12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 23:09
   
  
  Comme juché au sommet d'une gigantesque pièce montée, le Silène ivre, est difficilement maintenu sur un âne par une nymphe, des hommes et des adolescents. La monture semble fléchir sous le poids de l'ivrogne bedonnant. Les corps nus mêlés forment un groupe mouvant, prêt à s'écrouler. Les personnages titubent et sourient bêtement. La bacchanale, célébration du vin et de l'ivresse qu'il procure, est ironiquement intitulé "Le triomphe de Silène". La mythologie autorise quelques accrocs à la vertu.

Le triomphe de Silène, groupe en bronze de Jules Dalou
dans le jardin du Luxembourg à Paris


     Au jardin du Luxembourg, le Silène d'Aimé Jules Dalou (1838-1902) est tout à fait surprenant. Il faut faire le tour du groupe sculpté pour en apprécier tous les détails. C'est un tourbillon virtuose de corps dénudés et de poses acrobatiques auxquels se mêlent des détails charmants comme la pomme dans la main de l'enfant ou l'angelot grappillant des raisins.

Une nymphe
Le triomphe de Silène, groupe en bronze de Jules Dalou

dans le jardin du Luxembourg
1885


    Dans la mythologie grecque, Silène est le fils d'Hermès ou de Pan, sa généalogie est un peu confuse et varie selon les sources. C'est un satyre, mi-homme mi-bête (cheval ou bouc), un homme sauvage vivant dans les bois dont il ne sort que pour s'enivrer et veiller à l'éducation de Dionysos1 que les nymphes lui ont confié. Pourquoi confier un enfant à un ivrogne notoire? Parce qu'on lui attribue une grande sagesse. 2


L'âne et l'enfant
Le triomphe de Silène, groupe en bronze de Jules Dalou
dans le jardin du Luxembourg


     Silène incarne la fécondité de la terre et des hommes, il détient le secret du vin. Il a un don prophétique qu'il refuse de partager et il faut l'enivrer pour lui arracher ses prédictions. Ainsi le Roi Midas le fait boire pour lui extorquer sa sagesse et il n'apprend que la vanité du monde.


Le triomphe de Silène, groupe en bronze de Jules Dalou
dans le jardin du Luxembourg


    Aimé Jules Dalou  reprend l'iconographie classique de Silène. Pierro di Cosimo (1510), Rubens (1617), Van Dyck (1621), Carle van Loo (1747), Daumier (vers 1830), tous ont représenté Silène comme un vieillard bedonnant et joyeux, très laid, lubrique, rendu grotesque par son ivresse. Au contraire dans l'antiquité, Praxitèle sculpte un satyre Anapauomenos (au repos), un beau jeune homme qui n'a rien de burlesque.


Le triomphe de Silène, groupe en bronze de Jules Dalou
dans le jardin du Luxembourg


   Dalou était un homme engagé, il participa à la Commune de Paris et dût s'exiler en Angleterre après la Semaine Sanglante de mai 1871. Revenu en France il bénéficia de commandes publiques. On pourrait voir dans "Le Triomphe de Silène" un ploutocrate vautré sur le peuple qu'il écrase.


Couroné de lierre, barbu, l'air repu
Le triomphe de Silène, groupe en bronze de Jules Dalou


    Dans un article du journal Le Temps de 1860, Edmond et Jules de Goncourt parlent de 'L'ivresse de Silène" de Daumier, un texte qui s'applique aussi à l'oeuvre de Dalou:

"Dans la mythologie grecque, au milieu de ce Panthéon de figures qui ont la paix absolue, la sérénité et la sévérité du marbre, il est des demi-dieux, des dieux humains et comiques que vous prendriez pour des divinités d'intermède. On les dirait taillés par une bacchanale dans le tronc d'un figuier, et apportés dans le monde antique sur le chariot de Thespis.

Ils sont le rire gaillard de l'art païen, et ils ont la jovialité grandiose d'un mascaron au fronton d'un temple.

Parmi tant de personnifications subtiles, de créations ingénues, de formes légères, de symboles aériens, de déesses d'écume, ils apparaissent dans une sorte de majesté bestiale et de corpulence olympienne. La passion humaine y éclate toute brute et toute animale, et la Fable chez eux semble jouer familièrement avec ces images énormes du vice comme le poète des Dionysiaques 3 joue, dans son poème gigantesque, avec la reine Ivresse et le prince de la Grappe."


   Masque de Silène, mosaïque romaine du musée archéologique de Naples



Quelques oeuvres de Jules Dalou à Paris:
Eugène Delacroix au Luxembourg
Le Triomphe de la République, Place de la Nation
Le Gisant de Victor Noir au cimetière du Père-Lachaise
Le tombeau d'Auguste Blanqui au cimetière du Père-Lachaise
Le Monument à Alphand, avenue Foch
Plâtres préparatoires au groupe sculpté "Le triomphe de Silène" au musée d'Orsay
Grande terre cuite du Triomphe de Silène au Petit Palais

Palagret


1- Dionysos devient Bacchus, le dieu du vin, dans la mythologie romaine
2- Satyres et Silènes, Dictionnaire Daremberg et Saglio 1877, un texte très complet
3- Les Dionysiaques, poème épique grec de Nonnos rassemblant de nombreux récits mythologiques dont l'histoire de Dionysos.

Comparaison des représentations de Silène

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Arts
commenter cet article

commentaires