7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 11:24


   Les interdictions stimulent les street-artists. En dessous d'une traditionnelle plaque émaillée disant "Défense de déposer des ordures" le papier collé d'un visage au crâne ouvert se lit comme un rébus: défense de déverser des ordures dans notre cerveau.


cerveau défense déposer ordure Panneau d'interdiction "Défense de déposer des ordures" et papier collé d'un homme au crâne ouvert


   Reprenant les mots de Patrice Lelay "temps de cerveaux humains disponibles",1 élégante qualification des téléspectateurs regardant les progammes entre deux rafales de spots publicitaires, un petite affiche illustre ce propos en montrant un individu au cerveau remplacé par un téléviseur.



cerveau disponible JLA Kliché)Street-art protestataire: affiche cerveau disponible


  

    Autre illustration de lavage de cerveau avec un dessin style années cinquante où une jeune ménagère satisfaite de son ménage tient dans ses mains un cerveau tout propre:



cerveau lavageStreet-art protestataire: "tous les jours je lave mon cerveau avec la télé



   Pour finir, un papier collé découpé d'un cerveau et ses circonvolutions ornés de points colorés. A quoi correspondent ces points? Mystère.



cerveau papier colléPapier collé, un cerveau avec des pastilles rouges et bleues

 



Liens sur ce blog:

Il est interdit de, défense de, danger: un monde dangereux

Interdictions désuètes, témoignage d'un Paris révolu

Danger de mort, ancienne plaque émaillée

Défense de déposer des ordures ... et des larmes

 


 

Palagret

archéologie du quotidien

avril 2010

 

 


1- Les dirigeants face au changement (Editions du Huitième jour) de Patrick Lelay, PDG à l'époque de TF1


" Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (...).


Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (...).



Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art urbain: tag - pochoirs etc
commenter cet article

commentaires