28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 13:49

    Un imposteur s'est infiltré dans l'exposition « dans la nuit des images » au Grand Palais. Sous la nef vibrante d'images, de musiques et de bruits, seulement éclairée par la lueur des écrans plasma et des faisceaux des projecteurs, il est facile de glisser une oeuvre non autorisée. C'est ce qu'a fait Bénédict Ravenol le soir du 25 décembre. Apportant un petit écran plasma, il l'a accroché au mur, non loin de l'éclipse de Laurent Grasso. Piratant l'électricité, l'intrus a diffusé « ressac ».

Ressac
envoyé par Palagret


    Le faible son était couvert par les clameurs des gigantesques vidéos projetées sur les écrans suspendus à la verrière. Les visiteurs sont passé devant « ressac » et l'ont regardé avec le même attention ou la même  désinvolture qu'ils ont accordé aux autres oeuvres. Certains se sont étonnés de ne pas trouver « ressac » sur le plan mais il y a eu des aménagements de dernière minute, ce n'est pas étonnant.

Karma / Cell de Kurt Hentschlager, 2006
Dans la nuit des images

    Il n'y avait pas non plus le nom de l'oeuvre mais c'était le cas pour d'autres projections dont les cadres-photo étaient en panne ou introuvables. Les petits canards  jaunes en plastique
ballotés par les vagues de « Ressac » sont filmés avec un petit appareil numérique; la mauvaise qualité du son et de l'image sont un choix délibéré. « Ressac » fait partie d'un ensemble de vidéos explorant la légende océano-urbaine des canards perdus en mer.



   Bénédict Ravenol s'est installé non loin de la projection de « ressac » pour observer les réactions des visiteurs. Dans l'antre magique de la nuit des images la plupart des visiteurs ont des téléphones portables, des appareils photos ou des caméras. Ils  ont abondamment enregistré les créations numériques. Les canards en plastique ont aussi eu cet honneur bien que les grandes projections attirent plus le regard que les petits cadres le long des murs.

Things would turn simpler, Zhi Jiang, 2006
Dans la nuit des images

    Bénédict est resté plus d'une heure sans que son imposture soit remarquée. Vers minuit, il a alors rangé le fin écran plasma  dans son carton à dessin et il a tranquillement quitté l'exposition nocturne non sans avoir salué le canard de Robert Wilson  (video 50) qui pointait régulièrement son bec jaune en haut du mur. Bénédict a l'intention de revenir le 31 décembre avec « le carré noir », une autre oeuvre vidéo.

La rencontre unique, Manuel de Oliveira, 2008
Dans la nuit des images

  Le ressac ou ressassement est ce qui caractérise l'installation de toutes ces créations numériques sélectionnées par Alain Fleischer du Le Fresnoy-Studio. Les images butent sur les bords du cadre, inlassablement, comme la vague de Thierry Kuntzel. La répétition  lancinante des vidéos montées en boucle, la pénombre trouée par la clarté des écrans,  les musiques obsédantes, tout cela crée une sidération plus propice à l'émotion qu'à l'analyse. Pour s'en arracher les visiteurs jouent avec les images. Ils déambulent d'une oeuvre à l'autre, un peu au hasard, guidés par leur seul caprice.


"Dans la nuit, des images"
Grand Palais, avenue Winston Churchill
du 18 au 31 décembre 2008.
de 17h à 1h du matin - jusqu’à 21h le 31 décembre
Entrée libre

Environ 140 oeuvres - installations et projections photographiques, cinématographiques et vidéographiques - produites par de jeunes artistes et des artistes confirmés et internationalement reconnus dont: Thierry Kuntzel, Bob Wilson, Bill Viola, Nam June Paik, Mickael Snow, William Kentridge, William Klein, Chris Marker, Manuel de Oliveira, Laurent Grasso,Thierry de Mey, Clorinde Durand, Ryoji Ikeda, Zhi Jiang,
Kurt Hentschlager, Kaiser et Eshkar etc ...


Voir: Manifesto sur la façade du Grand Palais
       
Data.tron de Ryoji Ikeda et les visiteurs
        Arena Quad de Samuel Beckett amuse les visiteurs

         Pedestrian de Kaiser et Eshkar

     Bénédict Ravenol et la disparition du Professeur Pierre-Epaminondas Boncam
        Les étranges messages du Salagou collectés par Bénédict Ravenol



Palagret

1- Site Le Fresnoy

Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires