3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 11:09

 

   Les street-artists sont des farceurs. Ecrire sur un mur "efface-moi" à deux mètres de hauteur est un défi aux nettoyeurs municipaux. Haut perché, le message a plus de chance de ne pas être effacé.


 

 

message-efface-moi-e-ducation-street-art-90544.jpg"efface moi", tag sur un mur à Paris

 

 

 

 

message-efface-moi-e-ducation-street-art-90545.jpg"efface moi", tag sur un mur à Paris

 

 

 

   Plus sérieusement, on remarque à l'angle du mur un pochoir noir, une citation d'Abraham Lincoln: "L'éducation coûte trop cher? Essayez l'ignorance." "If you think education is expensive, try ignorance". 


 

 

message-efface-moi-e-ducation-street-art-90542.jpg"L'éducation coûte trop cher? Essayez l'ignorance." Abraham Lincoln

 

 

 

 

Lien sur ce blog:

Philosophie de la rue


 

Palagret

philosophie de la rue

avril 2014

 


Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 14:24

 

   Orthographe inventive inspirée des SMS pour un message tagué sur le trottoir par . Plus amusant que désespéré.

 

 

 

tomber amoureux message street-art 0YA PAS KELKUN KI VEU TOMBER AMOUREUX DE MOI BORDEL? signé PÖ

message de la rue

 

 

 

tomber amoureux message street-art 2YA PAS KELKUN KI VEU TOMBER AMOUREUX DE MOI BORDEL? signé PÖ

devant le relais Bastille, restauration rapide

 

 

 

      Sur le deuxième graffitti, le x d'amoureux a disparu. Pour faire plus authentique? Il aurait fallu penser à enlever le R de tomber.

 


 

tomber amoureux message street-art 7YA PAS KELKUN KI VEU TOMBER AMOUREU DE MOI ? signé PÖ

place de la Bastille

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

janvier 2014

 


Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 02:46

 

   Couper les ponts! Tagué sur les planches de la passerelle Debilly l'ordre est clair. La phrase est à l'infinitif et non à l'impératif; "il faut" est probablement implicite. Ce message humoristique ne semble guère interpeller les passants qui traversent la Seine du Palais de Tokyo au Musée du Quai Branly et marchent sur les pointillés blancs qui indiquent l'endroit où couper les planches. Le sécateur géant qui permettrait de sectionner le pont n'est cependant pas à portée de main.

 

 

 

message street-art couper les ponts 8Couper les ponts, injonction taguée sur la passerelle Debilly, Paris

 

 

   Comme "brûler ses vaisseaux", l'expression "couper les ponts" veut dire rendre tout retour impossible: comment retourner de l'autre côté s'il n'y a plus de passage? Les Révoltés du Bounty brûlèrent leur navire en 1870, au large de l'île de Pitcairn. Les fuyards n'avaient nulle part où aller et ne voulaient pas être repérés par la marine anglaise lancée à leur poursuite. "Brûler ses vaisseaux" est une tactique militaire employée par des généraux (Agathocle de Syracuse) qui veulent motiver leurs troupes face à l'ennemi. Si la retraite est coupée, il n'y a que deux solutions: vaincre ou mourir. 

 

 

 

message street-art couper les ponts 5Couper les ponts, injonction taguée sur la passerelle Debilly, Paris

au fond, éclairé en rouge "Monsieur bleu" le nouveau restaurant du Palais de Tokyo

 

 

 

    Notons que les deux expressions se réfère à l'eau, la mer pour les vaisseaux et la rivière pour les ponts. Au contraire des araignées, l'être humain ne marche pas sur l'eau. Et un pont sans eau ne sert à rien, c'est une sculpture.

 

 

 

Fiac 13 Shen Huan pont TuileriesPont hors d'eau, sculpture de Shen Huan aux Tuileries, FIAC 2013 hors les murs

 

 

 

   "Couper les ponts" veut aussi dire rompre toute relation avec quelqu'un de manière radicale. C'est un acte désespéré mais quand on a coupé les ponts peut-on reconstruire une fragile passerelle pour renouer le dialogue avec celui ou celle qui vous a trahi?


 

 

pont bricoléPont coupé, passerelle bricolée devant une péniche.

 

 

 

   Le pont est aussi le symbole d'un passage vers autre chose, d'une avancée irrémédiable vers un autre monde, comme nous le dit l'intertitre du film muet Nosferatu (Murnau, 1922): 


 "Une fois passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre."


