2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 18:36

 

    Ours blanc, sanglier, élan, panthère, loup, chien de chasse, oiseaux, tous ces animaux peuplent le Musée de la chasse et de la Nature dans le bel hôtel Mongelas. Un bestiaire empaillé, peint, sculpté ou gravé. S'y mêlent quelques animaux fabuleux comme la licorne, des armes précieusement ouvragées et des objets bizarres comme le fusil à tirer dans les coins.


 

 

Musée chasse panthères Pétrovitch céramiqueCouple de panthères naturalisées et céramique de Françoise Pétrovitch

Salle des Trophées, Musée de la Chasse


 

 

     Au milieu de cette ménagerie sauvage se cachent des créations d'art contemporain: le plafond de chouettes de Jan Fabre, le chien de Jeff Koons, le bézoard enchâssé de perles de Jean-Michel Othoniel, la cabane de Mark Dion etc ... 


 

 

Musée chasse cor de Pii Chien de KoonsChiens de chasse, cor de Pii et chien de Jeff Koons

Salon des chiens, Musée de la Chasse

 

 

    Depuis 2007, le Musée de la Chasse et de la Nature confie des expositions temporaires à des artistes contemporains comme Laurent Millet, Françoise Pétrovitch ou Marc Couturier. Après les expositions certaines pièces restent en place comme les cabinets de Françoise Pétrovitch.

 

 

 

Musée chasse Pétrovitch cabinet sanglierCabinet du sanglier de Françoise Pétrovitch

Salle du Sanglier, Musée de la Chasse

 

 

 

    Au contraire du Musée d'Orsay, le Musée de la chasse et de la Nature à Paris autorise les photographies des oeuvres permanentes et des expositions temporaires. Les gardiens pallient au manque de cartels en renseignant les visiteurs qui ont du mal à trouver ou à identifier les oeuvres. 


 

 

Musée chasse Pétrovitch salon de compagnie cagesCages de Françoise Pétrovitch,  Musée de la Chasse

 

 

 

 

Musée de la Chasse et de la Nature

Hôtel de Mongelas, 60 rue des Archives 

75003 Paris

 


 

 

Musée Chasse salle oiseaux ours blancOurs blanc et canards, Salon des Oiseaux,  Musée de la Chasse

 

 

Lien sur ce blog:

Les terrines zoomorphes du Musée de la Chasse, faïences polychromes


 

 

 

 

 

 

Palagret

musées

septembre 2012

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 11:40

 

 

Video du pop-up store Vuitton Kusama.

 

 

 

Kusama-pop-up-store-Vuitton-Printemps-foulards.jpgFoulards, pop-up store Yayoi Kusama Louis Vuitton, Printemps Haussmann

 

 

 

 


Yayoi Kusama et Vuitton au pop-up store du... par Palagret

 


 

 

 Kusama-pop-up-store-Vuitton-Printemps-sacs-4.jpgSacs à pois, pop-up store Yayoi Kusama Louis Vuitton, Printemps Haussmann

 

 

 

Voir article et autres photos ici

 

 

 

Pop-up store, boutique éphémère Yayoi Kusama pour Louis Vuitton
Printemps Mode Haussmann Niveau -1
Du 23 août au 21 octobre 2012

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Yayoi Kusama et l'obsession des petits pois (dots) à La Villette

 

 

 

 

 

 

Yayoi Kusama chez Selfridges à Londres

 

 

Palagret

art et commerce

août 2012

 

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 11:17
  Yayoi Kusama, la plasticienne aux petits pois, a su transformer ses cauchemars en oeuvres d'art. Un jour après avoir observé une nappe à pois, Yayoi, alors enfant, a eu une hallucination qui est devenu une obsession:
" Quand j'ai levé la tête, j'ai vu le même motif couvrant le plafondles fenêtres et les murs et finalement toute le pièce, mon corps et l'univers. J'ai eu l'impression de commencer à disparaître, de retourner à l'infinité du temps sans fin et à l'espace absolu et d'être réduite au néant. " 1


Kusama pop-up store Vuitton Printemps figurineStatuette de Yayoi Kusama, pop-up store Louis Vuitton, Printemps Haussmann


    Aujourd'hui, les hallucinations et les souffrances qui ont accompagné Yayoi Kusama toute sa vie se retrouvent ici affadies dans une collection de sacs, écharpes et vêtements. "Dots Infinity" n'est plus que la déclinaison mécanique de son iconographie pour la collection Louis Vuitton, en collaboration avec Marc Jacobs.



