15 août 2007 3 15 /08 /août /2007 18:59
  
Le naufrage du canard géant


    Tandis qu'une flotille de canards errants est attendue sur les côtes d'Angleterre, un canard solitaire a fait son apparition à Saint-Nazaire. Gonflé de son importance, le géant jaune barbote dans un bassin, sous l'oeil admiratif des badauds.



canardfoule1.jpgLe canard géant de Florentijn Hofman dans le bassin de Saint-Nazaire


    Ce canard haut de 25 mètres est l'oeuvre de Florentijn Hofman, un plasticien hollandais qui pratique l'art monumental. Il a déjà réalisé tout un bestiaire: un lapin vert de douze mètres à Rotterdam, un rat couché sur le dos long de 31 mètres et, entre autres, un chien de couleur rouge, haut de 25 mètres. Cette fois-ci, la dernière création de Hofman est mobile. Posé sur un radeau, le géant gonflable devait lentement descendre la Loire de Saint-Nazaire à Nantes et croiser les autres installations d'Estuaire 2007, la «biennale d'art contemporain de Nantes à Saint-Nazaire » organisée par Jean Blaise.


Voir la video d'amateur sur Dailymotion


    Dès les essais effectués quai des Charbonniers, le canard post-atomique a donné quelques sueurs froides aux organisateurs. Après s'être gonflé doucement, son enveloppe a commencé à fuir et la belle tête jaune qui dépassait des hangars s'est affaissée. Une apparition-disparition qui a dû surprendre les dockers et les marins des quais de Saint-Nazaire. Des techniciens venus de Hollande ont vite racommodé le canard aplati. Hélas le prodige s'est encore dégonflé et s'est retrouvé le bec dans l'eau. L'oeuvre est un défi technique et elle résiste bien mal aux frottements, au mauvais temps et aux vents violents. Le canard géant est-il seulement sorti du bassin? Ce n'est pas très clair.




24h-canard2.jpgLe canard géant de Florentijn Hofman dans le bassin de Saint-Nazaire


    Finalement, après bien des déboires, le canard a dû renoncer à son voyage; il voulait rivaliser avec l'éléphant mécanique de Nantes.
 
    L'ambition l'a perdu et il n'est plus qu'un amas de bâche jaune déchirée. Après avoir fait beaucoup parler de lui, il retombe dans l'oubli. Pas de pitié pour les canards boîteux. S'il a du plomb dans l'aile, ce n'est pas, pour une fois, la faute des chasseurs qui n'ont même pas eu l'occasion de lui tirer dessus. La seule mitraille qu'il ait reçue est celle des photographes.





    Les chiots, comme les petits canards de bain ou les ours en peluche, appartiennent au bestiaire de notre enfance. Quand l'art pop s'approprie cette imagerie populaire, il en fait des oeuvres joyeuses et kitsches (Jeff Koons).

     Quand un canard nous domine de ses 25 mètres, nous regardons le paysage différemment, notre perception du réel est remise en question. Même si nous ne fuyons pas comme devant un insecte monstrueux, la différence d'échelle nous trouble. Nous sommes dans le domaine du rêve que le cinéma exploite si bien. Voir tous les films de science-fiction ou une pieuvre, un gorille, une mante religieuse ou une Chose indéfinie, ayant subi une altération génétique, terrorise les pauvres humains.
 
    A l'annonce d'un canard titanesque descendant la Loire, de nombreux rêveurs sont partis pour Nantes. La question de savoir s'il s'agit d'art contemporain, d'une oeuvre sérieuse ou ironique ou simplement d'une attraction foraine est secondaire. Seule comptait la vision de cette créature improbable, la tête touchant les nuages, se courbant vers des bateaux et des hommes minuscules tel un Godzilla débonnaire.

    Le gentil monstre échauffait les esprits des pour (vive la biennale) et des contres (c'est Dineyland, argent public gâché etc). Le canard est maintenant terrassé, l'ordre du monde est rétabli mais aucun héros ne peut se vanter de cette victoire.

    Le 29 août, les touristes déçus pourront se rattraper avec les milliers de reproductions du canard d'Hofman vendues au profit du Secours populaire. Les boutiques de la ville sont déjà envahies de volatiles jaunes bien dérisoires. Le canard qui voulait se faire plus gros qu'un boeuf sera peut-être réparé pour la biennale 2009.


   
canard géant de Florentijn Hofman à Saint-Nazaire.
Photo: lleriton



 
    En attendant, dans un étang de Moselle, de vrais canards sont morts de fièvre aviaire.




Un machinima amusant: L'attaque du canard géant



                                                                                         Catherine-Alice Palagret
                                                                                                                 août 2007


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans ART MONUMENTAL CONTEMPORAIN
commenter cet article

commentaires