2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 22:54

 

     Voici une question obscure lue sur un mur du Marais: buying reality? Vous achetez la réalité? Etrange, la réalité serait-elle à vendre et à quel prix? La phrase peut aussi vouloir dire: vous croyez à la réalité ? Vous vous faîtes avoir?


 

 

message-buying-reality-3674.jpgBuying reality? Question taguée sur un mur du Marais


 

 

    C'est sans doute un message d'un adepte des mondes parallèles. Ou d'un philosophe qui nous rappelle que selon Platon nous sommes comme des prisonniers dans une caverne qui ne connaissons de la réalité que son ombre projetée sur le mur.


 

 

message-buying-reality-3673.jpgBuying reality? Question taguée sur un mur du Marais

 

 

 

    La phrase est taguée sur un magasin de vêtements rue Vieille du Temple. Le messager veut peut-être nous détourner de la frivolité de la mode et nous ouvrir les yeux sur la réalité du monde ... ou les réalités alternatives. Dans la vitrine, les mannequins sans visage n'ont pas d'état d'âme.

 

   Reality peut aussi vouloir dire propriété. Vous achetez une propriété? Ce serait alors le début d'une fausse annonce immobilière, sans numéro de téléphone où appeler. Le scripteur veut interroger le passant et il y réussit très bien.

 

 

PS: depuis quand un marais a-t-il des murs?

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Street-art: "vous êtes ici", un pochoir absurde

Huang Yong Ping: La caverne.

 

 

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

mars 2012

 

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 21:46

 

    Petit message de la rue vu à l'entrée d'un garage à Montmartre: Brise ton quotidien, simple injonction à l'écriture ornée.


 

street-art message quotidien 8"Brise ton quotidien", graffiti, philosophie de la rue

 

 

 

street-art message quotidien 7"Brise ton quotidien", graffiti, philosophie de la rue

 

 

    Variante photographiée par Kmeron à Bruxelles: "Casse ton quotidien".

 

 


message-quotidien-by-Kmeron.jpg "Casse ton quotidien", graffiti photographié par Kmeron

 

 

 

Lien sur ce blog:

Message désabusé de la rue: sous les pavés ... le métro


 

 

Palagret

Philosophie de la rue

février 2012  


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 17:15

 

   Porté fièrement par un adepte du "travaillez moins", un T-shirt nous avertit: "Bosser tue"


 

T-shirt-bosser-tue-message.jpg"Bosser tue", T-shirt protestataire

 

 

    Faut-il perdre sa vie à la gagner s'interrogent les adeptes de la décroissance. Un graffiti dans une rue de Paris renchérit, inutile de mouiller sa chemise: "Fuyons et ne mouillons que notre gosier".

 

 

fuyons-street-art-Oberkampf-message.jpg
"Fuyons et ne mouillons que notre gosier", graffiti contestataire

 

 

 

Liens sur ce blog:

Travailler moins, gagner plus, quatre mots de Ko Siu Lan et un scandale aux Beaux-Arts de Paris
Travailler plus pour gagner plus ? Ou travailler moins pour gagner moins et vivre heureux? La décroissance 





Palagret

mai 2011

philosophie de la rue

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 16:53

 

 

    Les messagers de la rue ne manquent pas d'humour: "Mange un castor, sauve un arbrenous enjoint un graffeur qui attribue la phrase à Europe Ecologie.

 

 

 

castor-street-art-Oberkampf-message.jpg"Mange un castor, sauve un arbre", Europe Ecologie

message vu du côté de la rue Oberkampf à Paris

 

 

    Il est vrai que les castors déracinent les arbres mais il n'est pas du tout sûr que les écologistes prônent l'extermination de ces rongeurs.

 

     Et pourquoi pas "mange un pêcheur, sauve un poisson". Autres exemple à voir ici.

 

 

 

Palagret

sagesse de la rue

mai 2011

 


 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 19:02

 

    Graffiti vu sur un compteur dans un petit village: "Mieux vaut être un lion une journée qu'un mouton toute sa vie". L'auteur sait-il qu'il reprend là un slogan de Mussolini, dans l'Italie fasciste des années 30? Un dicton repris de Séneque, l'auteur latin.

 

    Le dicton existe dans différentes langues avec des variantes.

 

 

 

 

compteur message lion 3"Mieux vaut être un lion une journée qu'un mouton toute sa vie", graffiti sur un compteur

 

 

    A côté du graffiti blanc, un graffiti vert: désobéissance civile.

 

 

compteur message lion 1

 

 

 

 

 

Palagret

les murs murmurent

mai 2011

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 16:36

 

     Voici un petit graffiti à l'orthographe hésitante. Le scripteur exprime comme il peut son indignation avec un simple crayon qui accroche le crépi. Un passant a remplacé le s par un c dans polise et justise. L'expression nul par lui a semblé correctement épelée. 


 

police-partout-graffiti-0539.jpgPolice partout justice nulle part

polise partout justise nul par, graffiti protestataire

 

 

   " Police partout, justice nulle part" est un slogan de la Fédération Anarchiste.


 

 

affiche-Police-partout-Federation-anarchiste-2989.jpgPolice partout justice nulle part, affiche de la Fédération Anarchiste

 

 

 

 

   Petite variation sur ce thème, un pochoir sur le bitume: "La police assassine". Vu le lettrage compliqué, il s'agit moins d'une protestation que du titre d'une chanson de B. James. 

 

 

 

street-art-pochoir-police-assassine-.jpgLa police assassine, pochoir commercial sur le trottoir

 

 

 

   Et voici un graffiti sur un poteau, le toujours populaire "nique la police".


 

 

graffiti-nique-la-police.jpg"Nique la police" graffiti

 

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

mai 2011

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 16:19

 

     Un pochoir représentant le visage d'un jeune homme essaime dans Paris. Un bandeau rouge lui cache les yeux et une phrase annonce: " Rendre à l'art la simplicité de ne pas l'être". Le street-art aime bien les phrases définitives.

 

 

 

art simplicité street-art 4Rendre à l'art la simplicité de ne pas l'être, pochoir de William Benhamou

 

 

      Quelques temps après, le bandeau rouge opaque est remplacé par des lunettes en mosaïque. Le prêcheur aveugle devient voyant. Est-ce un ajout de William Benhamou ou une modification faite par un autre artiste de rue qui a décidé d'ouvrir les yeux du jeune homme, en toute simplicité? 

 

 

art simplicité street-art 2Rendre à l'art la simplicité de ne pas l'être, pochoir avec lunettes collées de William Benhamou

 

 

 

art simplicité street-art 3Rendre à l'art la simplicité de ne pas l'être, pochoir de William Benhamou

 

 

art simplicité street-art 5Rendre à l'art la simplicité de ne pas l'être, pochoir de William Benhamou

et divers papiers collés dont THTF et Tristan des Limbes

 

 

art simplicité street-art sanglierRendre à l'art la simplicité de ne pas l'être, pochoir de William Benhamou

et autres papiers collés dont THTF, Tristan des Limbes et un sanglier

 

 

   Certains murs de la ville très prisés des street-artists sont couverts d'un amoncellement de papiers collés et de tag qui se cachent les uns les autres. Attention les nettoyeurs municipaux ne sont pas loin.

 

 

art simplicité street-art 6Benhamou s'est approprié les murs de la boutique au coin des rues de Bucci et de Seine

 

 

 

   William Benhamou est un jeune artiste peintre. Voir la video ci-dessous

 

 



Interview WIlliam Benhamou par BeWik

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

mai 2011

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 19:03

 

   Chevaux, hirondelles, neige, crépuscule, l'anonyme poète de rue continue à apposer ses messages sybillins sur les murs de la ville.

 

 

street-art Oberkampf texte agonie 9592"Si utile dans la préparation de l'agonie", message poétique, street-art

 

 

   "Si utile dans la préparation de l'agonie", la phrase est plus obscure que les prédédentes, c'est le début ou la fin d'une assertion ou d'une prophétie. Au passant de deviner ce qui est utile à l'agonie. Le street-art peut-être.

 

   Le mot agonie comme crépuscule, incendie ou mystère fait partie du vocabulaire de base du poète amateur.