Kusama pop-up store Vuitton Printemps entréeEntrée du pop-up store Yayoi Kusama Louis Vuitton, Printemps Haussmann
 
   Du sol au plafond, le pop-up store Vuitton, boutique éphémère, est habillé de pois rouges sur fond blanc. Des ballons en forme d'amibes ou de phallus sont suspendus au plafond ou posés au sol sous les présentoirs transparents. Tout se reflètent dans de grands miroirs.



Kusama pop-up store Vuitton Printemps sac vertSacs verts à pois noirs, pop-up store Yayoi Kusama Louis Vuitton, Printemps Haussmann

 
 A New-York, Louis Vuitton a ouvert une boutique Kusama deux jours avant la rétrospective de l'artiste japonaise au Whitney Museum. Les petits pois Kusama-Vuitton pousseront aussi au Pacific Palace de Hong-Kong, au Ngee Ann City de Singapour, à Tokyo.



Kusama pop-up store Vuitton Printemps 3Vue plongeante sur le pop-up store Yayoi Kusama Louis Vuitton, Printemps Haussmann
     
 
  Au grand magasin Selfridges de Londres, la boutique éphémère délaisse les petits pois pour des sculptures de citrouille. A Singapour, ce sont des tentacules de la série "Biomorphic nerves".



Kusama pop-up store Vuitton Printemps sacs pois noirsSacs à pois noirs, pop-up store Yayoi Kusama Louis Vuitton, Printemps Haussmann

    A Paris, à l'intérieur du magasin du Printemps, les deux vitrines permanentes de Louis Vuitton présentent des sculptures de Yayoi Kusama, des fleurs et des tentacules. En extérieur sur le boulevard Haussmann, cinq vitrines présentent des mannequins portant la collection "Dots Infinity".



Kusama pop-up store Vuitton Printemps fleurs"Eternal blooming flowers in my mind"
Fleurs de Yayoi Kusama, vitrine Louis Vuitton, Printemps Haussmann


   La marque Louis Vuitton crée un évènement marketing total qui n'est pas sans rappeler les 11 expositions de Damien Hirst, autre adepte des petits pois, multicolores ceux-là. Damien Hirst lui n'a pas encore créé de ligne de vêtements.




Kusama Vuitton tentacules Printemps"Beginning of the universe"
Tentacules de Yayoi Kusama, vitrine Louis Vuitton, Printemps Haussmann



    Pour les collections Vuitton, Marc Jacobs a déjà collaboré avec les artistes Stephen SprouseTakashi Murakami, et Richard Prince. Yayoi Kusama est la seule artiste à avoir plusieurs pop-up stores dans le monde.




Kusama-Selfridges.jpgPop-up store de Londres, citrouilles de Yayoi Kusama
et collection Louis Vuitton, Printemps Haussmann

 

 

 

     Voir la video ici

 


 

 

Boutique éphémère Yayoi Kusama pour Louis Vuitton
Printemps Mode Haussmann Niveau -1    Paris

Du 23 août au 21 octobre 2012

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Yayoi Kusama en vitrine Vuitton, petits pois et tentacules

Yayoi Kusama et l'obsession des petits pois (dots) à La Villette


 

 

 

 

Yayoi Kusama chez Selfridges à Londres

 

 

Palagret

art et commerce

août 2012

 

 

 

 

Sources:

1- in Art Forum 1997. Dot dot dot, par Andrew Solomon

Dossier de presse

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 16:59

 

   Lilicopter, posé dans la salle 1830 de Versailles, est entouré de peintures héroïques célébrant les valeureux révolutionnaires des "Trente Glorieuses". Paré de plumes d'autruche roses, saumons et oranges, de brillants et de feuilles d'or, l'hélicoptère de Joana Vasconcelos  est un pied de nez à cette noble assemblée où les femmes ne sont que de jolies perruches éperdues d'admiration pour ces mâles combattants. 


 

 

Vasconcelos Versailles Lilicopter salle 1830 0097Tableau célébrant les "Trente Glorieuses" et plumes roses du Lilicopter de Joana Vasconcelos, Versailles

 

 

 

   Aujourd'hui, Marie-Antoinette, qui aimait beaucoup les plumes d'autruche pour ses chapeaux, ne monterait pas dans un carosse mais plutôt dans un luxueux hélicoptère orné de fanfreluches. Un lilicopter qui conviendrait aussi à Lady Gaga et à ses excentricités. Un hélicoptère guerrier Bell ironiquement détourné. Avec ses pales couvertes de plumes, l'engin n'irait pas bien loin et la cabine de pilotage ressemble plus à un boudoir qu'à un habitacle technique.

