1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 18:17

 

    Certains musées nationaux, comme le Musée d'Orsay, interdisent de photographier les oeuvres. De quel droit? Les tableaux et les sculptures appartiennent à l'Etat donc ...

 

  suite texte et photos ici

 

 

 

photo Van Gogh OrsayDeux visiteurs photographient "le docteur Gachet"

tableau de Vincent Van Gogh au Musée d'Orsay

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 22:07

 

     En short et T-shirt blanc, Li Wei survole le monde. Il marche dans les airs, fuit devant les balles, tombe dans le vide, s'accroche à la traîne d'une mariée ou à un lampadaire. Le performer photographe chinois défie les lois de la gravité.


 

 

Li Wei La Villette expo gravitéAu-delà de la gravité, Pékin 2010, Li Wei, Parc de la Villette

 

 

 

           Quinze images surréalistes sont exposées en clichés géants géants (6 x 4 métres) le long du canal au parc de La Villette. Avec un logiciel de retouche, Li Wei efface sur ses clichés les câbles et la machinerie qui lui permettent de planer dans les airs.

 

 

 

Li Wei La VilletteLi Wei, au bord du canal, Parc de la Villette

 

 

 

« Mon langage artistique est universel et traite de sujets comme la politique et la société en utilisant des symboles qui peuvent être compris par n'importe qui dans le monde. »


 

 

Li Wei La Villette Flèche d'amourFlèche d'amour, Pékin 2009, Li Wei, Parc de la Villette

 

 

 

 

    "Li Wei s'amuse de situations étranges, irrationnelles, toujours portées par un désir d'apesanteur comme un arrachement à notre condition. Ces exercices de lévitation exigent des dispositifs combinant miroirs, câbles métalliques et acrobaties. Les résultats, détonants et pleins d'humour, suspendent le temps et le regard." 1


 

 

Li Wei La Villette fouet ruban d'amourFouet, Mongolie intérieure 2010 et Ruban d'amour, Pékin 2010

Li Wei, Parc de la Villette

 

 

 

 

   "Au croisement de l'exploit physique et de l'image figée, le geste photographique de Li Wei est disséminé dans le parc comme autant de germes pour l'imagination du promeneur."


 

 

Li Wei La Villette Flèche pauseFlèche d'amour et Une pause pour l'humanité, Pékin 2009 et 2005,

Li Wei, Parc de la Villette


 

« Pause pour l'humanité a été prise dans un quartier est de Pékin sur 

l’immeuble le plus haut. Le titre interroge sur les rapides 

changements qui s’opèrent en Chine comme dans le monde 

entier. Changements qui ne nous laissent aucun moment 

libre pour toute introspection. »

 

    "Dans ces performances qui l’ont rendu célèbre, Li Wei crée l’illusion d’une réalité dangereuse où l’on peut perdre pied, mais aussi avoir l’envie de s’envoler, comme pour s’arracher à notre condition. Li Wei souhaite ainsi proposer, de manière indirecte, allusive  et humoristique, « une façon de nous voir, nous et notre entourage, d’un nouveau point de vue ».

 

 

 

Li Wei La Villette 29 étages et25 étages29 étages pour la liberté et 25 étages pour la liberté, Pékin 2004 et 2005

 Li Wei, Parc de la Villette

 

 

 

« Ce corps suspendu au-dessus d’une jungle de béton composée d’édifices gigantesques reflète un mal-être psychologique. J’ai réalisé cette performance à côté de Soho, un quartier du Central Business District (CBD), centre d’affaires et de commerce qui s’est construit lors du rapide développement de Pékin provoqué par l’accueil des Jeux Olympiques de 2008. C’était précisément le genred’environnement que je souhaitais pour ma photo. »

 

 

 

  "Li Wei pose plusieurs questions sociales et culturelles sur les relations qu’entretiennent la Chine et les Chinois avec la modernité: la brutale modernisation urbaine de Pékin, bouleversant les conditions de vie – notamment d’habitants parmi les plus modestes – l’a beaucoup affecté." 

 

 

 

Li Wei La Villette vie en haut lieuLa vie en haut-lieu et Rencontre d'amour à 22 mètres, Pékin 2008,

Li Wei, Parc de la Villette

 

 

 

    "L’œuvre invite non seulement à « prendre de la hauteur » par rapport au quotidien, mais elle peut aussi représenter une ode à la liberté. Métaphores de l’envol hors des conditionnements, des frustrations qui cloisonnent les existences – habitats étouffants et sans chaleur, croissance urbaine effrénée, rapports de force…–, les images de Li Wei appellent à refuser l’emprisonnement du corps comme celui de l’esprit." 


 


 

Li Wei La Villetterencontre d'amourRencontre d'amour à 22 mètres, Pékin 2008, Li Wei, Parc de la Villette

 « J’ai pris la photo à 22 mètres de haut. En Chine, cette hauteur est une métaphore, synonyme pour nous de la hauteur de l’amour. »

 

 

 

    "Avec ses performances, où l’artiste affronte le danger et – il l’avoue – parfois la peur, au-delà de l’exploit, il s’agit pour lui d’investir un espace public, d’en révéler un aspect inédit, de susciter des interrogations. Loin de l’acte gratuit, il recherche dans la symbiose entre son corps et l’environnement, une réelle impression d’être vivant. Une poétique traduisant la quête d’un homme qui s’inscrit dans l’affrontement au monde." 


 

 

 

Li Wei La Villette lumière ballesLumière au sommet, Pékin 2007 et Balles 4, Pekin 2010,

Li Wei, Parc de la Villette

 

 

 

 

          "Li Wei est né en 1970 en Chine, dans la province de Hu Bei. Il a grandi à Pékin, où il vit et travaille actuellement. Il est l'un des artistes contemporains les plus influents dans son pays à ce jour et concentre son travail sur diverses spécificités. Il combine ainsi plusieurs médiums artistiques tels que la performance, la photographie, l'installation ou la vidéo. Depuis 2004, les expositions collectives ou individuelles où sont présentées ses oeuvres, en Orient comme dans divers pays d'Europe, lui ont donné une renommée internationale."

 

 

 

 

Li-Wei-La-Villette-gravite-8.jpgAu-delà de la gravité, Pékin 2010, Li Wei, Parc de la Villette

 

 

 

 

 

   Le 20 mars Li Wei, costumé en bonze, réalisait une performance au-dessus de la fontaine aux lions, libre et heureux ... mais attaché à une grue.

 

 

 

 

Li Wei, exposition photographique en plein air

du 20 mars au 19 août 2012

Parc de la Villette, accès libre

 

 

 

Lien sur ce blog:

Liu Bolin le plasticien caméléon se dissimule au milieu des armes


 

 

 

 

Palagret

Performance et photographie

juillet 2012

 

 

Source:

1- in dossier de presse

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 15:53

 

   La fenêtre de Ahae s'ouvre sur un petit bois d'érables, une prairie, un étang. Un paysage bucolique banal mais préservé de l'urbanisation. Sous l'objectif du photographe, le microcosme devient un univers paisible mais frémissant de vie.


 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries 54 photos de chevreuil. De ma fenêtre, Ahae, jardin des Tuileries

 

 

 

   De l'aube au crépuscule et du printemps à l'hiver, Ahae photographie un monde simple où les herbes ploient sous le vent ou le passage d'un chevreuil. Un héron cendré s'envole poursuivi par une nuée d'oiseaux, les canards mandarins troublent à peine la surface de l'étang, les chevreuils paissent paisiblement et les nuages défilent dans le ciel, inlassablement.  


 

 

Ahae expo fenêtre TuileriesSalle des paysages. De ma fenêtre, Ahae, jardin des Tuileries

 

 

 

 

   Ahae, né en 1941, est un entrepreneur coréen, un inventeur, un producteur de thé bio en Corée et de lavande en Californie, un maître en arts martiaux, un défenseur de l'écologie et un millionaire. Il y a deux ans Ahae a décidé de se consacrer à la photographie dans son atelier rural à 100 km de Séoul. Pour lui pas besoin de voyages en avion dans des pays exotiques; dans son refuge, le monde est à ses pieds. Il suffit d'ouvrir les yeux.


 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries 1L'eau, salle ovale. De ma fenêtre, Ahae, jardin des Tuileries


 

 

 

     Pendant deux ans, à raison de 2000 à 4000 photos par jour, soit environ un million de clichés pris d'une seule et même fenêtre, Ahae a capturé les variations de lumière du soleil levant, le jeu de la pluie sur les feuilles, la torpeur de midi, avec différents appareils photos asiatiques et européens dont des télé-objectifs haut-de-gamme. Pour ne pas troubler la vie sauvage, Ahae n'utilise qu'un savon neutre, sans odeur et ne s'autorise ni chauffage ni air conditionné lorsqu'il ouvre sa fenêtre sur son théâtre de nature.


 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries 6Salle des paysages. Aufond, oiseaux et chevreuils

De ma fenêtre, Ahae, jardin des Tuileries


 

 

          La fenêtre du photographe est reproduite dans l'exposition, aux dimensions exactes. Elle ouvre sur le jardin des Tuileries et de nombreux visiteurs, prenant exemple sur Ahae, photographient les arbres qui bougent dans le vent. Il n'y a hélas pas de vie sauvage à observer mais les promeneurs se hâtant sous la pluie créent l'animation. 


 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries 7Reproduction de la fenêtre d'Ahae s'ouvrant sur le jardin des Tuileries

 

 

 

    L'exposition "De ma fenêtre" s'organise par thème. Deux salles ovales, en référence à la salle des Nymphéas de Monet, présentent des images d'eau et de nuages. La salle centrale présente des paysages dont deux impressionnants caissons lumineux géants devant lesquels les spectateurs s'asseoient, méditant sur la beauté du monde. Sur les côtés, à droite les saisons et à gauche les oiseaux et chevreuils des marais. La scénographie est de Guy Olivier et Charles Matz.


 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries 0Caisson lumineux de 5x10 mètres, le lac sous la neige

 

 

 

 

  Après Grand Central Terminal à New York, Kew Gardens à Londres, Prague, Moscou, Florence et Venise, Ahae expose « De ma fenêtre », 101 photos, dans le Jardin des Tuileries. Pas à l'air libre dans le Jardin, comme aux jardins botaniques de Kew, mais dans un pavillon éphémère en bois situé près de la Seine, côté Concorde.  

 

 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries extLe pavillon éphémère accueille l'exposition photographique de Ahae

 

 

 

 

   Une des premières photos de l'histoire de la photographie prise par Nicéphore Nièpce représente un paysage vu de sa fenêtre. Ahae, dont le nom signifie enfant en coréen, retourne à ces origines enregistrant sans aucun trucage le réel devant ses yeux. Mais le réel est toujours modifié par l'observateur, par le cadrage, la focale de l'objectif, pas si objectif, et surtout le regard du photographe.

 


 

Ahae expo fenêtre Tuileries 8Affiche de l'exposition "De ma fenêtre" de Ahae dans le jardin des Tuileries

 

 

 

   Les images d'Ahae deviennent une métaphore d'une nature idéale intouchée, où l'empreinte de l'homme est si légère qu'on ne la remarque pas. Une nature d'aujourd'hui ou d'hier, intemporelle, mais une nature menacée.


 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries 10L'eau, salle ovale. De ma fenêtre, Ahae, jardin des Tuileries

 

 

 

    Avant son exposition à Paris, Ahae s'est fait remarquer en achetant un hameau abandonné à Courbefy dans la Haute-Vienne. Son projet est "environnemental, artistique et culturel". Le photographe souhaite y appliquer son concept de "style de vie organique" c'est-à-dire "l'interconnexion entre la protection de la nature, l'agriculture biologique et la santé". La nature devrait s'y développer harmonieusement.


 

 

Ahae expo fenêtre Tuileries 3L'eau, salle ovale. De ma fenêtre, Ahae, jardin des Tuileries

 

 

 

 

Ahae, de ma fenêtre

du 27 juin au 23 juillet 2012

jardin des Tuileries côté Seine

10h - 22h, entrée libre

 

 

 

Lien sur ce blog:

Ahaé à l'orangerie de Versailles: nature à profusion, une fenêtre sur l'extraordinaire

Le photographe milliardaire Ahae est un escroc recherché par le FBI

 

 

 

Palagret

photographie naturaliste

juillet 2012


 

 


L'exposition à New-York, vibrancy and serenity


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 16:17

 

  Le slogan de la RATP "Restons civil sur toute la ligne" remet en mémoire la photo de Jacques Chirac sautant par-dessus un portillon du métro en décembre 1980. Cette étonnante photo a fait la couverture du Nouvel Observateur du 21 juillet 1994 pour le dossier "La France qui triche".


 

 Chirac portillon tricheLa France qui triche, dossier illustré d'une photo de Jacques Chirac resquillant dans le métro

Couverture du Nouvel Observateur

 

 

   En sautant le portillon, Jacques Chirac alors âgé de 48 donne une image de dynamisme, au détriment du respect du règlement. Chirac, maire de Paris à l'époque, n'a jamais payé d'amende pour cette infraction flagrante, ce qui n'est pas le cas de centaines de voyageurs lambda qui se voient verbaliser chaque jour par un groupe de contrôleurs.

 

 


 

Affiche RATP sticker qui saute portillon"Qui saute par-dessus 1 tourniquet peut tomber sur un contrôle à quai"

Sticker de la RATP sur un portillon du métro

 

 

   La photo d'origine de Jean-Claude Delmas a été retouchée pour isoler Chirac des autres voyageurs et pour accentuer le mouvement en le faisant sauter vers la droite.

 

 

 

Affiche bus conseils 1248"Qui a validé voyage l'esprit léger", conseil de la Ratp dans le bus

 

 

 

    Difficile de convaincre les fraudeurs de composter leur ticket quand un homme politique important ignore joyeusement cette obligation! La RATP ne se laisse pas décourager et lance chaque année une campagne pour inciter les voyageurs à bien se conduire.

 


 

bus conseil je validePour éviter d'être en infraction, je valide!

sticker de la RATP dans un bus, 2010

 

 

 

Liens sur ce blog:

L'art du voyage dans le métro, conseils pour les simplets selon la RATP 

Affiches de la RATP: le paresseux, le buffle, la poule, animaux peu civils sur toute la ligne

 

 

 

La photo de Jacques Chirac exposée à la BNF


 

 

 Palagret

archéologie du quotidien

juin 2012


 

 

 


 

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 10:38

 

   Le Maracana, un simple café aux couleurs vives à Bédarieux, une petite ville de l'Hérault, représentatif de la France tranquille. Un "paysage d'entre-deux", un "lieu de peu" comme les affectionne le photographe Raymond Depardon. Le temps est gris mais lumineux et fait ressortir les couleurs qui n'ont pas été retravaillées par ordinateur. Le café est vide, c'est probablement tôt le matin. Depardon photographie les traces humaines, les décors pas encore investis par la foule mais ce vide parle de l'humain.


 


 Depardon-EXPO-France-BNF-Maracana.jpgCafé le Maracana, Bédarieux, Hérault. 

La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF


 

 

   "Si je pars du voyage, c’est bien pour avancer vers la présence de l’homme qui, par son intervention au fur et à mesure de l’histoire, a modifié le territoire. En ce début de troisième millénaire, c’est un état des lieux, une bonne occasion «d’arrêter» des photographies." 1

 

 

 

Bédarieux café Maracana expo Depardon France BN 1Café le Maracana, Bédarieux, Hérault. Resto, Le Bosc, Hérault

La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF

 

 

    Raymond Depardon, qui vient de réaliser le portrait officiel du nouveau Président de la République, nous apprend que François Hollande a accroché dans son bureau un tirage de cette photo du Maracana, exposée en 2010 à la Bibliothèque Nationale. Une photo représentative de la France profonde, des petites villes de province loin de l'agitation parisienne.




Bédarieux café Maracana style DepardonCafé le Maracana, Bédarieux, Hérault

Photographié en juin 2012

 

 

 

 

    On remarque que depuis le passage de Raymond Depardon à Bédarieux le café Le Maracana a changé. La belle couleur orange flamboyant est recouverte d'un crème plus discret et d'un soubassement marron. Les enseignes et le store rayé rouge et blanc sont toujours là. Les fauteuils en alu et plastique vert aussi. Les volets verts et le balcon ouvragé typique des villes du sud n'ont pas changé. Le balcon rouillé est curieusement à moitié peint en crème à la limite de la façade du café.

 

 

 

 

 

Bédarieux café Maracana style Depardon1Café le Maracana, Bédarieux, Hérault

Photographié en juin 2012

 

 

 

     Raymond Depardon photographie ce que nous ne voyons plus: les petits commerces, les bar-tabac, les ronds-points. Il cadre frontalement ses sujets faisant ressortir leur banalité mais aussi leur fantaisie, leur "inquiétante étrangeté". Il laisse apparaître le bitume et les marques au sol qui envahissent l'espace et le domestique de plus en plus. Sur la photo du Maracana, le bitume est d'un noir profond; soit le revêtement était neuf, soit il venait de pleuvoir. Aujourd'hui le bitume est gris et de nouvelles lignes blanches interdisant le stationnement sont apparues.


 

 

 

Bédarieux café Maracana style Depardon 8Café le Maracana, Bédarieux, Hérault

Photographié en juin 2012

 

 

 

     Un deuxième lieu a intéressé Raymond Depardon à Bédarieux, une droguerie, un ancien marchand de couleurs, où dominent le rouge, le vert et jaune.


 

"Je fais des photos que tout le monde pourrait faire, mais que personne ne fait." 

Raymond Depardon


 

 

Bedarieux-boutique-style-Depardon.jpgDroguerie, Bédarieux, Hérault

Photographié en juin 2012


 

 

 

La France de Raymond Depardon

30 septembre 2010 - 9 janvier 2011

BnF François-Mitterrand

Grande Galerie

Quai François-Mauriac - 75013 Paris

 


 

 

 

 

 

Bédarieux café Maracana expo Depardon France BN 0La France de Raymond Depardon, exposition à la BN

 

 

 

 

 

 

 

Lien sur ce blog:

Depardon: 36 vues de la France, c'est ainsi que les gens vivent, exposition à la BN

 

 

 

 

Texte et photos Palagret

archéologie du quotidien

juin 2012


 

Sources

Catalogue de l'exposition

1- Michel Lussault in Hors Série Télérama

 

 


Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 20:46

 

 

   Si vous avez raté le photomaton géant de JR à Beaubourg cet été, il vous reste une chance de vous faire tirer le portrait. Dans le cadre de son exposition à la galerie Perrotin, JR continue son projet Inside / Out.


 

 

JR Perrotin façadeOeil photographique de JR, façade de la galerie Perrotin

 


 

    Après Arles, Tel-Aviv et Ramallah, JR a réinstallé sa cabine photographique à Paris. En quelques minutes vous obtenez un photomaton de la taille d'une affiche. Libre à vous de le coller sur un mur ou de le garder chez vous. Votre photo est alors publiée sur le site de JR qui accumule ainsi une étonnante galerie de portraits.

 

 

JR Perrotin photomaton expoPhotomaton de JR à la galerie Perrotin

 

 

   Il y a moins de monde chez Perrotin qu'à Beaubourg et en semaine le matin ou l'après-midi, avec un peu de chance, vous ne ferez pas la queue.

 

 

JR Perrotin expo 1Oeuvres de JR à la galerie Perrotin

 

 

 

    Pour sa première exposition solo, Jr montre des photos de ses interventions autour du monde, des photos découpées collées sur toile, des collages, des affiches froissées et des videos. Un oeil géant orne la façade de la galerie.

 

 

 

JR Perrotin expo 5Vieillards, oeuvres de JR à la galerie Perrotin

 

 

 

JR Perrotin expo 7Regards froissés, oeuvres de JR à la galerie Perrotin

 

 

 

JR Perrotin expo 8Regard caché, oeuvre de JR à la galerie Perrotin

 

 

 

 


 

 

JR  "Encrages" 
Du 19/11/2011 au 07/01/2012

Galerie Perrotin, 76, rue de Turenne, Paris 75003

 

Dans l'impasse Saint-Claude juste à côté, Takashi Murakami expose: "Homage to Yves Klein" 

Du 20/10/2011 au 07/01/2012

 


 

 

 

Liens sur ce blog

JR, un photomaton géant à Beaubourg: faites vous tirer le portrait

JR, Women are heroes, regards de femmes sur les quais de l'île Saint-Louis

 

 

Inside / Out à la galerie Perrotin: Portraits

JR reçoit le prix TED

 

 

 

Palagret

décembre 2011

photographie

 


 

 

Dossier de presse:

"JR réalise des photographies souvent monumentales qui s’infiltrent dans le paysage urbain, portraits d’anonymes témoins du monde contemporain mais aussi mémoires des lieux : «Women are Heroes» notamment à Rio, Jaipur, Nairobi etc.(2008-2010) dont le film éponyme a été sélectionné au Festival de Cannes en 2010 ; «The Wrinkles of the City» à Carthagène, Los Angeles etc. (2008-2011).

JR livre un art de l’action, affichant, sans y être invité, ses tirages surdimensionnés sur les immeubles des banlieues parisiennes, sur les murs du Moyen-Orient ou des Etats-Unis, sur les ponts brisés d’Afrique ou dans les favelas, au Brésil.

Art engageant, infiltrant, participatif, éphémère... Au-delà de tous les qualificatifs, JR invite à une réflexion en mettant en avant des héros anonymes, offrant ainsi au regard les visages d’une humanité multiple et unique.

 

 


 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 11:00

 

    Il y a beaucoup de portraits à Photoquai 2011 et curieusement beaucoup de visages masqués, voilés, cachés dans des photos mises en scènes, staged photography, une manière conceptuelle de rendre compte du réel.

 


Photoquai 11 Abel visage caché 8Taekwondo, Indonesian uniforms, Jim Allen Abel

Photoquai 2011, quai Branly


 

   Dans la série Indonesian uniforms, l'indonésien Jim Allen Abel réalise des auto-portraits. Debout, de face, vêtu d'un uniforme, son visage porte un masque pour souligner la perte d'identité.


 

Photoquai 11 Abel visages masqués 0Indonesian uniforms, Jim Allen Abel

Photoquai 2011, quai Branly

 


    "Face à un policier, et même si son nom est inscrit sur son uniforme, on s'adresse à "Monsieur l'Agent", comme si l'individu n'existait plus." 1

   Dans Taekwondo, Jim Allen Abel porte un masque faite de ceintures de couleur pour se moquer du culte de la performance.

   Un militaire armé porte un masque fait de plumes oranges. Les guerriers aborigènes se parent souvent de plumes multicolores mais ici le contraste entre la légéreté des plumes et le métal du fusil est ironique.

Un homme en combinaison orange (un prisonnier?) a le visage couvert de mégots de cigarettes et un autre de nouilles dégoulinantes.

 

 

Photoquai-11-Abel-visages-nouilles.jpgSoldat nouilles, Indonesian uniforms, Jim Allen Abel



    "Jim Allen Abel est né en 1975 dans l’île des Célèbes. En 2002, avec des condisciples étudiants à l’Institut indonésien des arts de Yogyakarta, à Java, il fonde le collectif Mes 56, du nom de l’ancienne caserne de l’armée de l’air où ils s’installent. Ses membres entendent bousculer les conventions du genre photographique qui, en Indonésie, réduisent le photographe à un tukang tout juste bon à aligner les commandes. Dès 2005, diplôme en poche, Jim dépoussière le portrait académique en suivant les groupes de rock qui tournent à travers l’archipel." 

 

 

 

Photoquai 11 Hajjaj visages voilés1Spring summer collection 2018, Hassan Hajjaj

Photoquai 2011

 

 


 

    Les photographies de Hassan Hajjaj, né en 1961 au Maroc,  témoigne de sa fascination pour les cultures urbaines, les produits de grande consommation, l’imagerie populaire et le pop art américain. Toutes de noir voilées, les femmes assises en terrasse porte des djellabas bariolées très kitschs et des lunettes en forme de coeur, des accessoires de mode incongrues, qui rendent le portrait ironique, sans aller aussi loin toutefois qu'Hussein Chalayan.


 

Photoquai 11 Hajjaj visages voilés9Spring summer collection 2018, Hassan Hajjaj

au fond photo de Kosuke Okahara

Photoquai 2011

 

 

 

   D'autres photos montrent des femmes voilées de niquabs siglés Nike, Adidas ou Puma. «Les marques sont rassurantes. Elles attirent l’œil de suite, on les reconnaît. Elle créent un sentiment amical sur un objet qui, souvent, suscite le rejet, déclare Hassan Hajjaj .» 2

 


 

Photoquai 11 Hajjaj visages voilésNIquab siglés, Hassan Hajjaj, Photoquai 2011


 

 

   "Hassan Hajjaj crée des séries photographiques dont les mises en scène soigneusement élaborées témoignent de son admiration pour Samuel Fosso, Malik Sidibé et David La Chapelle. Dans ces images réalisées à Marrakech, il exploite les codes sophistiqués des milieux de la mode ou ceux des vidéoclips. Il parvient ainsi à transformer des jeunes femmes voilées et vêtues de djellabas en icônes de magazines et en stars du hip hop. Ces photographies qui passent au premier regard pour des fantaisies orientalistes, exploitent avec humour et dérision les effets de contresens et d’ambiguïté véhiculés par le voile et l’habit traditionnel. Les accessoires, ponctués ici ou là de logos haute couture ou sportwear, dépassent le plaidoyer de la condition féminine ou celui de l’orientalisme, pour révéler, par un effet de renversement, les lieux communs du modèle occidental et de sa société de consommation."



Photoquai-11-Hajjaj-voile-sigle-Puma.jpg NIquab siglé Puma, Hassan Hajjaj, Photoquai 2011


 


       Jamal Penjweny dissimule le visage de ses personnages derrière une photo de Saddam Hussein. Du temps du règne du tyran, pas une boutique, pas un bureau sans la photo de Saddam. On voyait son effigie partout, sur des affiches, de grandes fresques murales, des posters. Après la chute de Saddam, ses portraits ont disparu mais selon Jamal Penjweny, le tyran hante toujours la mémoire de son peuple.

 
  

 

 

Photoquai 11 Penjweny Saddam visage 7"Saddam is here, Jamal Penjweny, Photoquai 2011

 


     "Saddam est là. Les irakiens ne peuvent l'oublier, même après sa mort, parce que certains l'aiment encore et d'autres le craignent toujours. Il était une sorte de dieu, à la fois généreux et cruel, un "bon père" mais aussi un criminel. ... Son ombre plane sur nous."

  


Photoquai 11 Penjweny Saddam visage"Saddam is here", Jamal Penjweny, Photoquai 2011

 

 

     "Je ne photographie pas sur le vif. Ayant depuis 2003 beaucoup travaillé pour la presse, j'en suis arrivé à différencier le photojournalisme de la photographie. Mes premières images de Bagdad reflétaient des fragments de réalité; j'ai préféré ensuite rassembler ces fragments dans des scènes plus conceptuelles. D'où le projet "Saddam is here": pour explorer le rapport des irakiens à la figure du dictateur après la chute du régime."



 

Photoquai-11-Penjweny-Saddam-visages.jpg"Saddam is here", Jamal Penjweny, Photoquai 2011


 

 

Liens sur ce blog:

Photoquai 2009, le monde en bord de Seine: Bittencourt, Naji, Jimènez, Sher

Photoquai 2007, images du monde en bord de Seine, Mehranesh Atashi,  Tiina Itkonen, Luis Braga,  Leonod Tishkov, Chang He 

Photoquai sur les quais du métro l'Assemblée Nationale, photos du monde

 

 

 

Hassan Hajjaj sur slate

 

Palagret

photographie

octobre 2011


 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 21:14

 

     Les portraits tombent doucement vers le sol du forum. Aussi flatteurs que les vrais photomatons mais de la taille d'un poster. Autre différence, le fond de l'image et le front des participants s'ornent de pois noirs, des bindis indiens.


 

JR-inside-out-Beaubourg-61.jpgPortrait tombé du photomaton de Jr, forum de Beaubourg

 

 

Voir l'article ici

 

 

 


JR Inside Out, Beaubourg par Palagret

 

 

 

JR-inside-out-Beaubourg-cabine.jpg

Cabine du photomaton de Jr, forum de Beaubourg

 

 

 

 

JR, Inside Out

Dans le cadre de l’exposition Paris Delhi Bombay

jusqu'au 5 septembre 2011

Forum de Beaubourg

 

 

 

Liens sur ce blog:

JR à Saint-Denis, collecte de portraits pour le Panthéon

JR à Saint-Denis, des anonymes pour le Panthéon, vidéo

JR, un photomaton géant à Beaubourg: faites vous tirer le portrait

JR, Women are heroes, regards de femmes sur les quais de l'île Saint-Louis

JR, Encrages à la galerie Perrotin et photomaton

Street-art: pour Ella et Pitr, faites le malin et encadrez votre portrait

 

 

 


Palagret

street-art et photographie

juin 2011

 


 

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 00:35

 

   Un portrait photographique sort lentement par la fente d'une boîte monumentale et tombe en virevoltant sur le sol du forum où JR a installé un photomaton géant. Pour Inside out, son dernier projet, le  jeune homme collecte les photos de volontaires et les invite à coller leur portrait sur les murs de la ville.


 

JR inside out Beaubourg portrait 4Une photo sort du photomaton

Inside Out, projet de JR

 

 

   Avant la photo, une assistante colle un bindi noir sur le front des sujets. Le bindi symbolise le troisième oeil, l'oeil de la connaissance, à l'emplacement du 6ème chakra. En Inde, les femmes mariées portent un bindi rouge au milieu du front. 


 

JR inside out Beaubourg photomaton 5Le photomaton et l'ascenseur au visage de femme

Inside Out, projet de JR

 

 

 

   La queue est longue devant le photomaton gratuit. Les gens patientent en regardant leurs devanciers ramasser leur photo qui tombe du haut de la cabine. Ils étalent le poster (1m x 1m50) sur le sol et le compare aux autres avant de le rouler soigneusement pour l'emporter et le coller, peut-être, à la vue de tous. Les personnes sont cadrées en bustede face, sans fantaisie, comme les photos peu flateuses des pièces d'identité. Le fond de pastilles noires dément cependant l'aspect officiel des portraits. 

 


 

 JR inside out Beaubourg photomaton 33433

Le photomaton et le rickshaw, Inside Out, projet de JR

 

 

 

   Au fond du forum, l'ascenseur est habillé d'une photo de JR, une femme aux yeux grands ouverts. En montant et en descendant, les cabines portant un oeil fermé se superposent aux yeux ouverts.



JR inside out Beaubourg portraitPortrait tombé du photomaton géant, installation de JR

 

 

 

JR inside out Beaubourg portrait 2Portrait tombé du photomaton géant, installation de JR

 

 

 

     Sur le côté du forum, des ouvertures en forme d'oeil laissent voir le salon Paris Delhi Bombay qui propose des journaux et des magazines indiens et la salle de télévision. En face, trois photomatons de taille normale tire le portrait des visiteurs dans une taille plus modeste.


 

JR-oeil-Beaubourg-2.jpgOeil percé de JR donnant sur le salon Paris Delhi Bombay

forum de Beaubourg


 

    Inside Out est un projet participatif et international. Si vous ne pouvez vous rendre à Beaubourg, vous pouvez participer au  projet  sur insideoutproject.net.  Envoyez votre photo, vous recevrez un poster quelque temps plus tard avec les instructions pour le coller dans la rue. Ainsi le monde deviendra une infinie galerie de portraits d'anonymes valant bien ceux des "people".

 

 

Main géante,"Women Are Heroes", installation de JR
Ile Saint-Louis

 


   Jr s'est fait connaître en collant des photos de femmes sur les murs des favelas de Rio ou des bidonvilles du Kenya, une réflexion sur l'identité. En octobre 2009, à partir de ses portraits pris au 28 mm qui déforment les visages, le jeune photographe réalisait un immense collage sur les quais et les ponts de l'île Saint-Louis à Paris.

 

    Tous ces portraits collectés constituent une formidable typologie des hommes et des femmes de cette terre. De même, Antony Gormley avec One & Other, la performance de Trafalgar square, réalisait un portrait video de l'Angleterre et de ses habitants.

 

 

 

 

JR, Inside Out

Dans le cadre de l’exposition Paris Delhi Bombay

jusqu'au 5 septembre 2011

Forum de Beaubourg

 

 

 

Liens sur ce blog:

JR à Saint-Denis, collecte de portraits pour le Panthéon

JR à Saint-Denis, des anonymes pour le Panthéon, vidéo

JR, Encrages à la galerie Perrotin et photomaton

JR, Women are heroes, regards de femmes sur les quais de l'île Saint-Louis

Le quatrième piédestal d'Antony Gormley, zoo humain à Trafalgar square

Street-art: pour Ella et Pitr, faites le malin et encadrez votre portrait

Paris Delhi Bombay, Subdoh Gupta, une caverne d'Ali Baba


 

 

 


Palagret

photographie

juin 2011

 


 

 

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 16:39

 

C'est ainsi que les gens vivent


    Délaissant les monuments, les grandes villes et les banlieues, Raymond Depardon s'attache aux paysages de l'"entre-deux", aux "lieux de peu" 1. Des lieux qui se construisent tout seuls aux périphéries des villes, loin du regard des experts, urbanistes ou paysagistes, des lieux bricolés, hétéroclites, fragiles. 


 

expo Depardon France BN 1Parti communiste Français, Hérault

Café le Maracana, Bédarieux, Hérault. Resto, Le Bosc, Hérault

La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF


 

   Comme Eugène Atget, comme Walker Evans ou les New Topographics américains (1975, Stephen Shore, Robert Adams), les photos de Depardon ne montrent presque jamais les gens, elles montrent les traces laissées par l'occupation humaine, boutiques, cafés, enseignes, signes, panneaux de signalisation, fils électriques. Comme dans les 36 vues du Mont Fuji, estampes d'Hokusaï, le paysage, ici péri-urbain, est le plus souvent déserté.


 

 

expo Depardon France BN 2La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF

 

 

    Les rues sont vides mais l'écho de la vie humaine se répercute doucement entre ces façades neuves aux couleurs fortes et ces murs décrépis. C'est un territoire habité tout au long des siècles et qui subit les bouleversements de la modernité. Une modernité en plusieurs strates où les années 2000 côtoient encore les années trente, cinquante et soixante.



expo Depardon France BN 3432Sélestat, Alsace

Le Portel, Pas-de-Calais

La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF

 

 

   "Si je pars du voyage, c’est bien pour avancer vers la présence de l’homme qui, par son intervention au fur et à mesure de l’histoire, a modifié le territoire. En ce début de troisième millénaire, c’est un état des lieux, une bonne occasion « d’arrêter » des photographies." Raymond Depardon


 

 

 

 

expo Depardon France BN 3419

Garage, Saint-Claude, Jura

La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF


 

    

    Habituellement, les photographes évitent les poubelles, les fils électriques disgracieux, les enseignes trop voyantes, les publicités qui pourraient gâcher leur composition. Loin de la photo touristique, flatteuse, Depardon lui photographie la banalité de l'habitat et ses petites fantaisies éphémères, reflet de la vie réelle. Cadrées frontalement, ces lieux de peu nous sont familiers même si le regard ne s'y arrête pas.  


 

"Je fais des photos que tout le monde pourrait faire, mais que personne ne fait." 

Raymond Depardon


 

expo Depardon France BN 3423La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF


   Utilisant une chambre photographique de 20x25 cm, Raymond Depardon expose 36 impressions numériques de 2m sur 1,65, sélectionnés parmi les centaines de photos argentiques enregistrées pendant son périple à travers la France de 2004 à 2010. Placées côte à côte, sans indication de lieux, les photos à la précision et aux couleurs magnifiques sont impressionnantes par leur banale étrangeté. Guidé par sa seule fantaisie, Depardon dresse un inventaire non scientifique, poétique. C'est aussi un document, une documentation exacte sur un territoire péri-urbain, une France en pleine transformation,  là où les gens vivent "loin de la foule déchainée".



expo Depardon France BN 3431Primod, Antibes, couleurs éclatantes,

La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF

 

 

   A la sortie de la grande salle, 36 diapositives identifient les lieux sélectionnés par Raymond Depardon. Ensuite vient une exposition pédagogique où le photographe cite ses influences et montre ses travaux préparatoires (carnets, cartes, polaroïds).

 

 

expo Depardon France BN 3437Identification des lieux

 La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF

 

 

 

 

La France de Raymond Depardon

30 septembre 2010 - 9 janvier 2011

BnF François-Mitterrand

Grande Galerie

Quai François-Mauriac - 75013 Paris

 


 

 

 

 

Depardon-EXPO-France-BNF-Che-Guevarra.jpgFaçade du Parti Communiste Français, Le Vigan, Gard

La France de Raymond Depardon, exposition à la BNF

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien sur ce blog:

 

Raymond Depardon: une photo du Maracana, café de Bédarieux, dans le bureau de François Hollande

 

 

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

décembre 2010


 

Sources

Catalogue de l'exposition

1- Michel Lussault in Hors Série Télérama

 

Repost 0
Published by Catherine-Alice Palagret - dans Photographie
commenter cet article