21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 22:38

    Pour la foire de Shanghai 2010, le plasticien Aurèle avait proposé un immeuble en forme de chien, haut de 80 mètres. Le monumental fox-terrier jaune devait abriter le "musée provisoire des villes perdues et des cités englouties". Finalement l'architecte Jacques Ferrier a été choisi pour construire le Pavillon Français de l’Exposition Universelle. Les chinois l'ont échappé belle. Il y a un projet de Disneyland à Shanghaï, le kitchissime chien abandonné d'Aurèle, the yellow lost dog, pourrait y trouver refuge.


Art Paris Aurèle lost dog 2The yellow lost dog, le chien perdu d'Aurèle à Art Paris, Grand Palais


   Dans l'atrium du pavillon français, Aurèle présentera LostDogCo2 : un chien géant  haut de 4,5 mètres recouvert de plantes vertes dépolluantes. Un cousin du Puppy ou de Split-rocker de Jeff Koons?


Aurele-lost-dog-Shanghai.jpgSimulation du "musée provisoire des villes perdues et des cités englouties", le Lost dog d'Aurèle à Shanghaï, sur la rive du Huangpu


   On a pu voir à Art Paris 2010, la sculpture du chien jaune sur le stand de la Galerie Nathalie Gaillard. Aux côtés de sculptures canines plus petites, était projetée une vidéo de Lostdogconnection, une oeuvre virtuelle parlant de la perte et de l’errance. A la question « Et vous, qu’avez-vous perdu ?» répondent des anonymes et des gens connus, en écho au chien perdu d'Aurèle.


Art Paris Aurèle lost dog 1The lost dog, le chien perdu d'Aurèle à Art Paris, Grand Palais


   Sur le site lostdogconnection.com, les internautes peuvent déposer des photos, des videos, des textes. L'accumulation de ces messages formera un chien en 3D par un système de mappage.


Voir le projet abandonné d'Aurèle:
Le chien jaune perdu de Shanghai, kitsch et gigantisme

Split-rocker de Jeff Koons


Art Paris + Guests
Du 18 au 22 mars 2010
Grand Palais


Exposition Universelle de Shanghaï, Chine
Meilleure Ville, Meilleure Vie (Better City, Better Life)
Du 1er mai au 31 octobre 2010

Palagret
Mars 2010

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires