3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 18:37

 

    Vue sur un vide-grenier, une curieuse chromolithographie intitulée "La réunion" représente l'Empereur Napoléon et son fils l'Aiglon se rejoignant au ciel.


 

gravure Napoléon L'Aiglon 1La réunion, l'Aiglon et Napoléon se retrouve au ciel, lithographie


 

 

   Comme dans un chromo religieux, sur fond de nuages et de lumière rayonnante, les personnages en uniforme sont idéalisés et leurs gestes démonstratifs. Le fils tend les bras vers le père qui, levant une main, déplore l'arrivée si soudaine de son fils. " Oh my son! Should you so soon have rejoined me ? (Oh mon fils, fallait-il que tu me rejoignes si vite") dit le texte en anglais. 

 

 

gravure Napoléon L'Aiglon 0La réunion, l'Aiglon et Napoléon se retrouve au ciel, lithographie

 

 

    L'empereur détrôné par les Anglais est assis sur sa cape noire tandis qu'un aigle, ailes déployées, laisse tomber un sabre et une couronne, signe de la déchéance de l'Empereur. En bas de l'image à droite, on aperçoit le sommet de la colonne Vendôme érigée par Napoléon pour célébrer la victoire d'Austerlitz.


 

 

gravure Napoléon L'Aiglon 5La réunion, l'Aiglon et Napoléon se retrouve au ciel, lithographie


 

    Curieuse gravure anglaise imprimée en 1832 dans un pays qui détestait Napoléon et le représentait le plus souvent en caricature. Une gravure probablement commandée par des immigrés, fidèles de l'Empereur, fuyant la France de Louis-Philippe, autre usurpateur. 


 

 

gravure Napoléon L'Aiglon 2

" Oh my son! Should you so soon have rejoined me ?" gravure anglaise publiée à Londres en 1832 par O. Hodgson

 

 

 

    En 1832, la mort du jeune prince à l'âge de 21 ans, onze ans après celle de Napoléon, avait beaucoup ému l'opinion.

 

 

 

 

Lien sur ce blog:

La République, la Justice et la Vérité: un chromo révolutionnaire bien désuet

 

 

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

novembre 2011

 


 

 

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Archéologie du quotidien
commenter cet article

commentaires