22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 14:24

 

   Un message griffonné sur un mur parisien dans le Marais, petite contribution à la philosophie de la rue: "Sous les pavés ... le métro".


 

message-sous-les-paves--.-le-metro.jpg"Sous les pavés ... le métro", graffiti mural à Paris

 

 

    Collecté en mai 2010, le message tristement réaliste renvoie à un mois de mai plus joyeux, Mai 68, qui proclamait "Sous les pavés ... la plage". Ce slogan n'a plus cours aujourd'hui pas plus que "Soyez réaliste, demandez l'impossible".

 


travaux-sous-sol.jpgTravaux en sous-sol à Paris

 

 

   Sous nos pieds il n'y a que le métro et des conduites d'eau, de gaz, d'électricité, de téléphone, de fibres optiques. Toute une infrastructure nécessaire à la vie branchée, un réseau inextricable où le rêve et le mystère peuvent quand même se glisser. N'est-ce pas sous les pavés, dans les égouts et les tunnels, que les proscrits et les monstres se cachent?

 

 

 

Liens sur ce blog:

Philosophie de la rue: brise ton quotidien

Voeux pour le Nouvel An: "soyons réalistes, ne demandons rien"

Philosophie de la rue

 

 

Palagret

Philosophie de la rue

janvier 2011  

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 21:14

 

"La tristesse de ne pas avoir vaincu sera la honte de ne pas avoir lutté."

    Voici une phrase de José Marti, peinte sur un portail à Cuba: La tristeza de no haber vencido sera la verguenza de no haber luchado. Petite maxime pour contrebalancer les tristes messages de la rue trouvés sur les murs d'Arles.

 

BARACOA-tristeza-Jose-Marti.jpgLa tristesse de ne pas avoir vaincu sera la honte de ne pas avoir lutté.

Jose Marti, Baracoa, Cuba

 

 

    Les citations des héros de la révolution castriste et les slogans optimistes couvrent les murs des villes cubaines pour motiver une population dont la vie quotidienne est un combat pour s'approvisionner ou se déplacer.

 


Liens sur ce blog:

Images, slogans et propagande à Cuba

Fugit irreparabile tempus, message pour le nouvel an


 

Palagret

philosophie de la rue

décembre 2010

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 20:47

 

   Papiers collés ou tracts, voici deux modestes contributions à la philosophie de la rue, collées par un street-artist sur les murs d'Arles.


 

Arles-street-art-rien-1384.jpg"Soyons réalistes, ne demandons rien" tract collé à Arles

 

 

 

   Un triste message bien éloigné de celui de Che Guevara qui nous disait: "Soyons réaliste, demandons l'impossible". Le slogan révolutionnaire, énergique et joyeux, fut repris en mai 68 par les étudiants sur les barricades à Paris. 

 



Arles-street-art-rien-1299.jpg"Des miettes sinon rien"tract collé à Arles

 

 

 

   Les slogans utopiques de la révolution castriste ou de mai 68 n'ont pas résisté au principe de réalité. Il n'y a plus de rêve, la crise est là. Les philosophes de la rue nous provoquent en affichant de tristes slogans. "Soyons réalistes, ne demandons rien" pourrait être une résolution désenchantée pour le Nouvel An. Quant à  "Des miettes sinon rien" c'est une phrase assez drôle qui parodie la publicité! Un slogan utilisé par plusieurs publicités dont Mercedes (the best or nothing).

 

  Un autre slogan probablement du même auteur: "arrêtes de faire semblant tu es bien pire" photographié à Arles par Youguie ici

 

   Raisonnables et dépressifs, ces messages de la rue aurait attristé José Marti, autre héros de la révolution cubaine, qui parlait de la honte de ne pas lutter. Voir ici.



 

Liens sur ce blog:

Nouvel an 2012: vive la crise! Champagne!

Fugit irreparabile tempus, message pour le nouvel an

Philosophie de la rue

 

 

Palagret

philosophie de la rue

décembre 2010

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 18:31

 

   Un graffiti à moitié recouvert sur un immeuble en réfection. On lit amort !. Faut-il comprendre "A mort" ou "Amor", l'amour?

 

silhouette à mort street-artTags et empreinte sur un mur, street-art

 

   En dessous de l'imprécation, une silhouette d'homme, trace légère de la future victime ou d'un fantôme. A côté, quelques gribouillis, tags non identifiés.

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

septembre 2010

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 22:30

 

   Modeste hommage du street-art parisien à "They live" (Invasion Los Angeles), le film de John Carpenter


 

Beaubourg-street-art-obey-watch-Tv-2.jpgObey, Watch Tv, pochoir parisien

 slogan tiré du film "Invasion Los Angeles" de John Carpenter

 

 

 

   Un simple pochoir (stencil) apposé dans une ruelle près de Beaubourg reprend les fameuses injonctions des extra-terrestres venus asservir les terriens. Obey, Obéissez, ne réfléchissez surtout pas. Watch Tv, regardez la télévision, que votre cerveau soit disponible pour la langue de bois et les publicités.

 


 

Beaubourg-street-art-obey-watch-Tv-3.jpgObey, Watch Tv, pochoir parisien

 slogan tiré du film "Invasion Los Angeles" de John Carpenter

 

 

 

   Le pochoir reprend à peu près le lettrage du film. Le petit bonhomme blanc en papier collé ne semble pas appartenir au message et il en diminue la portée.

 


 

They Live ObeyObey proclame l'affiche, obéissez.
They live (Invasion Los Angeles) de John Carpenter, 1989

 


   La publicité Diesel s'est aussi inspiré du film de science-fiction de Carpenter avec son slogan « Be stupid », soyez stupide. Même si le slogan se veut humoristique et cherche la connivence des consommateurs, il énonce clairement le programme: soyez stupide et précipitez vous pour acheter nos produits.

 

 

 

 

Liens sur ce blog:

Détournement d'affiches en hommage à Invasion Los Angeles: l'illusion et le réel

Be stupid, affichage sauvage par Diesel

Mobstr, critique et détournement de panneaux publicitaires, un street-art contestataire

 

 

 

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

septembre 2010

 

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 01:04


    Voici un pochoir collecté dans les rues de Paris. Un bon sujet pour l'épreuve de philosophie du baccalauréat qui approche. A la craie, à la bombe aérosol ou au pochoir, les philosophes et les poètes de la rue sèment des messages sur les murs de la ville. Ironiques, drôles, obscures ou pessimistes, ces phrases  anonymes veulent interpeller les passants, les faire réfléchir. Mais pressés ou perdus dans leurs rêves, combien remarquent ces graffiti discrets?



savoir-ou-avoir-pochoir-4.jpg

(S)avoir, pochoir parisien sur un compteur



savoir-ou-avoir-pochoir-2.jpg

(S)avoir, pochoir parisien sur un beau crépi tout neuf

 



Liens sur ce blog, street-art et philosophie de la rue:



 

Les murs nous parlent: don't you see the sadness? the despair? graffiti sur un mur de la Butte-aux Cailles



Palagret

archéologie du quotidien


 

Mots clés: pochoir, street-art, message, philosophie


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 21:40


   En-dessous d'une cible noire disant "vous êtes ici" est collé un petit personnage. Ce Bonhomme de Maïs n'a pas l'air de faire partie du pochoir, c'est un ajout mais, indiscutablement, il est bien ICI. Mesurant moins de dix centimètres, le jouet squatte la cible absurde pour se rendre visible; il serait perdu sur ce grand mur.

  

"Vous êtes ici"
pochoir noir et Bonhomme de maïs aux bras et jambes bleus


     Qui l'a mis là? La maitresse d'une école maternelle où les petits jouent avec les flocons de maïs aux colorants alimentaires et fabriquent des personnages et des animaux approximatifs? Un doux rêveur?



Bonhomme-Mais-canal-Saint-Martin.jpgBonhomme de maïs au Canal Saint-Martin



     Le petit Bonhomme de Maïs de la cible n'est pas seul. Différents de forme et de couleurs mais proches comme les membres d'une même fratrie, d'autres spécimens sont apparus près du canal Saint-Martin, non loin du Point Ephémère, près de Beaubourg, dans le vingtième, à la Butte aux Cailles, aux Tuileries. Cette nouvelle espèce urbaine s'accroche aux rambardes, se cache dans les interstices des mur, près des tuyaux, maintenue par un simple scotch.



Bonhomme-Mais-au-plastique.jpg

Bonhomme de maïs à demi-caché par une bâche plastique



    Quelques jours après la première apparition repérée de ce drôle d'individu, un petit bonhomme aux pieds verts gît sur le béton d'un square de la rue des Archives. Cette fois-ci, le personnage a perdu un bras. Sur son dos est scotché un texte "Trouvé? Où?" et une adresse internet "bonhommemaiz@yahoo.fr".



Bonhomme-ma-s-bras.jpgBonhomme de maïs blessé au bras avec adresse collée dans le dos
"Trouvé? Où? bonhommemaiz@yahoo.fr"



    De quoi s'agit-il? D'un teasing publicitaire pour un album de BD, un cd de musique alternative, un abonnement internet ou un nouveau magazine de mode? Non, trop bricolo, pas assez professionnel!

    C'est peut-être une expérience sur la propagation du Bonhomme de Maïs dans le territoire urbain. Si quelqu'un trouve le Bonhomme, il envoie un mail et l'organisateur de l'invasion reporte sur un plan la progression de ses éclaireurs. Les Bonshommes de Maïs sont entrés dans Paris.


Bonhomme-Mais-Tuileries-Rondinone.jpgBonhomme de maïs coincé dans une sculpture de Rondinone aux Tuileries 


    C'est peut-être simplement du street-art doux comme les tags de laine qui entourent les poteaux, les collages magnétiques sur les surfaces métalliques ou les tags de mousse?

   Léger, bio-dégradable, fait de flocons de maïs qui se collent simplement avec une éponge, le bonhomme multicolore est bien fragile; il ne résistera pas  à un coup de vent. Le naïf personnage pèse de peu de poids face aux tags à la bombe acrylique et aux grands papiers collés mais il ne donnera pas beaucoup de mal aux nettoyeurs municipaux. Un seul geste de la main et il tombe doucement en perdant un bras ou une jambe, si ce n'est la tête.


              à suivre ...


Liens sur ce blog:




Palagret
archéologie du quotidien
septembre 2009


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 21:04


     Curieuse inscription vue dans un petit village du massif central. Sur un mur  gris clair, il y a un graffiti orange, un tag peu lisible, plutôt un gribouillis et juste à côté une inscription noire bien nette: "il tue ce mur". Est-ce une critique du gribouillis, la juste indignation d'un passant devant le mur fraîchement repeint et aussitôt maculé?



slogan-anti-tag-3989.jpg"Il tue ce mur", graffiti dénonciateur


  

   S'il s'agit de dénoncer le vandalisme des taggeurs, l'imprécateur, paradoxalement, est aussi un affreux vandale. Ces graffiti sont anonymes. Ni l'auteur du gribouillis ni l'auteur de la dénonciation ne sont identifiables, sauf pour leurs amis.



slogan-anti-tag-3988.jpg

Graffiti orange non identifié et "Il tue ce mur", graffiti dénonciateur



     Ou alors le message n'a aucun rapport avec le tag orange. Il était peut-être là avant et se réfère à autre chose. Le scripteur n'aime peut-être pas le nouveau crépi gris clair, trop propre, trop lisse. Il remplace peut-être un enduit à la chaux de belle couleur, marqué par les intempéries et témoin d'une histoire, d'une durée. Ce mur a subit une attaque mais laquelle?

 

    Au-dessus des inscriptions, il y a une pancarte, "l'Armoire à Linge" annonçant une boutique. On imagine la douceur des tissus, les couleurs pastelles des piles de draps et  de serviettes soigneusement rangés sur des étagères de bois ciré. Une présentation essayant de recréer le monde d'autrefois quand les jeunes filles préparaient leur trousseau pour leur future armoire à linge. Un univers bien éloigné de la brutalité du street-art.


 

 


Autres messages et philosophie de la rue:

Adieu Paris, du passé faisons table rase


Street-art, des murs bien bavards: souffrance, tristesse, mort, murmurent les stickers


Philosophie de la rue: "nous avons fini par échouer"


Graffiti pitoyable, philosophie de la rue


Pourquoi? demandent les papiers collés


Mieux vaut art que jamais


 "vous êtes ici ?", un pochoir discret squatté par Bonhomme de maïs

 

 

Street-art et vandalisme devant la fontaine Stravinski à Beaubourg



Palagret

mai 2010

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 12:32


     Voici un graffiti à l'ancienne, tracé sur un mur délabré du vingtième arrondissement de Paris. Dans ce passage étroit, les masures encerclées d'immeubles neufs et de grues vont bientôt être détruites.


graffiti-echouer-passage-20e---0798.jpg"Nous avons fini par échouer"
graffiti sur un mur parisien


   Le soleil et la pluie pénètrent peu dans la ruelle et le graffiti écrit à la craie en est protégé. Il peut rester là jusqu'à la démolition.
 

graffiti échouer passage 20è 0799"Nous avons fini par échouer"
graffiti sur un mur parisien


    "Nous avons fini par échouer" est une phrase triste. Après l'espoir, l'échec. La plupart des déclarations collectées sur les murs sont rarement joyeuses. La philosophie de la rue s'y exprime, modestement, sans tapage.

   Un peu plus loin dans l'impasse il y a une empreinte de Jérôme Mesnager, un des street-artists historiques. Le bonhomme a perdu ses jambes qui sont tombées avec le crépi. Les silhouettes de Mesnager sont partout, même sur les  devantures de magasins qui demandent à Mesnager un pochoir. Comme Miss.Tic, Mesnager est un artiste reconnu qui ne travaille plus à la sauvette comme les auteurs anonymes de ces déclarations moroses.

  
L'art de la rue n'a pas de mémoire, il est éphémère; la silhouette blanche tombera avec le mur à moins qu'un collectionneur ne décolle le crépi comme s'il s'agissait d'une précieuse fresque pompéienne, une trace d'une civilisation disparue.


Mesnager passage 20èEmpreinte de Jérôme Mesnager dans une impasse du vingtième arrondissement de Paris.


Liens sur ce blog, street-art, jeux de mots et philosophie de la rue:





Palagret
archéologie du quotidien
janvier 2010

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 00:08


   De prosaïques injonctions municipales couvrent les murs de la ville. Ces injonctions ne veulent pas nous apporter le bonheur ou la sagesse; elles veulent notre obéissance. Interdit de, défense d'afficher, défense de déposer des ordures, défense d'uriner, danger de mort, ces mots se lisent sur les murs aveugles et dans les recoins, des espaces tristes là où justement s'accumulent les ordures et les graffiti.



Défense de déposer des ordures sous peine d'amendegraffiti vert



     Sous l'interdiction se lit le rappel de la loi et la menace d'amende encourue par les transgresseurs.
- Défense de déposer des ordures, sous peine d'amende. Règlement sanitaire du département de Paris (arrêté n° 79 561 du 20 novembre 79)



Défense déposer ordures Homme bouéeHomme à la bouée perplexe devant une interdiction de déposer des ordures



    Sur plaque émaillée bleue, ou écrites au pochoir, les interdictions ne font que stimuler les citoyens peu respectueux de la loi et de l'ordre qui apposent des tags ou des collages exactement là où on leur interdit de le faire. De petites incivilités parfois ironiques.


Défense déposer ordures G+MDéfense de déposer des ordures sous peine d'amende
Papier collé et graffiti


    Aujourd'hui, de nouveaux panneaux sont apparus. Moins solides que l'émail fixé au mur, on les trouve dans les recoins. Ils interdisent mais ils conseillent aussi, une innovation bienvenue. On prie le particulier tenté de se débarrasser de ses vieilleries sur la voie publique d'appeler le 01.53.63.03.30.  La Mairie de Paris se fera un plaisir d'éliminer gratuitement ses objets encombrants.


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Philosophie de la rue
commenter cet article