   Inutile pour l'intrépide voyageur de couper les ponts, il est déjà au coeur des ténèbres où Nosferatu l'attend.

 

 

 

Nosferatu.jpgNosferatu, une symphonie de l'horreur, film muet de Friedrich Wilhelm Murnau


 

 

    A la veille du Nouvel An"couper les ponts" peut être l'occasion d'un nouveau départ mais quels vampires nous attendent de l'autre côté?

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

décembre 2013

 


 

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 16:01

 

La Kro brûle

   

Les artistes de rue laissent des messages parfois poétiques parfois bien triviaux.

 

 

 

street-art-message-bru-lure-kro-50974.jpgBrûlure tranquille, inscription

Ta mère elle boit d'la Kro, pochoir

 

 

 

 

    Ainsi on peut lire d'un côté "brûlure tranquille" écrit au pinceau avec des coulures. Brûlure tranquille est un oxymore.

 

  Juste à côté un pochoir bien banal qui nous dit "Ta mère elle boit d'la Kro". Une blague obscure ou un pochoir commercial?

 

 

 

Palagret

message de la rue

novembre 2013

 


 

 


Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 13:22

 

  Le street-art aime bien les citations vraies ou apocryphes. "Tombons amoureux comme si nos parents n'étaient pas divorcés" attribué à Bob Marley était-elle vraiment une maxime du chanteur jamaïcain? Sans doute pas.


 

 

message-amoureux-street-art-Bob-Marley.jpgpapier collé à Montmartre

"Tombons amoureux comme si nos parents n'étaient pas divorcés" signé Bob Marley 

 

 

 

Message de la rue vu en août 2012 sur une cabine téléphonique.

 

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

septembre 2013

 



Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 15:57

 

   Les murs des villes sont couverts d'affiches, de tags et de messages. Voici quelques photos de la philosophie de la rue prises à Paris. Des maximes, des conseils, des affirmations et des interrogations pour la nouvelle année.

 

 

 

message-street-art--e-phe-me-re-miroir.jpgTout est éphèmère, pochoir surmonté de morceaux de miroir peints

Buttes aux cailles

 

 

 

   Par essence le street-art est éphèmère, sa durée de vie est courte. La plupart des graffiti photographiés ont aujourd'hui disparu. Ephémère comme les années qui s'enfuient.


 

 

 

message de la rue "Tu connais koi toi", graffiti style SMS

 

 

 

message street-art Mesnager"Utilise ce qui t'arrive" graffiti à la craie et homme blanc de Mesnager

Paris XXè

 

 

 

 

    Le graffiti qui accompagne le joyeux bonhomme n'est probablement pas de Mesnager.


 

 

 

message street-art pas viable"Ce n'est pas viable", graffiti au marker noir, Buttes aux Cailles

 

 

 

 

   Qu'est-ce qui n'est pas viable? Le scripteur affirme sans préciser ce qui le contrarie. Tout probablement.


 

 

 

message street-art insiste"Insiste, papier collé et petit fantôme bleu

 

 

 

   Sur les murs d'une maison incendiée à Montmartre, les street-artists s'en donnent à coeur joie. Les tags, affiches, graffiti prolifèrent et se recouvrent les uns les autres. Vainqueur provisoire de la guerre du street-art, une grande injonction: Insiste.

 

 

 

 

message street-art escapeEscape, papier collé rue Desnoyez

 

 

 

 

   Une autre injonction vue à Belleville: Escape (échappe-toi) écrite sur la silhouette d'un lapin.

 

 


 

message de la rue "Ce n'est pas moi qui ai écrit ça! signé piéton" graffiti et empreinte de main

 

 

 

 

 Un peu d'humour pour conclure ce florilège: "Ce n'est pas moi qui ai écrit ça!" affirmation tout à fait absurde.

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Philosophie de la rue

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

31 décembre 2012

 


Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 23:51

 

     Quoi de mieux qu'une belle affiche monochrome vide de toute réclame. En cette période de Noël où les publicitaires rivalisent d'agressivité pour nous faire acheter tout et n'importe quoi, il reste de nombreux emplacements vides, plage de repos visuel bienvenu.