 

 

 

Vasconcelos Versailles Lilicopter salle 1830 0111Cabine de pilotage. Lilicopter de Joana Vasconcelos, Versailles

 

 

 

   Une sculpture d'art contemporain tout à fait incongrue à Versailles, ce qui en fait tout l'intérêt. Joana Vasconcelos présente des oeuvres pleines d'humour qui dynamitent l'esprit de sérieux de ce lieu de pouvoir. Des sculptures textiles tarabiscotées qui s'accordent à la décoration extravagante des appartements du Roi-Soleil. 

 


 

Vasconcelos Versailles Lilicopter salle 1830 0095Lilicopter de Joana Vasconcelos, salle 1830, Versailles

 

 

 

 

Vasconcelos Versailles Lilicopter salle 1830 0099Tableau de 1830 et lilicopter de Joana Vasconcelos, Versailles

 

 


      La salle 1830 de Versailles est dédiée à Louis-Philippe Duc d'Orléans qui à la faveur des journées révolutionnaires des "Trois Glorieuses" devint Louis-Philippe 1er, roi élu des Français. Les murs de la salle sont couverts de grandes peintures historiques célébrant ces journées héroïques. On n'y voit que des hommes. Les femmes sont reléguées au balcon, élégantes écervelées admirant les mâles guerriers qui font l'histoire.


 

 

Vasconcelos Versailles Lilicopter salle 1830 0101Lilicopter de Joana Vasconcelos, Versailles

 

 

 

    Les Walkyries de Joana Vasconcelos, oeuvres de tissu tentaculaires, sont exposées dans la galerie des Batailles, des batailles pour la plupart oubliées.  Les sculptures sont impressionnantes et une fois de plus très drôles dans ce lieu.



 

Vasconcelos Versailles Lilicopter salle 1830 0123Femmes au balcon admirant les valeureux guerriers

 

 

 


"Joana Vasconcelos Versailles" 

 Château de Versailles, place d'Armes, 78 000, Versailles. 

Du mardi au dimanche de 9 heures à 18 h 30 pour les grands appartements, de 8 heures à 20 h 30 pour le parc.

Entrée : 18 €.

Du 19 juin au 30 septembre 2012.

 


 

Vasconcelos Versailles Lilicopter salle 1830 0102Plumes et feuilles d'or. Lilicopter de Joana Vasconcelos, Versailles

 

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Mary Poppins à Versailles, sculpture molle hallucinatoire de Joana Vasconcelos

Joana Vasconcelos, Valkyries tentaculaires dans la salle des batailles de Versailles

Joana Vasconcelos: la noiva (la mariée), un lustre d'une blancheur virginale exilé au 104

Joana Vasconcelos, contamination textile à Versailles en juin 2012

Patrimoine et art contemporain à Versailles: esprit de sérieux et dérision avec Koons, Murakami, Vasconcelos, etc

 

 

 

 

Palagret

art contemporain et patrimoine

photos en Creatives Commons

août 2012

 



Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 22:23

 

    La poésie et les impôts feraient-ils bon ménage? Le Bateau Ivre, long poème d'Arthur Rimbaud, a jeté l'ancre non loin de l'église Saint-Sulpice. Les cent vers sont calligraphiés sur un mur du Centre des Finances publiques, rue Férou, . Pourquoi là?

 

 

 

 Rimbaud Bateau ivre mur rue Férou 0Le bateau ivre, poème d'Arthur Rimbaud, calligraphié sur un mur rue Férou

 

 

 

  D'abord il y a un grand mur nu un peu triste. Ensuite depuis 2010, à deux pas du mur, il existe une plaque à l'angle des rues Bonaparte et du Vieux-Colombier où le 30 septembre 1871, Arthur Rimbaud a récité son poème au restaurant Denogeant, aujourd'hui disparu, lors du dîner des «Vilains-Bonshommes».

 

 

 

Rimbaud-Bateau-ivre-mur-rue-Ferou-Saint-Sulpice.jpgLe bateau ivre, poème d'Arthur Rimbaud, calligraphié sur un mur rue Férou 

 

 

 

   Dans le poème Le Bateau ivre, Arthur Rimbaud raconte comment un bateau rompt ses amarres (Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots), une métaphore du poète rompant avec l'idéologie dominante et la poésie traditionnelle.

 

Le Bateau, c'est à dire le poète, voit des choses magnifiques et horribles:

"Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !

 Échouages hideux au fond des golfes bruns

Où les serpents géants dévorés des punaises

Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !"


 

 

Rimbaud Bateau ivre mur rue Férou 2brumes violettes, Le bateau ivre, poème d'Arthur Rimbaud, calligraphié sur un mur rue Férou

 

 

 

      Mais le poète s'épuise dans toutes ces aventures:

"Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes. 
Toute lune est atroce et tout soleil amer"

 

 

 

Rimbaud Bateau ivre mur rue Férou 5Le bateau ivre, poème d'Arthur Rimbaud, calligraphié sur un mur rue Férou

 

 

 

       Le poète "regrette l'Europe aux anciens parapets !"

 


Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

 

 

 

Rimbaud Bateau ivre mur rue Férou 9Le bateau ivre, poème d'Arthur Rimbaud, calligraphié sur un mur rue Férou 

 

 

 

    Le vers "Les yeux horribles des pontons" nous semblent obscur comme beaucoup d'autres images du poème. Il s'agit d'une référence à la Commune de Paris.


"On sait en effet qu'au lendemain de la semaine sanglante (21-28 mai 1871), ceux qui n’avaient pas été fusillés par les Versaillais furent entassés dans ces prisons flottantes qu’étaient les "pontons". En terminant son texte sur cette allusion très politique, Rimbaud ne laisse aucun doute sur sa volonté d’en éclairer le texte tout entier. Le bateau, dont le vers 41 nous dit qu’il a « suivi, des mois pleins, […] la houle à l’assaut des récifs », représente bien ce jeune communard que fut Rimbaud, spectateur probablement passif (verbe « suivre ») mais enthousiaste de l’épisode révolutionnaire, lequel épisode révolutionnaire trouve sa métaphore dans l'océan furieux." 1 

 



Rimbaud Bateau ivre mur rue Férou 7Le bateau ivre, poème d'Arthur Rimbaud, calligraphié sur un mur rue Férou
à côté de la librairie l'Âge d'homme


   Le poème est aussi une allégorie du cheminement de l'enfance à l'âge d'homme. Coïncidence, la maison d'édition "L'âge d'homme" est juste en face de la calligraphie.

 


Rimbaud Bateau ivre mur rue Férou 1 Jan Willem Bruins calligraphiant Le Bateau Ivre 

 

 

 

  Ce poème mural de 300 m2 a été réalisé par le peintre calligraphe hollandais Jan Willem Bruins. 

 

 

 

 

 Rimbaud pochoirPochoir d'Arthur Rimbaud, d'après la photo  prise en 1871 par Etienne Carjat

 

 

 

 

Le bateau ivre, poème d'Arthur Rimbaud

Calligraphié sur un mur de la rue Férou

Paris 6è


 

 

Palagret

archéologie du quotidien

août 2012

 

 


Source:

1- Analyse du Bateau ivre

Wikipedia, les Vilains Bonhommes

 

 

Le bateau ivre

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

 

 

 

Rimbaud pochoir voyellesVoyelles, poème imprimé sur le visage d'Arthur Rimbaud, street-art

 

 

 

 

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sûres,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !



J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux...

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes. 
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

 

Arthur Rimbaud

 

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 00:00

 

    Quand l'art contemporain investit les monuments historiques comme Versailles ou le Louvre, on ne s'ennuie pas. La confrontation de sculptures pop surréalistes et des intérieurs baroques dynamite l'esprit de sérieux et fait ressortir la grandiloquence de l'architecture intérieure et des portraits de grands hommes qui l'ornent. De valeureux militaires et hommes d'état dont, pour la plupart, les noms ne nous disent plus rien.

 

 

 

Valkyrie de Joana Vasconcelos, Galerie des batailles (oubliées), château de VersaillesVasconcelos Versailles Royal Valkyrie Galerie des Batailles

 

 

     

    A part quelques rois, reines, courtisanes et héros, que d'obscurs courtisans, généraux et maréchaux pompeusement représentés, encadrés de lourdes volutes dorés; que de tableaux de batailles et de traités oubliés dans les salons de Versailles.


 

 

 

Versailles-Koons-Bear---Policeman-salon-guerre-4.jL'ours et le policeman, sculpture de Jeff Koons

A l'entrée de la Galerie des Glaces, Salon de la Guerre, Versailles

 

 

 

 

    Voir les représentants de l'art contemporain dans ces lieux sacralisés est un vrai délice. L'ours et le Policeman de Jeff Koons dans le Salon de la Guerre était très drôle. Deux ans plus tard, Miss Ko, la soubrette délurée de Murakami posait à côté du mâle portrait de Louis XIV à cheval terrassant ses ennemis. Deux renommées dorées penchées vers le Roi-Soleil sonnent la victoire d'un si valeureux guerrier. Miss Ko, plus terre à terre, se contentent de tendre la main vers un client de fast-food alors que son image se démultiplie dans les miroirs.

