30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 23:35

 

   D'étranges papiers collés ornent les murs de Paris, montrant toujours le même homme, nu. Nu sous le regard des passants comme dans un cauchemar. Une bouée l'enserre, le protégeant ou le retenant prisonnier. Son visage est inexpressif mais ses différentes postures traduisent son embarras et son angoisse.



homme bouée, papier collé à Paris


  La bouée évoque les vacances, la plage, la mer, la liberté et le plaisir. Ce baigneur hors de l'eau ne trouve rien de tout ça ici. Il est écrasé contre des murs hostiles, la bouée ne lui sert à rien et il est évident qu'il ne s'amuse pas. La plupart du temps, ses bras sont entravés par la bouée, symbolisant son impuissance à fuir un monde qui lui est étranger. Les mains ouvertes écartées, il semble dire: "Qu'y puis-je, ce n'est pas de ma faute!" 




homme bouée cachant son visage dans le mur
 papier collé à Paris


    Tantôt l'homme nu essaye de dissimuler son visage dans le mur, comme une autruche qui enfonce sa tête dans le sol. Mais comme pour l'autruche, il reste très visible pour ses prédateurs. Tantôt l'homme nu se recroqueville, de froid ou de peur, dans sa bouée ou rampe sur le sol en de curieuses contorsions.




homme bouée cachant son visage dans le mur
 papier collé à Paris


   L'homme à la bouée est un solitaire, il aime les recoins.  Parfois cependant il retrouve quelques semblables perdus comme lui dans la ville. Ils se regroupent alors, deux face à face, trois dans la même bouée ou à cinq pour regarder un dessin sur le mur. Le même dessin existe en grande et petite taille, créant une conversation improbable entre les Gugusses, comme certains les appellent.



homme bouée
à coté du guerrier de Kouka et sous la fresque de Jean Le Gac
papiers collés Place Fréhel à Paris

 
   Une image, tout aussi anxiogène, montre l'homme bouée sans bouée. Est-ce la première image, celle de la naissance où le personnage est projeté dans notre monde, comme Terminator arrivant nu sur la terre, ou comme un nouveau-né monstrueusement adulte, résultat d'une démoniaque manipulation génétique?




Nouveau né monstueusement adulte ou homme bouée libéré de sa bouée?


   Est-ce la dernière image, quand l'homme à la bouée a réussi à s'extirper de sa baudruche et qu'il se retrouve encore plus fragile, sans rien à quoi s'agripper? Le début ou la fin du cauchemar?




homme bouée faisant ses courses
papier collé à Paris


   Une image intermédiaire montre l'homme bouée faisant ses courses. Une occupation tout à fait normale qui prouverait que l'homme de papier s'est intégré à la vie citadine. Le personnage est si  bizarre que  le comique voulu se mêle à une impression de malaise diffus, un peu comme l'humour  des dessins de Topor.




homme bouée papier collé à Paris


 
  Ces différentes images racontent une histoire de malaise, d'errance, de douleur dans un espace en deux dimensions. Au passant de trouver la signification et la chronologie de ces collages, s'il y en a. Et l'histoire n'est pas finie car l'auteur continue de coller ses papiers découpés sur les murs parisiens.


    Fait de papier kraft crayonné et coloré, le dessin est volontairement un peu flou, estompé, donnant au personnage un aspect incertain. Les papiers collés sont toujours placés en hauteur, en fonction du décor, afin de mieux souligner l'absurdité de la situation. Les arpenteurs des rues guettent les apparitions de l'homme à la bouée, street-art intrigant sans créateur connu.



Liens:


Palagret
août 2009
street-art


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article

commentaires