 

 

 

regarde ciel tag affiche verte vide Bir-Hakem 8"regarde le ciel", tag sur une affiche verte vide de publicité dans le métro

 

 

 

 

    Quant un taggueur passe par là, il ne peut résister au plaisir de laisser sa marque. Ici, le scripteur nous dit "regarde le ciel", un message poétique repéré sur les murs de Paris depuis plus d'un an. Du quai de métro Bir-Hakem, on ne voit pas beaucoup le ciel mais l'intention est bonne. Les passants voient le message et certains photographient l'injonction avec leur smartphone.


 

 

 

regarde ciel tag affiche verte vide Bir-Hakem 0"regarde le ciel", tag sur une affiche verte vide de publicité dans le métro

L'un prend une photo et l'autre lit ses messages, omniprésence du smartphone

 

 

 

 

   La popularité du street-art est liée à la multiplication des téléphones-appareils photo et des réseaux sociaux. Le moindre tag, pour peu qu'il joue une petite musique différente, ne reste pas longtemps inconnu et son image se démultiplie sur la toile.


 

 

 

regarde le ciel tag street-art passage piétonBaissez le nez puis levez la tête, "regarde le ciel", pochoir sur un passage piéton dans le Marais

 

 

 

regarde le ciel tag street-art 2"regarde le ciel", papier collé sous une silhouette phallique

 

 

 

regarde le ciel tag street-art Beaubourg"regarde le ciel", tag sur un mur près de Beaubourg

 

 

 

regarde le ciel tag street-art Oberkampf"regarde le ciel", papier collé

 

 

 

regarde le ciel tag street-art multiplicar"regarde le ciel", tag vert sur un mur et multiplicar bleue

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Street-art, des murs bien bavards: souffrance, tristesse, mort, murmurent-ils

C'est le printemps, les affiches vertes vides de publicité refleurissent dans le métro

 

 

 

autres images sur tumblr

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

décembre 2012

 


Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 11:46

   

   Les caméras de surveillance se multiplient dans les villes. Des pochoirs protestataires fleurissent ici et là.

 

 

pochoir longue vue 6"l'état nous surveille, crevons lui les yeux", pochoir protestataire sur le bitume

 

 

 

    Le dessin montre un poteau et deux caméras de surveillance. En-dessous un marteau, un lance-pierre, un dé ou une caisse (?) et une bombe aérosol. On comprend bien l'utilisation des outils de destruction pour aveugler l'oeil électronique mais le dé ou la caisse? 


 

 

street-art surveillance crevons yeux 7"l'état nous surveille, crevons lui les yeux", pochoir protestataire sur le bitume

 

 

   

   Un peu plus loin, collée sur un mur, une affichette reprend le même dessin. Le papier a été lacéré par un adepte de la surveillance électronique ... ou par un passant désoeuvré. Notons que les caméras de surveillance sont installées, pour la plupart, par les municipalités et non par l'état.

 

 

   N'oublions pas que le devin aveugle Tirésias est un voyant et qu'Oedipe, une fois les yeux crevés, voit plus clairement son effroyable destin. Aveugler les caméras de surveillance rendra-t-elle la surveillance plus efficace?


 

 

watching-you-Sarkozy-street-art-politique.jpgSmall brother is watching au-dessus de l'image de Sarkozy

 

 

 

   Et voici un pochoir collecté avant l'élection présidentielle de mai 2012: "Small brother is watching you", ironique reprise du "Big brother is watching you" d'Orwell. Sur ce dessin, Nicolas Sarkozy le président en sursis est rapetissé, les jambes atrophiées comme Toulouse-Lautrec.


 

 

Mobstr-watching.jpg"Who is watching?", pochoir londonien de Mobstr

 

 

   

    Quant au street-artist Mobstr, il s'interroge. A Londres, sous une caméra de surveillance (CCTV) il écrit: "Who is watching?". C'est bien la question.


 

 

 

Liens sur ce blog:

Mobstr, critique et détournement de panneaux publicitaires, un street-art contestataire

Décharge sauvage et caméras de surveillance CCTV à Londres

Les murs ont des oreilles ... en relief, street-art

 

 

 

 

Palagret

video-surveillance

novembre 2012


Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:19

 

  Voici quelques graffiti collectés à Paris. Loin de toute virtuosité graphique, le scripteur s'affirme en nous faisant rire ou réfléchir. Le premier message est absurde: Ce n'est pas moi qui ai écrit ça! signé Piéton, écrit au marker noir. 


 

 

 

message de la rue Ce n'est pas moi qui ai écrit ça! Piéton. T'as vu ta gueule!

Street-art, philosophie de la rue

 

 

    Une empreinte de main au-dessus et un commentaire en-dessous: T'as vu ta gueule!

 

 

message de la rue Tu connais koi toi?

Street-art, philosophie de la rue

 

 

 

   Tu connais koi toi, simple apostrophe? Koi écrit en style SMS. Au-dessus un petit smiley et trois points de suspension atténuent l'agressivité du message.


 

   

message-je-m-exprime-street-art-2.jpg "Je m'exprime", "sur le cul" tags à Paris

 

 

 

   Après une dénégation et une question, une affirmation: Je m'exprime. Je tague donc j'existe, je tague donc je suis? En dessous, un commentaire: sur le cul! "Sur le cul" à cause de l'audace et de la fulgurance du message ou sur le cul pour tout autre chose? Il est souvent difficile de savoir qui a écrit quoi le premier.

 

 

 

message-je-m-exprime-street-art.jpg"Je m'exprime", tag rue Mouffetard à Paris

 

 

 

 

Comme le dit le pochoir de JPM, "les murs ont la parole".

 

 

 

Lien sur ce blog:

Philosophie de la rue, murs philosophes

 

 

 

Palagret

juin 2012

archéologie du quotidien

 


 



Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 16:19

 

   Petit message scotché sur une affiche vantant la Twingo Mauboussin: "les rêves ne s'achètent pas". Le scripteur pense sans doute que rêver d'une voiture est un rêve bien étriqué et que les vrais rêves ne se monnayent pas.

 


 

affiche-twingo-message-reve-1.jpg"les rêves ne s'achètent pas", message sur une affiche Twingo

 

 

 

   "Twingo Mauboussin, le luxe descend dans la rue", "Changeons de vie, changeons l'automobile" proclame la réclame. Suffit-il de peindre une carrosserie en brun tourmaline pour changer l'automobile? Suffit-il de quelques logos collés sur le capot pour changer de vie? Le scripteur ne se laisse pas prendre aux belles promesses de la publicité.

 

 

 

 

affiche-twingo-message-reve-0-copie-1.jpgTwingo Mauboussin, le luxe descend dans la rue, Changeons de vie, changeons l'automobile

affiche Renault au panneau routier, sur un kiosque à journaux parisien

 

 

 

    La publicité Renault s'adresse aux citadins et plus particulièrement aux femmes citadines avec les pierres précieuses scintillantes sur le panneau routier 50 à l'heure et les feux tricolores. Seront-elles convaincues par une carrosserie et une sellerie de couleur chic? La banale Twingo devient-elle ainsi un emblème du luxe, un signe de distinction comme les bijoux Mauboussin et les it-bags? 


 

 

affiche-Twingo-Mauboussin-feux.jpgTwingo Mauboussin, le luxe descend dans la rue, Changeons de vie, changeons l'automobile

affiche Renault aux feux tricolores, sur un abri-bus parisien

 

 

   « En décidant de travailler avec Renault, nous avons fait le choix de l’excellence française. Avec sa carrosserie Brun Tourmaline, son intérieur aux tonalités chocolat, Twingo Mauboussin est gourmandise », déclare, sans rire, Alain Némarq, designer chez Mauboussin, le joailler de la place Vendôme.


 

 

Deboulonneurs-pub-reve-by-crepsqy.jpgLa pub pollue nos rêves, collectif anti-pub de Saint-Quentin en Yvelines

 

 

 

    En février, à la sortie de la voiture relookée pour la Saint-Valentin, une montre pendentif Mauboussin en argent « 1960, je t'aime » était offerte à chaque acheteur de cette série limitée de la nouvelle Twingo.


 


 

affiche-Hollande-Twingo.jpgAffiche Challenge "François Hollande, les 100 premiers jours"

affiche Twingo Mauboussin "changeons de vie, changeons l'automobile"

publicités déroulantes sur un kiosque à journaux place de l'Opéra à Paris 


 

 

  A côté de cette publicité Renault, s'affichaient les couvertures des hebdomadaires annonçant la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle. "Changeons de vie" avec une Twingo brun tourmaline ou "le changement c'est maintenant" avec la nouvelle équipe gouvernementale?

 

 

 

Photos du collectif anti-pub de Saint-Quentin

video des affiches annonçant la victoire de François Hollande


 

Lien sur ce blog:

Citroën, John Lennon et Marilyn Monroe: les publicitaires font parler les morts

 

 

 

Palagret

publicité

mai 2012

 


 

 

 

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article