 

 

 

Murakami-Versailles-Miss-KO-salon-de-la-Guerre.jpgMiss Ko de Murakami, salon de la Guerre, Versailles

 

 

    Cette année, la plasticienne portugaise Joana Vasconcelos, première femme dans ces lieux dédiés au culte de la virilité, occupe à son tour le Salon de la Guerre (coeur noir) et le Salon de la paix (coeur rouge) avec deux coeurs faits de couverts en plastique soudé. Choc de matières: des matériaux du quotidien face aux dorures et aux stucs des luxueux Salons. Choc des cultures: louange et admiration d'un côté, dérision et humour de l'autre. 


 

 

Vasconcelos Versailles Coeur indépendant noir 0938Coraçao Independente Pretode Joana Vasconcelos, salon de la Guerre, Versailles

 

 

 

 

Vasconcelos Versailles Coeur indépendant rouge 0980Coraçao Independente Vermelho de Joana Vasconcelos, salon de la Paix, Versailles

 

 

 

 En 2008, Jeff Koons exposait lui aussi un coeur rouge monumental (Hanging heart) dans l'Escalier de la Reine. Un coeur massif en acier inoxydable.


 

 

 

Koons Pink PantherPink Panther de Jeff Koons, Salon de la Paix, Versailles

 

 

 

 

     Dans le Salon de la Paix, Jeff Koons présentait "Pink Panther", la panthère rose du dessin animé enlaçant une sirène et Murakami "Superflat flowers", une guirlande de marguerites au sourire béat. Des images issues de la sous-culture populaire des dessins animés et des mangas. Une profanation pour les défenseurs d'un Versailles figé dans sa splendeur royale.


 

 

 

Murakami-Versailles-Superflat-Flowers-Salon-de-la-Paix-3.jpgFlower superflat de Murakami, Salon de la Paix, Versailles


 

 

    On aurait bien vu "la mariée" de Joana Vasconcelos, le lustre fait de tampons, dans le Salon de la paix, dans la Chambre de Marie-Antoinette ou même dans la Salle des Batailles mais la sculpture n'a pas été jugé d'assez bon goût par les Commissaires de l'exposition. Le lustre scandaleux a trouvé refuge au 104.


 

 

 

Venet 85.8 Arc x 16 Versailles 8Statue de Louis XIV encadré par les Arcs de Bernar Venet, château de Versailles

 

 

 

 

     Le château du Roi-Soleil supporte très bien l'art contemporain, malgré tous les grincheux qui se déchaînent pour faire interdire les expositions, sans succès. Koons, Murakami, Vasconcelos ne font que passer, quelques mois dans une histoire de plusieurs siècles. La plupart des touristes ignorent les oeuvres contemporaines et béent d'admiration devant les ors, les marbres, les miroirs, les tableaux et les sculptures commandées par Louis XIV aux artistes les plus talentueux de son temps. Des artistes contemporains.

 

    En 2013 Giuseppe Penone exposera à Versailles, plus dans les jardins que dans les appartements royaux, comme Xavier Veilhan en 2009 ou Bernar Venet en 2011.



 

 

 

"Joana Vasconcelos Versailles"

Château de Versailles

Du mardi au dimanche, 9 heures - 18 h 30 pour les grands appartements.

8 heures - 20 h 30 pour le parc.  

Du 19 juin au 30 septembre 2012.

 

 

 

 

Lire aussi sur ce blog:

Mary Poppins à Versailles, sculpture molle hallucinatoire de Joana Vasconcelos

Joana Vasconcelos à Versailles: lilicopter, un hélicoptère en plumes roses au milieu de mâles révolutionnaires

Joana Vasconcelos, contamination textile à Versailles en juin 2012

Joana Vasconcelos: la noiva (la mariée), un lustre d'une blancheur virginale au 104

Bear and the policeman de Jeff Koons à Versailles

Rabbit de Jeff Koons à Versailles

Buste de Louis XIV en inox et buste de Jeff Koons en marbre à Versailles

Murakami à Versailles: Flower Matango à la Galerie des Glaces

Bernar Venet à Versailles: caprice sculptural, sculpture monumentale, 219.5° Arc x 28


 

 

Palagret

art contemporain

août 2012

 

