1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 19:28
 
    Paris se couvre de grandes bâches publicitaires, de la taille d'un immeuble, visibles de très loin. Une nouvelle loi
1 permet aux monuments historiques de louer leur espace. Ainsi Air France s'étale sur la façade du Grand Palais encore en travaux avec le slogan: "Air France rapproche les hommes depuis 75 ans".


Protestation des Déboulonneurs: impact de couleur
sur la bâche publicitaire Air France au Grand Palais
(monument historique)

   Cette invasion de réclames met en colère les  Déboulonneurs. Le 20 décembre 2008, ils ont voulu s'attaquer à la bâche Air France. Les policiers, plus nombreux que la quarantaine de protestataires, les attendaient de pied ferme avec des gaz lacrymogènes.


Protestation des Déboulonneurs: impact de couleur
sur la bâche publicitaire Air France au Grand Palais
(monument historique)


    Cinq déboulonneurs ont réussi à franchir le barrage policier et à jeter des oeufs de peinture sur la bâche publicitaire Air France. Résultats: huit lancers, trois impacts colorés dont un seul sur la publicité elle-même.

Protestation des Déboulonneurs: impact de couleur
sur la bâche publicitaire Air France au Grand Palais
(monument historique)

    "Après quoi les barbouilleurs ont été immédiatement plaqués au sol, menottés et ont passé trois heures au commissariat de la rue de Parme. La direction du Grand Palais a porté plainte." 2


Protestation des Déboulonneurs: impact de couleur
sur la bâche publicitaire Air France au Grand Palais
(monument historique)


   Une semaine après, les taches de peinture étaient toujours là mais il faut bien regarder la bâche pour les trouver.



Bâche publicitaire Air France sur le Grand Palais
monument historique


   Alors que la publicité disparaît des chaînes publiques, est-il bien judicieux d'encombrer encore plus l'espace public de messages commerciaux! La publicité télevisée, il est facile de l'ignorer en allant se faire un café ou en zappant. Dans la rue, nous sommes captifs de la publicité urbaine; on ne peut se déplacer  les yeux fermés.

Bâche de travaux Ralph Lauren
boulevard Saint-Germain

    Bien qu'assez sobre, la b
âche de travaux Ralph Lauren, occupe la hauteur de tout un immeuble à des fins privées et publicitaires.

    A quand une contre-loi pour lutter contre cette pollution visuelle de plus en plus envahissante qui couvre maintenant les monuments historiques?

   Pendant ce temps avenue Winston Churchill, loin de toutes préoccupations mercantiles,
la façade du Palais était animée d'un étrange ballet. Dans le cadre de l'exposition  nocturne "dans la nuit des images" une projection vidéo éphémère du plasticien Charles Sandison faisait s'entrechoquer des mots issus de la Charte des Droits fondamentaux de l'Union européenne.



Liens sur ce blog:


Palagret
l'agression publicitaire
janvier 2009



1-La loi du 31 décembre 2006 prévoit qu’en cas de travaux sur un immeuble classé, l’autorité administrative chargée des monuments historiques pourra autoriser l’installation de bâches d’échafaudage comportant un espace dédié à l’affichage ;

Les recettes perçues par le propriétaire pour cet affichage devront être affectées par le maître d’ouvrage au financement des travaux (C. patr. art. L 621-29-8).

 


 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:57


     La plaine viticole de Béziers s'orne aujourd'hui de mazets peints d'images de la vie quotidienne. De loin ces cabanons plantés au milieu des vignes et des champs sont assez intrigants. Quel est le fada qui s'est amusé à couvrir ces murs de graffiti colorés?

mazet peint sur le thème de la vigne
trompe-l'oeil


   De près on découvre des fresques figuratives inspirées par l'activité de la région. En premier, la vigne bien sûr avec ses grappes de raisin, ses tonneaux et bien sûr la vendangeuse, figure iconique de l'art populaire. On trouve aussi le canal du Midi, la corrida, la plage, le rugby. Le maïs et le tournesol, plus inattendus, sont aussi représentés.

mazet peint sur le thème du maïs

    Le décor des mazets est réalisé à la bombe aérosol. La peinture recouvre tout jusqu'au toit, cachant les craquelures des parpaings et les huisseries rouillées, sur trois côtés.  Le quatrième côté invisible de la route est laissé en l'état.

mazet peint sur le thème du maïs
béton fissuré et charnière


    On distingue deux approches. La première est en trompe-l'oeil. Parfois le peintre reproduit une voûte traditionnelle des caves de l'Hérault sur deux murs à angle droit, adoucissant un bâtiment rectangulaire sans grâce. Parfois c'est un tonneau ou une péniche près d'un vieux pont arrondi qui entoure l'abri.

mazet peint sur le thème du canal du Midi

    La deuxième approche est l'ombre chinoise: grappe de raisin et vendangeuse trinquant à notre santé en aplat noir sur un fond vert acide ou silhouette de taureau et danseuse de flamenco sur un fond orangé.

mazet peint sur le thème de la vigne

    Les images sont techniquement bien faites mais hélas les trompe-l'oeil sont mièvres et les ombres chinoises très agressives. Proche de la bande-dessinée ou des couvertures des livres de poche des années cinquante, les figures féminines sont d'une séduction appuyée, faites pour plaire au plus grand nombre.


mazet peint sur le thème de la vigne
la vendangeuse



   Un mas est signé "Vania . Zest"; sur un autre une adresse renvoie à un site internet. On s'aperçoit alors que ces cabanons  décorés ne sont pas l'oeuvre plus ou moins inspirée d'un peintre du dimanche. Ce n'est pas de l'art modeste. Non, c'est le travail d'une agence de communication visuelle. Atdown travaille avec l’agglomération Béziers-Méditerranée pour réhabiliter les cabanons à l'abandon. La démarche institutionnelle explique peut-être le style banal des peintures.

mazet peint sur le thème de la vigne
la vendangeuse aux boucles d'oreille


    Une quinzaine de "grangettes vigneronnes" ont été ainsi peintes par l'agence Atdown. Le mot grangette utilisé sur la plaquette informative de Béziers n'est pas très courant. On le trouve dans les enseignes de restaurant ou d'hôtel pour donner un cachet traditionnel factice à une entreprise. Ici, grangette se substitue à mazet ou cabanon liés à la culture populaire viticole. Il est vrai que le mot viticulteur laisse la place au mot vigneron, plus noble.

    Quand les mazets, qui servaient d'abri à outils ou aujourd'hui de squat, sont faits d'agglomérés ou de briques le plus souvent non crépis, les fresques sont peut-être un mieux.

ancien mazet peint sur le thème de la vigne et des tonneaux


     Quand il s'agit de vieux mazets traditionnels construits en pierre et enduits de chaux colorée, les nouvelles fresques aux couleurs voyantes  sont de trop. La treille, ou la vigne vierge, qui s'accroche aux murs délabrés aura toujours plus de charme que toutes les interventions de communication visuelle.


Catherine-Alice Palagret


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 21:20
 
     Dans le quartier Ourcq-Jaurès en pleine rénovation, les murs entourant les réservoirs de l'usine de chauffage urbain (CPCU) sont couverts d'une fresque réalisée par plusieurs artistes de rues dont on déchiffre les noms mêlés aux dessins.



Détail de la fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU
spore noire?


     L'usine de chauffage urbain est en sommeil. Elle ne fonctionne qu'en cas de panne d'une autre unité. Elle devrait être démantelée dans un futur proche. En attendant les artistes de rue décorent ses murs et palissades de graffiti (ou graff') et de tags (signatures) faits à la bombe aérosol. Les signatures compliquées sont volontairement illisibles.



Fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU



     Da Cruz, Le Helleco, Meziah, Seize, Kashink, le H, C2 15, Gilbert 1, Deuze, Nemo etc ont participé à cette oeuvre collective avec l'aide des gens du quartier.



Fresque de graffs entourant le réservoir de l'usine CPCU



    Les styles des graffeurs se mêlent et s'opposent, géométriques ou figuratifs, tout en respectant le territoire de l'autre. Les graff' et les tags sont une expression libre et non officielle de l'art urbain (street-art) et les services municipaux les traquent pour les effacer. Ici cependant la fresque est acceptée, probablement faite en concertation avec la mairie et l'usine CPCU.
Des tags "sauvages" sont ajoutés de temps en temps sur la fresque officielle.




Fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU




Fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU

    Les graffs commencent sous l'arche du pont de la petite ceinture, rue de Thionville, et continuent par la rue de la Marne jusqu'au jardin partagé de l'usine, au bord du canal de l'Ourcq.



Fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU
L'homme aux quatres yeux et
la femme au troisième oeil


Fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU
Motifs géométriques



Fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU
Motifs géométriques



Artiste ouvrier et Da Cruz, fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU
et arche de la petite ceinture



Fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU
L'oeil

    De l'autre côté de la rue de Thionville, des entrepôts en très mauvais état attendent leur démolition.



Da Cruz, fresque entourant le réservoir de l'usine CPCU
et hangar muré



Catherine-Alice Palagret
août 2008

cc.gif


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 19:59


    Sous la voûte d'un pont qui traverse le canal de l'Ourcq à Paris, on voit un pochoir intitulé "Chut libre". La silhouette blanche d'un homme figé dans sa chute nous dit CHUT, taisez vous. Pour ne pas déranger? Parce que c'est inutile et que tout est déjà joué? Parce que les mots ne peuvent rien? Bien qu'il parle de mort ce funambule silencieux est plus poétique que sinistre.

 

Pochoir: Chut libre d'Art of Popov. Jusqu'ici tout va bien

 

   En chute libre le parachutiste tombe comme une pierre, appréciant la liberté et le plaisir de la chute, jusqu'à ce qu'il ouvre son parachute pour ne pas s'écraser au sol. Ici, il n'y a pas de parachute.


