraînée par le Gulf Stream, se dirige vers les côtes anglaises. Après un périple de quatorze ans, ces naufragés, décolorés par le soleil et l’eau de mer, vont enfin s’échouer sur les plages d’Angleterre. Ils y sont attendus avec impatience.

 

 

 

canards-sous-la-pluie.jpgCanards sous la pluie

 


    En 1992, un bateau partit de Chine faisant route vers la côte nord-ouest des Etats-Unis. Le 10 janvier, au cours d’un violent orage au milieu de l’océan Pacifique (44.7°N, 178.1°E), une partie de la cargaison se détacha et tomba à l’eau.


 site du naufrage des canards jaunes

 



 

    Les containers s’ouvrirent sous le choc, libérant 29000 jouets en plastique: des grenouilles vertes, des castors rouges, des tortues bleues et surtout des canards jaunes. Heureusement ils flottaient: c’étaient des jouets pour le bain des tout-petits.


 

 

 

 

 

 

 

 

    Depuis  quatorze ans maintenant ces canards dérivent sur l’océan, au gré des courants. Pendant l’été 1992, après 3500 kilomètres, un premier groupe s’échoua en Alaska. Un autre traversa le détroit de Behring et resta prisonnier des glaces pendant plusieurs années avant de reprendre son errance.


    Ces jouets dérivants apportent  aux océanographes de précieuses informations sur la dynamique des courants. On retrouve de petits canards jaunes (rubber duckies) un peu partout, en Indonésie, en Australie, en Amérique du sud, sur les plages du Maine et du Massachusetts. 


    « 29OOO objets déversés dans l’océan au même endroit, quelle incroyable opportunité ! C’est étonnant ce que ces canards peuvent nous apprendre.» dit le  Dr Curtis Ebbesmeyer, océanographe et expert de débris marins à Seattle.

 


 

Le Docteur Curtis Ebbesmeyer et quelques jouets de bain

 

   

 

    La compagnie First year qui a importé les jouets offrait une récompense de 100 dollars pour chaque unité trouvée mais les canards jaunes sont devenus l’objet d’un véritable culte et peuvent s’échanger jusqu’à 1000 dollars sur internet.
Après quatorze ans de voyage sur l’océan, les canards et les castors sont devenus blancs alors que les tortues et les grenouilles ont gardé leur couleur.



Les jouets de bain First year

 

 
    Chaque année plus de dix mille containers tombent à la mer. L’océan est une poubelle, encombrée de chaussures Nikes, de briques Lego, d’équipements de base-ball etc. Dans ce que les océanographes appellent le "garbage patch" (le banc d’ordure), situé sous l’océan artique, les détritus tournoient sans relâche, captifs des courants circulaires. Le plastique, au contraire du pétrole,  ne se dégrade pas. Les oiseaux de mer, les poissons ou les ours de la banquise en avalent des morceaux, au risque de s’étrangler. De minuscule débris se mélangent au plancton, libérant des polluants dangereux pour la faune et la flore. Cette innocente armada de jouets de bain aux couleurs si éclatantes s'intègrent à la chaîne alimentaire et nous menace.



banderolle.jpgcanards jaunes en plastique en sécurité dans une baignoire


    Aristide Sauvetere est peu soucieux des problèmes écologiques mais c'est un collectionneur. Tout ce qu'il veut c'est un canard jaune en plastique, une tortue, ou une grenouille même blanchis par l'océan, pour l'ajouter à son cabinet de curiosités. Il s'est embarqué début Juillet pour l'Angleterre où il a planté sa tente sur une plage.

Et Aristide attend ...

 


 

 

 voir la suite

les canards jaunes de la Nasa

Un canard géant sur la Tamise à Londres, street-marketing nautique

Le canard géant de Florentijn Hofman en tournée mondiale

 

 

 

 

 

 

 

Palagret

septembre 2006

archéologie du quotidien



Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article