 

cc.gif



 

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 17:05

 

   Doppelgänger, Leviathan, Talos, Arachné, Pneuma, Kafka, Tête du Minotaure aux points de suture, voici les noms des curieuses chimères de Neri Oxman, inspirée par la mythologie. Designer, architecte, artiste, la jeune femme crée des formes mi-organiques mi-industrielles en impression 3D, un procédé technique complexe. Les explications sur la genèse des oeuvres restent obscures pour les non-scientifiques. Le nom poétique des oeuvres contraste avec les froids calculs qui les ont fait naître et renvoie au Livre des êtres imaginaires (1957) de Jorge Luis Borges. Imaginaire et technologie  se fécondent et donnent des formes et des couleurs séduisantes qui font penser à des masques, des heaumes, de créatures de l'espace ou des carapaces de super-héros.  


 

Multiversités créatives Oxman TalosTalos, morphologie en fossette informée par la géométrie

Neri Oxman, Multiversités créatives, Beaubourg

 

 

     "Pour Neri Oxman le matériau participe activement à la genèse de la forme architecturale. Chaque objet mythique trouve sa contrepartie expérimentale prospective. Les ailes de la nymphe Daphné se transforme en machine volante, l'armure du gardien Talos devient une peau protectrice." 1


 

Multiversités créatives Oxman arachnéeArachné, morphologie tri-dimentionnelle Vorona, et Pneuma

Neri Oxman, Multiversités créatives, Beaubourg

au fond, Chrysalis de Kudless / Matsys

 

 

  "En ayant recours aux technologies de fabrication les plus innovantes associées à des environnements de programmation fournis par Objet et MathWorks, Neri Oxman en collaboration avec W. Craig Carter, Joe Hicklin et James C. Weaver explorent l'intimité des composants de la matière." 1



Multiversités créatives Oxman BeaubourgDix-huit prototypes,

Neri Oxman, Multiversités créatives, Beaubourg

 

 

  •  

 

  "Dans « Multiversité créatives», les approches technologiques, esthétiques et sociétales s'entrecroisent autour de quelques thèmes simples : générer, fabriquer, représenter." 1


 

 

Multiversités créatives Oxman minotaureTête du Minotaure aux points de suture, morphologie de Gosper

Neri Oxman, Multiversités créatives, Beaubourg

 

 

 

Multiversités créatives » veut entraîner ses visiteurs sur la piste de l'expérimentation, de la recherche et des travaux prospectifs dans les domaines de l'architecture, du design, des nouvelles technologies et de l'innovation sociale.


 

 

Oxman-Kafka-Multiversites-creatives-Beaubourg-211.jpgKafka renvoie à la carapace de cafard dans la Métamorphose

Neri Oxman

 


 
« Donner des images justes et fortes d'un univers d'objets dont l'unité et la cohérence sont problématiques. Et non seulement de s'en porter témoin, mais aussi d'y agir, comme un pôle créant son champ d'attraction, d'interaction, y engendrant la novation ». Ce manifeste, énoncé en 1986 par le philosophe Jean-François Lyotard, résume à lui seul l'esprit de la manifestation qui rassemble quinze dispositifs spécialement conçus et réalisés pour l'occasion. " 1


 

 

Multiversités créatives Oxman Leviathan IILeviathan II, morphologie laminaire

Neri Oxman, Multiversités créatives, Beaubourg

 

 

 

 

« Multiversités créatives »

Neri Oxman

Etres imaginaires: mythologies du pas encore, 2012

Du 3 mai au 6 août 2012
Centre Pompidou
Espace 315

 

 

Neri Oxman explique son travail au M.I.T. (en anglais)

 

 

 

Palagret

Photos Palagret CC

art contemporain

juillet 2012


 

Source:

1- dossier de presse



Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 20:42

 

    A noiva, un grand lustre blanc est suspendu sous la verrière du Cent-quatre, près des danseurs de hip-hop. Les adolescents ne lui prêtent aucune attention. S'ils s'approchaient et examinaient l'objet, ils se rendraient compte que le lustre, oeuvre de Joana Vasconcelos, est fait de tampons hygiéniques enveloppés de cellophane qui brillent dans la lumière comme des pendeloques de cristal. 


 

Vasconcelos Noiva 104 457A Noiva (The Bride ou La Mariée), 2001-2005, Joana Vasconcelos au Cent-quatre 

 

 

 

         Sur le luminaire blanc, des fils bleus du plus charmant effet pendent, remplaçant les  pampilles qui ornent habituellement les lustres des hôtels et des palais grand siècle. L'idée de luxe et de grandeur est ainsi pervertit par l'utilisation de tampons d'hygiène féminine, objet dont on ne parle pas et qu'on n'exhibe jamais. La blancheur immaculée du lustre parle de sang.


