3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 00:38
 
  L'ARTISTE NEO-POP ET LE ROI SOLEIL A VERSAILLES


    En leur temps les colonnes de Daniel Buren, installées au Palais Royal, ont crée le scandale. Qu'en sera-t-il de Jeff Koons à Versailles dans un site historique encore plus prestigieux?


Koons-rabbit-by-Nicki-Ishmael--2-.jpgRabbit, le lapin géant de Jeff Koons survolant Broadway à New-York
lors de la parade de Thanksgiving 2008 organisée par Macy's.



    Le public apprécie l'artiste américain Jeff Koons, 52 ans, et ses oeuvres monumentales faites de ballons d'acier poli représentant des fleurs ou des animaux.
Influencé par le dadaïsme, le surréalisme et le pop art, l'artiste s'approprie de prosaïques objets de la vie quotidienne, aspirateurs, jouets, personnages de BD, bibelot de porcelaine.


Flowers de Jeff Koons


    Son oeuvre provocatrice, où le banal devient extraordinaire, interroge la notion de bon goût et d'art. Joyeuses, colorées et futiles ses immenses installations divisent les critiques. L
a frontière entre l'art et le pur divertissement est de plus en plus floue comme le montre la parade de Thanksgiving Day organisée par les grands magasins Macy's. Les new-yorkais ont pû y applaudir le lapin géant de Jeff Koons flottant au-dessus de Broadway. Cette réplique n'était plus en métal imitant un ballon mais un vrai ballon gonflé à l'hélium, dérivant comme un cosmonaute argenté, tenu en laisse par ses maîtres. Il est probable que beaucoup de spectateurs l'aient applaudi, à la suite de Dora l'exploratrice, Pikachu, Hulk et autres icônes du monde enfantin, sans pour autant l'identifier en tant qu'oeuvre contemporaine d'un artiste favori des collectionneurs.


undefined
Le diamant rose à Londres Photo: Interrobang


    Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture, ancien curateur du musée Pinault à Venise, maintenant en charge du château de Versailles, a annoncé la venue de l'artiste américan dans Versailles off, en septembre 2008. Pour le Conservateur, il est intéressant d'explorer la résonance entre les oeuvres contemporaines et Versailles. Il faut inviter le visiteur à voir le château différemment.


undefinedCalamita cosmica, oeuvre de Gino de Dominicis, ici exposée à Milan
Photo: /cicciopizzettaro/


    Le jardin de Versailles est orné de nombreuses statues mythologiques qui toutes racontent une histoire terrible, ou merveilleuse, qui nous amène à réfléchir sur la fragilité de la condition humaine. Le squelette géant de Gino de Dominicis, Calamita Cosmica, exposé l'année dernière lors de la Nuit Blanche tel un Gulliver abandonné, en était une illustration contemporaine.


undefined
Hulk: Photo Faz


    Quelle histoire tragique nous racontent les oeuvres puériles et lisses de Jeff Koons? Aucune apparemment mais on peut en voir certaines comme une continuation de l'art topiaire des jardins de Le Nôtre. Les parterres en broderies de buis et les ifs taillés sont l'expression d'une volonté de puissance, d'un désir de dompter la nature qui se perpétue dans les jardins de banlieue avec des lapins et des chiots en buis soigneusement taillés autour d'une armature métallique achetée à la jardinerie locale. A chacun son petit Versailles.


undefinedLe puppy de Jeff Koons à Bilbao

    Koons, reprenant une image de la culture populaire, donne une nouvelle dimension à l'art topiaire avec le «Puppy» du musée Guggenheim de Bilbao. Couvert de fleurs fraîches irriguées par un système interne, le chiot fox-terrier est devenu la mascote de Bilbao. Koons ne dompte pas seulement la nature, il dompte le public.

Koons-split-rocker.jpgSplit- rocker dans le cloître Benoît XII à Avignon en 2000


    Cousin du Puppy, «Split-Rocker» est une tête bicéphale de 12 mètres de haut, à moitié dinosaure à moitié poney, couverte de milliers de pots de fleurs fraîches sur une structure d'acier. La tête est inspirée d'une bascule pour enfant.


Split-rocker à Versailles en 2008


    Acquis par François Pinault, Split Rocker devait être le symbole de sa fondation d'art contemporain sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt. On sait ce qu'il est advenu de ce projet. Le collectionneur est parti à Venise, au Palazzo Grassi, installer sa collection d'art contemporain. Face au Grand Canal, un énorme chien d'aluminium magenta (balloon dog) fait de ballons noués comme en fabriquent les vendeurs à la sauvette dans les lieux touristiques, contemple les gondoles et les vaporetti. Les touristes l'observent, amusés ou choqués. Le Grand Canal est un des lieux les plus touristiques au monde, incarnation, comme Versailles, de la culture classique. Le chien ballon est-il un commentaire ironique sur la culture institutionnalisée ou un simple divertissement brillant et creux?


Balloon-puppy.jpgLe chien ballon magenta de Jeff Koons devant le Palazzo Grassi à Venise

 
    Le contraste entre ces monstres débonnaires et les cadres historiques où ils sont présentés crée une dissonance humoristique qui indigne les uns et ravit les autres. Les oeuvres contemporaines détonnent mais elles peuvent aussi entrer en résonnance avec le passé.

      Jean-Jacques Aillagon note d'ailleurs un écho entre l'esprit de Versailles et les oeuvres de Koons; Versailles, dans son exhubérance décorative, est baroque et le baroque du XVIIème siècle est le pop art d'aujourd'hui. Louis XIV est présent dans l'iconographie du plasticien. La Cicciolina, l'ex-femme de Jeff Koons, devrait bien s'entendre avec les fantômes des courtisanes royales. Quelques sculptures ou photos de la  série «Made In Heaven», une représentation kitsch et pornographique de son couple, seront-elles exposées? En août 2005, Koons déclarait:

  "La sexualité, c'est l'objet principal de l'art. Il s'agit de la préservation de l'espèce. La procréation est une priorité. Mais cela revêt un aspect spirituel pour moi. Cela parle de la manière dont nous pouvons avoir des enfants." 1

    Les productions de Jeff Koons (chien-ballon, chiot fleuri, lapin d'acier), inspirées de jouets, semblent innocentes mais son projet de cygne, toujours en ballon noué, se réfèrent directement à la sexualité. 
    Jeff Koon travaille souvent sur commande, fabriquant des maquettes qu'il présente sur catalogue aux riches collectionneurs. L'oeuvre est ensuite réalisée sous sa direction par de nombreux assistants. Il exposera à Versailles une quinzaine de pièces à l'extérieur et à l'intérieur du chateau. Ce sera la première grande exposition de l'artiste américain en France.

    Gageons que la confrontation de Jeff Koons et de Louis XIV, du Grand Siècle et des icônes néo-pop sera étonnante.

    Et pour les prochains événements pourquoi ne pas inviter le canard géant d'Hoffman à venir barboter dans le bassin de Neptune. L'araignée de Louise Bourgeois pourrait se tapir dans le bosquet du Dauphin et la pomme à demi-croquée de Oldenburg reposer sur le tapis vert.
    Que Versailles retrouve le joyeux délire des fêtes de Louis XIV! Le Roi-Soleil aimait les divertissements baroques, les décors grandioses et éphémères, les déguisements absurdes. Il aimait éblouir et surprendre la cour. Peut-être aurait-il aimé l'extravagance de Jeff Koons.



undefined
       Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud, 1701


    Jeff Koons, représenté par la galerie Gagosian à New-York, est un des plasticiens vivants le plus cher au monde. Les amateurs, collectionneurs privés et institutions, font monter sa cote.
Dernières ventes de la série Celebration:
- un des cinq diamants géants faits de métal chromé (bleu, rouge, rose, vert et jaune) a atteint une somme colossale pour un artiste vivant. Le diamant bleu s'est vendu 12 millions de dollars chez Christie's en novembre 2007.
- "Hanging heart", un coeur lourd de 1600 kilo et haut de 2,7 mètres, s'est vendu 23.6 million de dollars chez Sotheby's en novembre 2007: .

Jeff Koons n'est certes pas un artiste maudit et les diamants sont ses meilleurs amis.


voir: la visite de l'atelier de Jeff Koons mise aux enchères
      
la future locomotive de Jeff Koons au musée de Los Angeles, le LACMA.
      
   Balloon flower (magenta) en vente à Londres
       Seize oeuvres de Jeff Koons bientôt à Versailles
      
Split-rocker à Versailles


1-
in Le Monde

Catherine-Alice Palagret


Partager cet article

Published by Catherine-Alice Palagret - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires