17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 15:16

 

   Les arbres coupés laissent voir des stries de croissance qui permettent de déterminer leur âge. Voici des photos de pins récemment abattus.

 

 

 

cernes de croissance pincomptez les cernes de croissance pour déterminer l'âge de l'arbre

 

 

 

  Sur une section de tronc, on peut observer à l’œil nu des grandes zones de couleur et de texture différentes. De la périphérie au centre on trouve: l'écorce, l'aubier, le coeur et la moelle.

 

 

 

souche pin 0souches et cernes de croissance de pin

 

 

 

 Plus d'explications sur cap-sciences

 


 

souche pin 1cernes de croissance d'un pin

 

 

 

    Dans les forêts, des lots de coupe de bois sont vendus aux enchères. Les troncs empilés sont marqués de chiffre ou de lettre avant de partir à la scierie.

 

 

 

Troncs coupés empilésGrumes empilés numérotés dans la forêt de l'Espinousse

 


 

coupe bois souche 2234cernes de croissance sur une souche de pin

 

 

 

 

Palagret

archéologie du quotidien

octobre 2013

 

 


Published by Catherine-Alice Palagret - dans ECOLOGIE
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 12:04

 

    "On devrait construire les villes à la campagne, l'air y est plus pur" disait Alphonse Allais1. Voici son souhait réalisé avec les Champs-Elysées transformés en jardin potager et champ de céréales. Plus de voiture, plus de bruits de moteur. Un calme bucolique, des odeurs champêtres, le doux vrombissement des insectes, une rencontre avec la nature? Pas vraiment. 


Nature Capitale Champs Elysées vigne

Nature Capitale, vigne et blé sur les Champs-Elysées


   Avec le beau temps, Nature Capitale est un succès. Les parisiens sont venus en foule. Ils piétinent le pavé adouci par des granulats de bois. S'il y a des chants d'oiseaux, ils sont couverts par les conversations et les exclamations des citadins qui se désignent mutuellement les plantes. Heureusement des panneaux explicatifs rectifient les identifications approximatives. Des agriculteurs sont là aussi pour donner des informations et expliquer les difficultés de leur métier.

 

Nature Capitale Champs Elysées jeune agriculteurs

Nature Capitale et  Jeune Agriculteur sur les Champs-Elysées


    Comme le champ de blé, la Grande Moisson de 1990, l'installation de  Gad Weil, metteur en scène d'art de la rue, et de Laurence Medioni, plasticienne et paysagiste, se veut poétique. Elle doit l'être, émouvante même, la nuit ou à l'aube quand il n'y a presque personne. Avec une foule dense, c'est juste une attraction parisienne, une kermesse. Autant aller voir la vraie campagne, à quelques kilomètres de la Capitale. 


Nature Capitale Champs Elysées cucurbitacéesNature Capitale, cucurbitacée sur les Champs-Elysées


    Au soir du 22 mai, Journée Mondiale de la Biodiversitée, de l'Arc de Triomphe au Rond-Point, les Jeunes agriculteurs ont installé trois hectares de nature sur un kilomètre. 8000 parcelles végétales de colza, moutarde, betterave, salade, chou, haricots verts, vigne, lin, lavande, luzerne,  ananas etc ... ainsi que de nombreux arbres et parcelles de céréales (orge, maïs, blé, avoine, tournesol). Des espèces représentatives de toutes les provinces françaises et de l'outre-mer.

  

Nature Capitale Champs Elysées colza 2Nature Capitale, colza sur les Champs-Elysées


 

   Les carrés de verdure sont clôturés d'un habillage plastique du plus bel effet. Pourquoi pas de la paille ou du bois tressé? Fort peu écologique, la bâche sera recyclée par Reversible pour en faire des sacs, des poufs ou des pots de fleurs.


Nature Capitale Champs Elysées 1Nature Capitale sur les Champs-Elysées

 

   On peut aussi admirer quelques vaches, moutons, chèvres et une énorme truie avec une ribambelle de cochonnets.

 

 

 

 

Nature Capitale, installation éphémère de

Gad Weil et Laurence Medioni

Champs-Elysées, Paris

Dimanche 23 mai et lundi 24 mai 2010

 

Liens sur ce blog:

Nature Capitale, "Le théorème du libre arbitre" au Grand Palais, le vide, la mousse et les vigiles


Palagret

 

1- attribution discutée

 

 

Published by Catherine-Alice Palagret - dans ECOLOGIE
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 18:51

   La bio-diversité, longtemps menacée par le bitume et les pesticides, résiste grâce aux nouvelles procédures d'entretien des jardins municipaux et des plantations.


herbes folles arbreHerbes folles au pied des arbres à Paris



arbre-herbes-folles-6213.jpg
Repousses au pied des arbres à Paris


   Avec la limitation des produits phytosanitaires nocifs pour la santé des citadins mais aussi pour la faune et la flore, l'herbe repousse au pied des arbres et dans les interstices des murs. On dit maintenant végétation spontanée et non plus mauvaises herbes. Ca fait un peu négligé mais bon, il faut protéger la planète!


herbe-rue-St-Sabin-11e-0350.jpgVégétation spontanée au bas des murs à Paris


    Au printemps, les terres pleins d'herbe rase se transforment en prairie fleurie pleine de coquelicots, bleuets, marguerites et autres fleurs communes en Ile de France. C'est joli et il n'est plus besoin de tondre la pelouse. Place au faucheur.


herbes folles Paris fleursIlot de prairie fleuries à Paris


Palagret
Texte et photos
Published by Catherine-Alice Palagret - dans ECOLOGIE
commenter cet article
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 23:28

  Pour les parisiens restés à Paris et pour les touristes, 11 jardinets mettent en scène la biodiversité au coeur de Paris. La dalle du parvis s'est couverte de fleurs, de graminées et panneaux explicatifs.


Prairie naturelle
Jardin éphémère de l'Hôtel de Ville


    Des cartons pédagogiques expliquent les techniques du paillage, la fabrication du compost, la végétalisation des toitures, l'enherbement des pieds d'arbres, les prairies naturelles, les jardins nomades ou verticaux.

Jardin éphémère de l'Hôtel de Ville


      Sur  3200m2, on découvre toutes sortes de plantes et de fleurs très respectueuses de l'environnement. Des espaces gazonnés accueillent les visiteurs fatigués qui somnolent au soleil sous le regard sévère des statues de grands hommes qui ornent la façade de l'Hôtel de Ville.

Matériaux, Jardin éphémère de l'Hôtel de Ville

    Le jardin éphémère a été conçu par le paysagiste Fabrice Yvelin (direction des espaces de vert et de l'environnement) et réalisé par les jardiniers municipaux sous la direction de Paul Caubet 1.


Sieste, Jardin éphémère de l'Hôtel de Ville


    Depuis 2001, la Ville de Paris évolue vers une gestion écologique des espaces verts en limitant l'usage des produits chimiques nocifs pour la santé. La biodiversité végétale et animale se développe. Dans les rues, on voit de nouveau pousser des graminées au pied des arbres et les espaces gazonnées deviennent des prairies multicolores. Les pelouses sont tondues moins souvent.

Milieu sec, Jardin éphémère de l'Hôtel de Ville

   Le jardin éphémère sera démonté pour laisser la place au Festival FnacIndétendances de Paris Plages. Traditionnellement donnés au Pont de Sully, les concerts auront lieu sur le parvis de l’Hôtel de Ville  où 10 000 personnes peuvent se rassembler.


Jardin éphémère 2009
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Du 13 juin au 14 juillet


Paris Plages

Palagret

1- in dossier de presse

Published by Catherine-Alice Palagret - dans ECOLOGIE
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 15:24
 
    Même si un conteur pouvait raconter l'effroyable histoire des façades meurtries, des crépis éventrés et des tuyaux proliférants, il ne s'agit ici que de compteurs,
compteurs d'eau, de gaz ou d'électricité qui bourgeonnent sur les murs des villages.


Compteur électrique en façade et gaine apparente sur un mur décrépi



   Depuis que les fournisseurs de gaz et d'électricité recommandent des compteurs extérieurs pour pouvoir facilement relever les consommations, les banales boîtes blanches se multiplient dans les rues.



Mur traditionnel en pierre et compteur extérieur


    Les nouveaux compteurs sont solidement fixés avec du ciment gris qui recouvre le crépi ou la peinture d'origine, sans aucun souci d'esthétique. Les vieux murs faits de pierre et de liant coloré sont défoncés par les fournisseurs EDF, GDF, etc... ou les particuliers qui posent les compteurs.


Compteur de gaz en façade et tuyaux apparents

       Manque d'argent, indifférence ou fatalisme, tout reste en l'état. Une maison au crépi soigné voisine avec un mur lépreux, des tuyaux écrasés, une porte de bois rongée de vers et tout un assortiment de couleurs où se mêlent la rouille et les moisissures.


Anciens et nouveaux compteurs en façade sur un mur éventré


    Que le compteur s'insère harmonieusement dans la façade n'est pas une obligation. Les municipalités peuvent intervenir si les maisons sont vraiment délabrées mais à quoi bon se mettre un électeur à dos pour des taches de ciment gris et quelques crevasses? 

 

Prolifération de fils électriques et de tuyaux sur une façade.
 
    Les tuyaux et les fils serpentent et prolifèrent anarchiquement sur les murs. En travers de la rue, les lignes électriques aériennes relient les maisons. Peu à peu, elles sont enterrées et, avec un peu de chance, il n'y aura plus de fils défigurant les villages à la fin de ce siècle!

    Dans les années 1970, "La France défigurée" 1, une émission de télévision, dénonçait déjà les outrages faits aux paysages et aux villes par l'urbanisation anarchique, l'invasion des fils électriques, des châteaux d'eau et des publicités géantes.

    Quarante ans plus tard, les villes sont un peu moins défigurées. Les panneaux publicitaires 4x3 sont menacés d'interdiction. Petite progrès, les nouveaux réseaux optiques qui transportent le trafic internet sont systématiquement enterrés.

Liens sur ce blog:
Num'Hér@ault, la fibre optique serpente sous les routes et des rues
Traces de la modernisation du vieux Paris


Palagret 
archéologie du quotidien
juin 2009

 



1- La France défigurée, émission de Michel Péricard et Louis Bériot, de 1971 à 1977 sur TF1

 


Published by Catherine-Alice Palagret - dans ECOLOGIE
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 23:40


    Splendeur éphémère, un magnifique Prunus étale ses branches alourdies de fleurs blanches dans un carré du Jardin des plantes.


 

Cerisier du Japon en fleurs au Jardin des Plantes
Prunus serrulata Lindl, Sato Zakura « Shirotae »
 
 
 


 
 

Jardin des Plantes
Entrée par les rues Cuvier, Buffon, Geoffroy-Saint-Hilaire, place Valhubert.
Paris V

 

Palagret

 
Published by Catherine-Alice Palagret - dans ECOLOGIE
commenter cet article