1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 23:02


Un faux air de Printemps

    En avril, les grands magasins du Printemps se sont couverts d'un fil ou plutôt d'une immense bâche en trompe-l'oeil. Longue de 170 mètres et haute de 30 mètres, la toile de 4500m2 reproduit les façades du grand magasin du boulevard Haussmann avec tous leurs détails ornementaux.



Le trompe-l'oeil cachant la façade en travaux
des Magasins du Printemps à Paris


    Le passage entre le magasin 1 et le Magasin 2,
ainsi que la passerelle, sont représentés en perspective, la bâche obstruant la vue entre les deux immeubles.

vraie façade en pierre de taille et trompe-l'oeil
  
    Après le succès du trompe-l'oeil dégoulinant de l'avenue George V, conçu par Pierre Delavie et exécuté par Athem, il fallait trouver autre chose qu'une déformation pour déstabiliser le regard du passant. Ici la façade ne se tord pas sous l'effet d'une chaleur intense ou du délire du copiste, elle reste plane; la représentation minutieuse de l'architecture de fer ornée de statues, de moulures et de balcons lui donne un air tout à fait convaincant.

faux reflet de l'église de la Madeleine dans les fausses vitres du Printemps


    Le glissement, la modification du fac-similé est plus subtile. En y regardant de près, quelque chose nous trouble: les fausses fenêtres du trompe-l'oeil ne reflètent qu'un ciel toujours bleu, effaçant les nuages de ce jour de printemps incertain. Elles ne renvoient pas non plus l'image des immeubles d'en face, comme elles le devraient. Le reflet est erroné, imaginaire ou plutôt recomposé.

faux reflet de l'Obélisque de la Concorde dans les fausses vitres du Printemps

    L'Opéra de Paris, l'Obélisque de la Concorde, l'église de la Madeleine ne se voient pas du boulevard Haussmann. L'Opéra n'est pas loin mais invisible. Pourtant, ces monuments se dédoublent sur les vitres du boulevard.


faux reflet de l'Opéra de Paris dans les fausses vitres du Printemps


    Ces bâtiments symboliques du Paris historique, du premier au second Empire, se retrouvent là par un jeu de miroir très hypothétique, plus intellectuel que topographique. Le trompe-l'oeil crée l'image d'un Paris rêvé, plus romantique, plus apte à plaire aux touristes. Autre détail amusant, des fenêtres de la rotonde reflètent des échafaudages que justement la bâche de travaux a pour but de cacher. Après avoir nié la réalité topographique, la réalité du travail est réintroduite, comme un clin d'oeil. Reflets trompeurs, repères déplacés, limites incertaines, le faux joue avec le faux et nous donne l'illusion du vrai.

Cheminée emballée sur le toit du Printemps


Reflet d'échafaudages factices dans une fenêtre factice


    Les cheminées de l'immeuble du Printemps sont enveloppées de blanc. Comme une intervention de Christo, elles se détachent sur les nuages et accentuent l'aspect irréel de l'ensemble.

Décor trompeur: la fausse façade du Printemps

    Vu de loin, le trompe-l'oeil se donne pour ce qu'il est, un décor. Un décor de cinéma, simulacre de rue, comme on en voit en visitant les studios de cinéma ou de télévision, là où se fabrique l'illusion de la vraie vie. Sauf que dans les studios de cinéma, quand on contourne les murs factices, on bute sur des structures métalliques qui ouvrent sur le vide; il n'y a rien derrière le mensonge. Ici au contraire, derrière le masque, les magasins sont ouverts, les rayons de vêtements, de maquillage et de parfum fourmillent de monde, la comédie du paraître continue à l'intérieur.

arbre factice sur le trompe-l'oeil cachant la façade en travaux
des Magasins du Printemps à Paris



    Provisoire, la bâche de travaux en trompe-l'oeil de Pierre Delavie soustrait à notre vue les échafaudages sur lesquels les ouvriers rénovent la vraie façade de pierre. Plate comme un miroir, la fausse façade emballe le magasin. Déballage prévu dans un an.

La vraie coupole et la fausse façade


     Construites en 1865 par l'architecte Jules Sédille, remaniées en 1881 après un incendie, les façades et la coupole du Grand Magasin sont classées monuments historiques.



voir sur ce blog:
Texte et photos:
Catherine-Alice Palagret
juin 2008


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Trompe-l'oeil
commenter cet article

commentaires