Pochoir d'Art of Popov: Chut libre

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 23:06



    Est-ce un jeu de piste, une chasse au trésor ou de simples marques de reconnaissance? Les trottoirs parisiens sont semés de signes mystérieux. Moins visibles que les pochoirs et les tags muraux, les messages du bitume sont parfois explicites parfois obscurs.


Cupidon et son arc
Pochoir sur un trottoir


   Un gracieux Cupidon fait au pochoir murmure aux passants pressés que l'amour est au coin de la rue. C'est ce que veut croire l'auteur du dessin à la recherche de l'âme soeur.


Coeur perdu sur le trottoir


    On trouve des coeurs semés en ligne droite qui ne mènent nulle part. Ces marques de tendresse sont l'oeuvre de poètes. D'autre signes plus fantaisistes  sont peut-être tracées par des boy-scouts préparant un jeu de piste ou des amateurs de rallye urbain.
 

Cercle multicolore non décrypté
pochoir sur le trottoir


    Ainsi ce cercle multicolore est peut-être le début d'un grande exploration des rues de la ville. A moins qu'il ne soit un
symbole ésotérique. Photographié en août 2007, il a disparu du trottoir pour réapparaître aujourd'hui sur un mur.


Cercle multicolore non décrypté
pochoir sur un mur


    Plus trivial, un chien à demi-effacé indique aux maîtres le caniveau. Répété une vingtaine de fois le long de la rue, le pochoir est difficile à ignorer.


Pochoir de chien presque effacé indiquant le caniveau

  
     Quand aux lézards échappés d'un laboratoire de vivisection ils cherchent un refuge.


Lézards blancs, pochoir du canal Saint-Martin


   A côté de ces signes poétiques existent des signes utilitaires


Catherine-Alice Palagret
archéologie du quotidien
août 2008


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 11:09

 

Le vieux Paris n'est plus (la forme d'une ville
Change plus vite, hélas ! que le coeur d'un mortel);
Charles Baudelaire, Le cygne



     Encore un quartier de Paris voué à la démolition. De part et d'autre du canal de l'Ourcq perdurent des îlots insalubres condamnés, de modestes boutiques murées, des entrepôts envahis de végétation, des hangars délabrés. Les friches abritent provisoirement des jardins partagés mais les terrains ont beaucoup de valeur. Les potagers résisteront-ils à la rénovation? Les promoteurs sont peu sensibles au charme des radis, salades et poireaux qui amusent les riverains.


Boutique de coiffeur murée
Pochoir de coeurs et de girafes de Mosko.
"Peignez la girafe"


     Le Paris populaire des films d'avant-guerre disparaît inexorablement. Il n'en reste que des traces. Pourtant ici, on ne serait pas surpris de croiser Gabin accoudé au comptoir des "Barreaux verts", un minuscule café  en forme de triangle à l'intersection des rues de L'Ourcq et de la Meurthe. Arletty pourrait se promener sur le vieux pont de fer, à peine à deux kilomètres de son "Hôtel du Nord".


Mascaron, girafe de Mosko et homme blanc de Mesnager

    Côté quai de l'Oise, une ancienne boulangerie à l'angle de la rue de l'Aisne et de l'Ourcq est murée. Le néon blanc ne clignote plus. La vitrine est cassée et les parpaings barbouillés de tags. La boutique est rajoutée devant une maison de briques qui s'orne d'une belle fenêtre surmontée d'un mascaron. En dessous, un pochoir de girafe de Mosko et une empreinte blanche, l'homme blanc, de Jérôme Mesnager.



Boulangerie fermée ornée de pochoirs rue de l'Ourcq

 
   Sur le côté de la boulangerie, une porte au chambranle de pierre  est surmontée d'un linteau sculpté. La vitrine est condamnée par un mur de parpaings où s'étalent des pochoirs animaliers de Mosko et associés. Ils changent régulièrement, avec une prédilection pour la faune exotique.

 
Pochoirs et tags sur une maison murée.
Un rhinocéros rose et trois girafes de Mosko et associés.

    Un rhinocéros rose côtoie des girafes. Quelques mois plus tard il est remplacé par un tigre, un singe et des autruches au plumage noir. Les bêtes sauvages se promènent de mur en mur, de quartier en quartier. Le zoo de Vincennes est presque désert, bientôt fermé, mais Paris est une savane, une jungle urbaine!


Pochoirs sur une maison murée.
Tigre, autruches oiseaux et singe
Mosko et associés



 La ronde des animaux exotiques continue de l'autre côté de la rue, ici.

  
Catherine-Alice Palagret
Texte et photos
juillet 2008

cc.gif

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 16:55


Ephémère mémoire








Petits morceaux de réalité arrachés à leur contexte.

Objets de peu. Objets de rien.

Matière délavée, rongée, rouillée.

Inscriptions à demi-effacées, palimpsestes, gribouillages, traces.

Art modeste.

Petits morceaux de mémoire.


Catherine-Alice Palagret
art de la rue
octobre 2007



Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article