 

   Faut-il mettre les phrases bout à bout pour reconstituer un poème? Mais dans quel ordre? Et il manque sûrement des phrases puisqu'elles sont collectées au hasard des déambulations à Paris. 


 

street-art Oberkampf texte agonie 9616Si utile dans la préparation de l'agonie

message poétique, street-art rue Saint-Maur à Paris

 

 

   Cette fois-ci le texte n'est pas en lettres d'imprimerie mais le style, le cadre et les taches de couleurs signent l'inscription. C'est bien l'auteur des chevaux qui pleurent.

 

 

 

 

Liens sur cette page:

Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer, street-art ?

Donne moi ta main pour entrer dans la neige, street-art à Beaubourg

Street-art: hirondelles mystérieuses qui font leur nid dans tes cheveux

Street-art: Quelques après-midi le crépuscule n'incendie plus tes cheveux


Le béton fait naître des larmes, graffiti poétique sur un mur condamné

Des murs bien bavards: souffrance, tristesse, mort, murmurent les stickers 

Philosophie de la rue: "nous avons fini par échouer"

Pitoyable humanité, graffiti, philosophie de la rue


 

 

 

Palagret

poésie de la rue

avril 2011

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 00:22

 

    Voici une phrase absurde et poétique collectée du côté de Beaubourg: "Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer".


 

street-art chevaux pleurs Beaubourg 7697"Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer", pochoir et peinture sur une des cheminées de Beaubourg

 

 

street-art chevaux clown Beaubourg 7580"Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer"

Mimi le Clown mangeant des carottes

pochoirs et peinture

 

 

   Un message surréaliste à classer dans la catégorie street-art, sous-catégorie pochoir ou dans la catégorie philosophie de la rue? Sans hésitation dans la sous-sous catégorie pessimisme à laquelle la majorité des messages de la rue appartiennent.  A part quelques "Je t'aime" les murs nous parlent le plus souvent de tristesse ou de colère.

 

 

street-art chevaux Beaubourg 7560"Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer"

pochoir et peinture

 

 

street-art chevaux Beaubourg 7561"Je pense au jour où les chevaux ont appris à pleurer"

 pochoir et peinture

 

 

 

Liens sur ce blog:

"Que s'éteigne toute lumière": street-art poétique à Beaubourg

"Si utile dans la préparation de l'agonie", message de la rue

Donne moi ta main pour entrer dans la neige, street-art à Beaubourg

Street-art: hirondelles mystérieuses qui font leur nid dans tes cheveux

Street-art: Quelques après-midi le crépuscule n'incendie plus tes cheveux


Le béton fait naître des larmes, graffiti poétique sur un mur condamné

Des murs bien bavards: souffrance, tristesse, mort, murmurent les stickers 

Philosophie de la rue: "nous avons fini par échouer"

Pitoyable humanité, graffiti, philosophie de la rue

 

 

 

Palagret

philosophie de la rue

février 2011


 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 15:05

 

    Le street-art nous délivre des messages philosophiques ou poétiques plus ou moins clairs. Des textes élaborés ou de simple phrases, griffonnées à la main ou appliquées au pochoir, sur les murs ou sur le trottoir.



 street-art message life is not a catwalk"Life is not a catwalk" Signé Mermaid

 Pochoir et graffiti à Paris


 

 

  Ici un pochoir et un graffiti. Une silhouette noire écrit en rose sur le mur: "Life is not a catwalk" Signé Mermaid.


   Un catwalk c'est un podium dans le milieu de la mode, une scène sur laquelle paradent les mannequins. Donc, d'après le graffeur, la vie n'est pas une scène où se faire admirer et applaudir. En français, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. 



 street-art-message-life-is-not-a-catwalk-2.jpg"Life is not a catwalk". Pochoir et graffiti à Paris

 

 

  

Dans Mermaid il y a aid. Une référence au Sida? Le catwalk est aussi une street-dance, une danse urbaine récente.

 

 

 

Liens sur ce blog:

Philosophie de la rue

 

Palagret

philosophie de la rue

janvier 2011

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article