 

 

 


La Noiva de Joana Vasconcelos au Cent-quatre par Palagret

 

 

 

 

     En 2001, Joana Vasconcelos avait assemblé Carmen, un premier lustre noir et agrémenté de dizaines de boucles d'oreilles vivement colorées. Pour l'exposition de Joana Vasconcelos à Versailles, " La première question que nous nous étions posée, Jean-Jacques Aillagon et moi, quand nous avons commencé à réfléchir à l'exposition, c'était: où va-t-on mettre La Fiancée? J'avais un rêve: obtenir que deux lustres de la Galerie des Glaces soient détachés et suspendre à leur place La Fiancée à une extrémité, Carmen à l'autre, la blanche et la noire, la pure et la pute. Mais non, il paraît que ce sont des oeuvres sexuelles, et que ce n'est pas convenables à Versailles. Comme s'il n'y avait pas eu tant de femmes à Versailles et tant d'histoires de sexe!" 1 

 

 

    La Mariée (la noiva, the bride), le lustre contesté de Joana Vasconcelos n'a donc pas convenu aux prudes conservateurs de Versailles. La sculpture de tampons trône aujourd'hui au 104, nouveau Salon des Refusés. Ce lustre scandaleux semble n'émouvoir personne ici. La sculpture s'harmonise avec les poutrelles grises de la verrière et les élastiques tendus d'Anne-Flore Cabanis. Seules les chaises longues ajoutent une touche de couleur sous la verrière.


 

 

Vasconcelos Noiva 104 338A Noiva (The Bride ou La Mariée), 2001-2005, Joana Vasconcelos au Cent-quatre 

 

 

 

 

      A Versailles, le lustre aurait eu plus de force au milieu des dorures et des stucs. Le château du Roi-Soleil, écrin dédié à la force virile, était aussi le royaumes des courtisanes, un lieu où le pouvoir des femmes s'exerçait dans l'ombre. La Noiva, oeuvre provocante y avait toute sa place.

 


 

Vasconcelos Noiva 104 399

A Noiva (The Bride ou La Mariée), 2001-2005, Joana Vasconcelos au Cent-quatre 


 

 

 

Dossier de presse

"La nature du processus créatif de Joana Vasconcelos repose sur l’appropriation, la décontextualisation et la subversion d’objets préexistants et de réalités du quotidien. En partant d’ingénieuses opérations de déplacement, réminiscence du ready-made et des grammaires du Nouveau Réalisme et du Pop Art, l’artiste nous offre une vision complice, mais en même temps critique, de la société contemporaine et des divers aspects qui servent les énoncés de l’identité collective. En particulier ceux qui renvoient au statut de la femme, aux différences de classe ou encore à la question de l’identité nationale."


 

 

 Vasconcelos Noiva 104 406

A Noiva (The Bride ou La Mariée), 2001-2005, Joana Vasconcelos au Cent-quatre 

 

 

 

"De cette stratégie naît un discours attentif aux idiosyncrasies contemporaines. A travers celles-ci les dichotomies habituelles artisanal/industriel, privé/public, tradition/modernité et culture populaire / culture érudite apparaissent investies d’affinités aptes à rénover les habituels flux de signification caractéristiques de la contemporanéité. "

 

 

 

Vasconcelos Noiva 104 458A Noiva (The Bride ou La Mariée), 2001-2005, Joana Vasconcelos au Cent-quatre 

 

 

 

Vasconcelos Noiva 104 407

A Noiva (The Bride ou La Mariée), 2001-2005, Joana Vasconcelos au Cent-quatre 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Mary Poppins à Versailles, sculpture molle hallucinatoire de Joana Vasconcelos

Joana Vasconcelos, contamination textile à Versailles en juin 2012

Patrimoine et art contemporain à Versailles: esprit de sérieux et dérision avec Koons, Murakami, Vasconcelos, etc

Connexions d'Anne-Flore Cabanis au 104, élastiques vibrants

Video: Bâtiment de Leandro Erlich au 104, trompe-l'oeil, illusion et vertige

 

 

 

 

Palagret

art contemporain

Photos Palagret en CC

juillet 2012

 

 

 cc.gif

 


Source: Dossier de presse

1- in Le Monde

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 19:48

 

     Anne-Flore Cabanis investit le 104 avec "Connexions", une installation d'élastiques tendus du sol au plafond et de mur à mur.

 

 


Cabanis Connexions 104 374Connexions d'Anne-Flore Cabanis, atelier 1, Cent-quatre

 

 

 

Anne-Fore Cabanis travaille avec des rubancs tendus et de l'adhésif, semant des parcours inattendus dans les galeries, les rues et les jardins.



 


Connexions, Anne-Flore Cabanis au 104 par Palagret

 

 

 

Voir l'article et les photos


 

 

Cabanis Connexions 104 389Connexions d'Anne-Flore Cabanis, Halle Aubervilliers, Cent-quatre

 

 

 

Connexions, Anne-Flore Cabanis

Du 5 avril au 5 août 2012

Cent-quatre, 5 rue Curial, Paris 19è

 

 

 

Billets sur les expositions du Cent-quatre:

In perceptions: Bâtiment de Leandro Erlich au 104, trompe-l'oeil, illusion et vertige

Pistoletto, 20 miroirs brisés au 104 à Paris

Johan Lorbeer: vie tranquille, vie perchée au 104

La villa Arpel reconstituée au 104, le terrain de jeu de JacquesTati 


 

 

Palagret

art contemporain

juillet 2012 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 17:44

 

   Les élastiques tendus d'Anne-Flore Cabanis vibrent avec l'air et le passage des visiteurs. Dans la Halle Aubervilliers du Cent-quatre trois ensembles de treize élastiques colorés redéfinissent l'espace. Comme des rayons de soleil, ils strient l'air; un groupe s'élargit du sol au plafond, l'autre du plafond au sol, le troisième horizontal suit la verrière. L'installation, ou sculpture, est faite de minces bandes et de beaucoup de vide.



 

Cabanis Connexions 104 380Connexions d'Anne-Flore Cabanis dans la Halle Aubervilliers du Cent-quatre

 Dos blanc du Bâtiment trompe-l'oeil de Leandro Erlich    

 

 

 

 

 

   Dans les ateliers 0 et 2 du cent-quatre, Anne-flore Cabanis, a tendu de multiples bandes blanches qu'il faut franchir ou contourner pour atteindre la pièce du fond où elle expose "densité", un grand dessin tracé d'une seule ligne aléatoire qui ne se coupe jamais.


 

 

 

Cabanis Connexions 104 359Densité et Connexions d'Anne-Flore Cabanis, atelier 2, Cent-quatre

 

 

 

Cabanis Connexions 104 369Connexions d'Anne-Flore Cabanis, atelier 2, Cent-quatre

 

 

 

    Dans la nef Curial, cinq ensembles d'élastiques blancs divisent le vaste espace et créent des obstacles faciles à traverser. Le blanc de Connexion s'harmonise avec les poutrelles gris clair de la nef et le lustre blanc, la mariée, de Joana Vasconcelos, donnant un environnement aux teintes douces où s'activent les danseurs de hip-hop, les musiciens et les enfants qui trouvent là un beau terrain de jeu.

 

 

Cabanis Connexions 104 461Connexions d'Anne-Flore Cabanis dans la nef Curial du Cent-quatre

Au fond le lustre de Joana Vasconcelos, a noiva


 

 

Cabanis Connexions 104 396Connexions d'Anne-Flore Cabanis dans la nef Curial du Cent-quatre

 

 

 

   Les lignes tremblant au moindre attouchement mettent en "connexion" le sol et le plafond, le béton, la pierre des murs et le verre du toit, l'ombre et la lumière, le spectateur et l'artiste. On peut toucher l'oeuvre et la faire vibrer, l'enjamber ou se faufiler dessous. "Connexions" se modifie ainsi avec l'action des visiteurs et le léger vent qui souffle dans le bâtiment aux portes ouvertes.



 

Cabanis Connexions 104 486Connexions d'Anne-Flore Cabanis dans la Halle Aubervilliers du 104 

 

 

 

Voir la video


 

 

 

Connexions, Anne-Flore Cabanis

Du 5 avril au 5 août 2012

Cent-quatre, 5 rue Curial, Paris 19è

 

 

 

Billets sur les expositions du Cent-quatre:

In perceptions: Bâtiment de Leandro Erlich au 104, trompe-l'oeil, illusion et vertige

Pistoletto, 20 miroirs brisés au 104 à Paris

Johan Lorbeer: vie tranquille, vie perchée au 104

La villa Arpel reconstituée au 104, le terrain de jeu de JacquesTati 


 

 

Palagret

art contemporain

juillet 2012 

   

 

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article